Nous suivre Info chimie

2015, année de revirements stratégiques

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Résumer 2015 à la seule fusion Dow-DuPont serait bien minimaliste. Évidemment, l'ampleur de l'opération et la symbolique de ces deux géants centenaires se rassemblant ont marqué l'année tout juste écoulée. D'autant que cette fusion va nourrir aussi 2016 puisqu'elle devrait déboucher au second semestre sur la création de trois géants mondiaux dans l'agrochimie, les spécialités et les matériaux. Au-delà, elle pourrait aussi contribuer à démultiplier les ambitions des actionnaires activistes qui ont réussi à faire basculer très rapidement la stratégie des deux colosses. Les autres acteurs cotés de la chimie américaine, où les actionnaires activistes sont particulièrement féroces, pourraient eux aussi être tentés plus fréquemment par des inflexions sensibles de leurs plans de développement et de leurs portefeuilles. En 2015, même sans pression actionnariale - du moins publique - le géant américain Air Products a déjà entamé son recentrage sur les gaz industriels avec le spin-off de ses matériaux.
 

« 2015 aura eu son lot d'opérations d'envergure »
 

Sur le plan des fusions-acquisitions, l'année 2015 aura eu son lot d'opérations d'envergure. Derrière la faramineuse transaction Dow-DuPont, se sont égrenées des opérations dépassant parfois le milliard de dollars. Parmi les acteurs nord-américains, surtout, qu'il s'agisse d'OMG disloqué entre le fonds Apollo et Platform Specialty, lequel s'est emparé aussi de son côté d'Alent, ou encore de Kraton mettant le grappin sur Arizona Chemical. En nombre de transactions, les acteurs européens se sont montrés plus en retrait. Mais pas en valeur. En témoignent l'acquisition pour 5,5 Mrds $ de Cytec par Solvay, et le raid de 13 Mrds $ lancé par Air Liquide sur Airgas. Les acteurs mondiaux de l'industrie chimique ont aussi procédé parfois à de véritables chamboulements dans leurs portefeuilles. Avec l'option intégrale de cession de grandes activités, comme FMC cédant son carbonate de soude à Tronox, ou l'option partielle, comme Solvay rassemblant ses chlorovinyliques avec Ineos au sein d'Inovyn, Lanxess s'associant à Saudi Aramco pour ses caoutchoucs, Dow fusionnant son chlore avec Olin, ou même Bayer avec sa division MaterialScience devenue Covestro.
 

De grands deals ont, eux, échoué. En particulier dans deux grands secteurs qui ont agité les marchés : les engrais et l'agrochimie. Pour le premier, si l'opération de 8 Mrds $ entre CF Industries et OCI semble bien engagée, on retiendra le raid avorté de PotashCorp sur K+S. Le groupe allemand s'est démené pour éviter de tomber dans l'escarcelle du géant canadien. En agrochimie, Syngenta a lui aussi bataillé fermement pour échapper à un prédateur nord-américain et son offre de 47 Mrds $. Même s'il s'est cassé les dents sur le géant suisse des phytosanitaires, Monsanto est récemment revenu à la charge, en coulisses, alors que le Chinois ChemChina est entré dans la danse. Affaibli par son refus de convoler avec Monsanto, ce qui a frustré une partie de ses actionnaires et a coûté sa place au p-dg à l'automne, Syngenta semble désormais plus prompt à se faire absorber. Alors que Dow et DuPont sont en passe de créer le leader mondial de l'agrochimie, il serait étonnant que les autres géants du secteur, comme Syngenta, Monsanto, Bayer et BASF restent de marbre en 2016.
 

Sans surprise, l'année dernière aura été aussi nourrie par les problématiques de l'énergie, de développement durable, et par une conjoncture décevante (voir l'interview de Philippe Goebel, président de l'UIC). 2015 restera aussi marqué par l'attentat sur le site d'Air Products. Un événement inédit et qu'on espère sans récidive, au cours d'une année qui aura été dramatiquement frappée par l'horreur du terrorisme.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : La chimie allemande au pied du mur

Edito : La chimie allemande au pied du mur

L’année 2019 restera marquée par un environnement économique mondial difficile. Cela pour au moins deux raisons : les différends commerciaux entre la Chine et les États-Unis, qui ont ralenti les[…]

06/12/2019 | ConjonctureEdito Hebdo
Edito : Quand l'accident Lubrizol entrave le « produire en France »...

Edito : Quand l'accident Lubrizol entrave le « produire en France »...

Edito : Un Grand Chaptal pour Thierry Le Hénaff

Edito : Un Grand Chaptal pour Thierry Le Hénaff

Edito : Croissance, cash et rendement

Edito : Croissance, cash et rendement

Plus d'articles