Nous suivre Info chimie

A l'affût des cessions de « PraLin »

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Benoît Potier ne s'en était pas caché. Lors de la présentation des résultats, début février, le patron d'Air Liquide avait reconnu que, dans le dossier « PraLin », le groupe « regarde partout où des désinvestissements pourraient intervenir, nous sommes intéressés » (CPH n°833). PraLin, c'est le rapprochement entre l'Américain Praxair et le géant allemand Linde. Une opération gigantesque dont l'ambition est de créer un nouveau leader mondial des gaz industriels, détrônant ainsi le champion actuel Air Liquide (CPH n°804). Mais cette transaction est scrutée de près par les autorités de la concurrence dans le monde, en particulier dans l'UE. La Commission européenne vient d'ailleurs d'ouvrir une enquête approfondie en raison de craintes de réduction de la concurrence (CPH n°834). Concurrents directs, Praxair et Linde avaient conscience dès le départ qu'ils devraient consentir à des cessions d'actifs. Tous deux ont d'ailleurs fixé un seuil maximal de cession de 3,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires et de 1,1 Mrd $ d'Ebitda. Dans l'ombre, les deux groupes ont commencé à négocier avec des potentiels investisseurs. Or les rumeurs se font de plus en plus grandes dans la presse internationale. Car Air Liquide n'est évidemment pas le seul à être intéressé.
 

Début mars, en citant des sources proches du dossier, l'agence Bloomberg a ainsi assuré que les actifs qui seraient mis en vente actuellement auraient généré, au total, des revenus d'environ 700 M$ en 2016. Et que leur vente pourrait atteindre des transactions totalisant environ 8 Mrds $. Bloomberg avance aussi plusieurs noms. Outre Air Liquide, l'Américain Air Products serait aussi séduit. D'autres acteurs des gaz industriels, comme le Japonais Taiyo Nippon Sanso ou l'Allemand Messer, seraient aussi sur les rangs. Enfin, des fonds d'investissements, tels KKR et Co, le groupe Carlyle et CVC Partners se montreraient intéressés. Bloomberg et Chemical Week affirment d'ailleurs que CVC et Messer travailleraient ensemble sur le dossier. Ce que le groupe allemand de gaz industriels nous a confirmé.
 

Les zones les plus concernées par de potentiels désinvestissements sont l'Amérique du Nord et l'Europe, en raison de la forte présence conjuguée de Praxair et Linde. Ce qui comprend notamment l'Allemagne, l'un des plus importants marchés européens pour les gaz industriels. Or l'Allemagne est le berceau historique de Messer. Un berceau dont il a dû temporairement s'éloigner. Détenu majoritairement par Hoechst entre 1965 et 2001, puis par Goldman Sachs Funds et Allianz Capital, le groupe familial avait repris son indépendance en 2004. Ce qui avait nécessité la cession, en particulier, de ses actifs en Allemagne. Lesquels avaient été repris par Air Liquide, qui avait dû lui-même en céder une grande partie à Praxair dans la foulée. Revenu seulement en 2009 sur le marché allemand, Messer ne recense que deux sites de gaz industriels aujourd'hui dans le pays et a là une bonne opportunité de s'y renforcer pleinement, pourquoi pas même en récupérant d'anciens sites historiques.
 

Dans le cadre de la présentation de ses résultats, le 8 mars, Linde a confirmé l'existence de « discussions constructives » avec des acquéreurs potentiels pour des actifs à céder. Le géant allemand s'est aussi dit confiant pour finaliser la fusion avec Praxair au second semestre. Dix pays ont déjà approuvé le projet, comme la Russie, l'Afrique du Sud, la Turquie, ou les Philippines. Du côté des résultats, Linde a dévoilé un chiffre d'affaires en légère hausse de 1 % sur un an, à 17,11 Mrds €, pour un profit opérationnel en hausse de 2,8 %, à 4,21 Mrds €.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Yara détiendra 100 % du capital de Galvani

Yara détiendra 100 % du capital de Galvani

Quatre ans après sa prise de participation majoritaire dans le capital du Brésilien Galvani Indústria, Comércio e Serviços, à hauteur de 60 % (CPH n°686), Yara s'apprête à[…]

15/10/2018 | EngraisChimie de base
BASF et LetterOne fusionnent leurs activités oil et gas

BASF et LetterOne fusionnent leurs activités oil et gas

Air Liquide inaugure son campus d'innovation à Saclay

Air Liquide inaugure son campus d'innovation à Saclay

Ineos déploiera 200 M€ pour renforcer ses positions à Anvers, Lavéra et Cologne

Ineos déploiera 200 M€ pour renforcer ses positions à Anvers, Lavéra et Cologne

Plus d'articles