Nous suivre Info chimie

À l'Unesco, PhosAgro a récompensé les chercheurs de demain

Par Aurore Gayte

Sujets relatifs :

, ,
À l'Unesco, PhosAgro a récompensé les chercheurs de demain

Les lauréats de la 5ème édition de Green Chemistry for Life

© PhosAgro

Le p-dg de PhosAgro, Andrey Guryev, a décerné les 5e prix Green Chemistry for Life, en partenariat avec l'Unesco. Objectifs : offrir des subventions de recherche à de jeunes scientifiques pour leur permettre de mener des projets dans le domaine de la chimie verte.

C'est dans l'une des grandes salles de l'Unesco que les prix de la 5e édition du Green Chemistry for Life ont été remis, le 8 novembre. Dans ce décor d'exception, les sept lauréats ont également été reçus par Andrey Guryev, le parrain du concours et le p-dg de PhosAgro, l'entreprise russe spécialisée dans les engrais, mais aussi par Xing Qu, le directeur général adjoint de l'Unesco. Ce dernier a salué leurs recherches et a rappelé le rôle essentiel de la science dans la société et pour la lutte contre le réchauffement climatique. « Le futur se dessine avec les avancées scientifiques et avec ce que nous en faisons : notre rôle est de ne laisser personne derrière et de travailler au développement de tous. La chimie verte a un rôle critique à jouer, et nous sommes fiers de pouvoir aider aujourd'hui les jeunes chercheurs à pousser toujours plus loin leurs recherches », a-t-il conclu lors de son intervention.

Andrey Guryev a lui aussi prisé le rôle de la science, et a ajouté qu'il était sûr que « les projets des lauréats auraient des rôles importants à jouer pour un développement paisible dans le futur ». Il a également rappelé que, depuis le début du concours en 2014, le jury, composé de chercheurs, de membres de l'Unesco et d'employés de Phos-Agro, avait reçu plus de 700 projets et distingué 41 chercheurs. Green Chemistry for Life est « un projet dynamique plein de réussites », qui récompense « le travail de tous ces jeunes chimistes qui visent à créer des technologies de pointe axées sur la protection de l'environnement, les soins de santé, l'alimentation, l'efficacité énergétique et la gestion des ressources naturelles ». Et Andrey Guryev d'ajouter : « Ce projet, qui se concentre sur l'implémentation de solutions pour une utilisation plus respectueuse de nos ressources, le développement des énergies renouvelables et la réduction de l'impact sur l'environnement de l'industrie, est un vrai succès. Ensemble, nous pouvons rendre le monde meilleur pour les futures générations ».

Cette année, ce sont sept lauréats qui ont été récompensés : Jesús Campos Manzano (Espagne), María Antonieta Fernández-Herrera (Mexique), Abu Ashfaqur Sajib (Bangladesh), Wilbert Mtangi (Zimbabwe), Sara Abdel Abdel Gaber (Égypte), Hamdy Hefny (Égypte) et Galina Kalashnikova (Russie). Ils ont tous reçu une bourse pour continuer leurs recherches.

Jesús Campos Manzano avait présenté un projet de catalyse en tandem pour la dégradation du plastique, qui permettrait de « transformer des polymères en de purs monomères et ainsi de réutiliser le plastique avec une très haute qualité ».

Abu Ashfaqur Sajib a proposé un projet sur le développement d'enzymes multifonctionnelles destinées à la transformation de déchets lignocellulosiques en biocarburants, ce qui pourrait « contribuer à surmonter la crise énergétique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans plusieurs pays en développement », estime-t-il.

Sara Abdel Abdel Gaber a, elle, présenté un projet proposant d'utiliser la nanotechnologie pour extraire une substance d'algues nuisibles dans des plans d'eau ouverts pour le diagnostic et le traitement du cancer du foie.

Le travail de Galina Kalashnikova permettra de créer des matériaux synthétiques en titanosilicate à partir de déchets industriels. Ces matériaux sont utilisés dans la production de batteries au lithium, pour la séparation des gaz dans l'industrie et à des fins médicales, ainsi que pour l'absorption de substances toxiques et dangereuses.

María Antonieta Fernández-Herrera a trouvé comment développer des régulateurs de croissance des semences par une transformation chimique respectueuse de l'environnement des sapogénines stéroïdiennes.

Wilbert Mtangi a reçu une bourse pour son travail sur la génération d'hydrogène à l'aide de photoélectrodes chirales pour la scission de l'eau.

Enfin, Hamdy Maamoun Abdel-Hefny a proposé une nouvelle façon d'utiliser le phosphogypse pour l'immobilisation de métaux lourds dans un sol contaminé et l'extraction de matériaux utiles.

Trouver des solutions pour les sciences et l'écologie

Le prix Green Chemistry for Life, remis conjointement par PhosAgro, IUPAC et l'Unesco, est né il y a cinq ans de la volonté de ces trois entités de « mettre la chimie au service de la sciences et de l'écologie ». C'est PhosAgro qui a, en premier, eu l'idée de cette initiative et Andrey Guryev a rappelé, lors de la cérémonie, que son entreprise a depuis la première édition du concours, en 2013, versé plus de 2,5 millions de dollars aux nombreux lauréats. «Ce concours aide la nouvelle génération de chercheurs à penser non seulement en termes scientifiques, mais également en termes écologiques, et à évaluer l'impact sur l'environnement de leurs activités», a commenté Natalia Tarasova, membre de IUPAC et du jury de cette édition 2019.

« Le changement climatique et la nécessité de réduire notre impact sur l'environnement restent notre priorité absolue. Il faut que nous trouvions des solutions à l'accumulation des déchets plastiques dans les océans », a ajouté John Corish, le président du jury. « Notre futur dépend de la diminution de notre consommation de plastiques, spécialement des emballages. Green Chemistry for Life n'est pas seulement un concours permettant de financer les meilleurs projets, c'est aussi le moyen de créer un réseau d'opportunité pour les jeunes chercheurs et de construire une plateforme pour les discussions scientifiques », ont-ils rappelé.

La cérémonie a également été l'occasion d'annoncer qu'Audrey Azoulay, la directrice générale de l'Unesco, et Andrey Guryev, ont décidé de prolonger ce programme jusqu'en 2022.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Air Products veut réduire d’un tiers ses émissions de CO2 en 2030

Air Products veut réduire d’un tiers ses émissions de CO2 en 2030

Le 15 septembre 2020, le producteur de gaz industriels a fait part d’un nouvel objectif en matière de développement durable pour la décennie à venir. Alors qu’il a atteint ses objectifs environnementaux[…]

Pétrochimie : Hengyi investit 13,65 Mrds $ dans son complexe au Brunei

Pétrochimie : Hengyi investit 13,65 Mrds $ dans son complexe au Brunei

Mol et Meraxis s’unissent pour proposer des polyoléfines recyclées

Mol et Meraxis s’unissent pour proposer des polyoléfines recyclées

Jiatong choisit la technologie d’Invista pour deux lignes de PTA

Jiatong choisit la technologie d’Invista pour deux lignes de PTA

Plus d'articles