Nous suivre Info chimie

À Pithiviers, Kyrapharm a mis en place la production de silices greffées

À Pithiviers, Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,

Filiale 50/50 entre le Français Axyntis et le Japonais Fuji Silysia, Kyrapharm propose des prestations de purification à façon sur colonne chromatographique et vient de mettre en place la production de silices greffées. L'objectif est de permettre à Fuji Silysia d'accroître ses capacités de production en dehors du Japon.

Depuis la création, en 2014, de sa filiale Kyrapharm, en partenariat avec le Japonais Fuji Silysia, le groupe Axyntis dispose d'installations de chromatographie préparative et propose à ses clients une vraie solution différenciante pour la purification de leurs produits, quand il n'utilise pas en interne les installations pour ses propres besoins. En chimie fine, la purification par cristallisation est une solution bien maîtrisée et bon marché, mais Sébastien Rose, vice-président R&D d'Axyntis, observe que pour purifier des molécules fragiles, des extraits de plantes complexes ou pour séparer des mélanges racémiques, la chromatographie préparative est une solution mieux adaptée.

Par ailleurs grâce à cette technologie qui permet une purification finale d'une grande efficacité, François Baduel, directeur de la stratégie, ajoute que l'on peut accélérer le développement d'un procédé de synthèse et livrer à un client un produit plus rapidement qu'auparavant. La société est par exemple en mesure de fabriquer des standards de référence de principes actifs pour les validations de méthodes analytiques demandées en phase II de développement en des temps record.

À l'origine de cette société commune, il y a eu le rachat de la société Kyralia basée à Romainville. Spin off d'Aventis, son savoir-faire remontait aux années 70 et à la société pharmaceutique Roussel Uclaf, inventeur de la chromatographie préparative sous pression en lieu et place de la chromatographie par gravité à pression atmosphérique. Axyntis et son partenaire ont repris les équipements - notamment 2 colonnes préparatives de tailles pilote (LC200, soit 200 mm de diamètre) et industrielle (LC450, soit 450 mm de diamètre) et trois colonnes de laboratoire - qu'ils ont transférés dans l'atelier pilote du site d'Axyntis-Orgapharm à Pithiviers. Ces installations pilote et industrielle ont été revampées pour pouvoir réaliser des purifications sous conditions GMP. Un effectif de 4 personnes a également été repris pour conserver le savoir- faire autour de l'utilisation de cette technologie. Aujourd'hui « c'est un outil qui tourne », assure Sébastien Rose. Pour chaque séparation, la mise au point des conditions opératoires, en particulier le choix des silices et les mélanges de solvants, est réalisée dans un laboratoire attenant. À noter que les silices peuvent être réutilisées sur plusieurs cycles, de « 3 à 50 voire plus », cite Sébastien Rose. De son côté, le solvant utilisé en grande quantité est systématiquement recyclé sur site.

Un environnement « high potent »

Dans les mois à venir, dans le prolongement d'un investissement de 1 million d'euros pour transformer des locaux rachetés à 3M à Pithiviers de « medium potent » à « high potent », Axyntis envisage d'installer une nouvelle ligne de chromatographie préparative. « Nous avons beaucoup de demandes pour la fabrication de produits "high potent" qui concernent principalement le secteur de l'oncologie. Notre intention est de proposer également une activité de purification dans cet atelier pour compléter notre offre de synthèse », ajoute François Baduel.

Dans ce partenariat autour de Kyrapharm, la présence du groupe Fuji Silysia ne doit rien au hasard. Le Japonais est en effet l'un des tout premiers producteurs mondiaux de silice pour diverses applications - peintures, pneus, dessicants, culture du riz, cosmétique, colonnes HPLC - ainsi que pour la chromatographie préparative. Lucien Charles, Directeur Monde de toute l'activité Chromatographie de Fuji Silysia, explique que son groupe propose des dizaines de références de silices greffées de marque Chromatorex, en particulier avec des silanes en C18, C8 et C4, pour ne citer que les grades les plus couramment utilisés. Purifier à façon n'est donc pas le métier de Fuji Silysia. Il est en revanche le fournisseur exclusif des silices utilisées par Kyrapharm dans ses colonnes. Pour l'heure, toutes ces silices sont produites au Japon. « Notre investissement dans Kyrapharm est un moyen d'accéder à une plateforme pour intéresser les industriels de la pharmacie à intégrer des étapes de chromatographie dans leurs procédés », souligne Lucien Charles. C'est aussi le point de départ d'une stratégie plus globale du groupe japonais, visant à terme à installer une nouvelle base industrielle en Europe. Ainsi en 2015, le groupe japonais a pris une participation dans le capital d'Axyntis à hauteur de 50 %. Puis en 2017, il a investi 360 000 euros dans l'installation d'un nouveau laboratoire à Pithiviers, baptisé Silylab, dédié au greffage de silice, et désormais pleinement opérationnel.

Lucien Charles explique que la production de silices greffées n'a rien de trivial : « La production de silice précipitée à partir de silicate de sodium et d'acide sulfurique pour le secteur de la chromatographie nécessite 22 étapes successives pour obtenir des silices parfaitement sphériques et de diamètre compris entre 2 microns et 200 microns. Le greffage nécessite quant à lui une quinzaine d'étapes supplémentaires ».

Transfert technologique

Doté d'un effectif franco-japonais de 3 à 4 personnes, l'objectif de ce laboratoire est clairement de transférer chez Axyntis le savoir du Japonais dans le greffage de silices pour produire à terme des silices greffées sur le site de Pithiviers. « Dans un premier temps, nous allons compléter la production qui se fait au Japon. Dans un deuxième temps, nous chercherons à développer de nouveaux greffages pour répondre au besoin de nouveaux produits », ajoute Lucien Charles, qui évoque même un projet de production de silice précipitée en Europe, éventuellement à Pithiviers, pour compléter le dispositif de production du groupe japonais.

Pour Axyntis, cette activité de chromatographie préparative reste une activité de niche. Mais elle devrait se développer. En tout cas, l'impact est très positif pour l'image de l'ETI. « Il démontre son aptitude à avoir investi dans des technologies novatrices dont peu de sociétés disposent et à avoir signé un partenariat avec un groupe japonais. C'est le signe d'une vraie stratégie long terme compte tenu de la culture japonaise connue pour ses valeurs autour de la fidélité et de l'engagement sur le long terme », ajoute François Baduel. ?

AXYNTIS VISE LE MARCHÉ DES BIOMOLÉCULES

En mai dernier, des chercheurs du laboratoire de recherche Biomolécules et Biotechnologies végétales de l'université de Tours ont annoncé qu'ils venaient de mettre au point une alternative pour produire de la Vindoline, une molécule entrant dans la composition de médicaments anti-cancéreux. Jusqu'à présent, la Vindoline était extraite de la pervenche de Madagascar, une plante cultivée principalement en Inde et au Texas. Les chercheurs propose désormais de produire ce composé à partir d'une souche de levure, ce qui permet de gagner du temps et de diminuer les coûts dans le processus de production de la Vindoline. Ces travaux de recherche menés depuis 2014 par le laboratoire ont été possibles grâce au soutien financier de la Région Centre-Val de Loire. Une enveloppe budgétaire de 600 000 euros a ainsi été allouée pour financer trois programmes de recherches : ABISAL (PIA), BioProPharm (ARD 2020) et CatharSis (appel à projet régional). Sur la base de ce procédé, le groupe Axyntis estime qu'il serait en mesure d'installer d'ici trois à cinq ans une unité de bioproduction à Pithiviers, fonctionnant sur ce principe. Elle s'appuierait sur le Bio3 Institute, le centre de formation et de recherche des biomédicaments basé à Tours, pour former ses techniciens et aussi accéder à sa plateforme technique, et notamment à ses bioréacteurs de forte capacité. En attendant, le laboratoire tourangeau et le groupe de chimie fine vont participer au projet européen MIAMi pour la mise au point d'un procédé de production de précurseurs d'anticancéreux, habituellement extraits de plante, par voie biotech. Dans cette association, Axyntis travaillera essentiellement sur les phases de purification en utilisant la chromatographie préparative. ?

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

La construction de l’usine de Wacker en Corée est complétée

La construction de l’usine de Wacker en Corée est complétée

La production d’un nouveau spray dryer permettant la fabrication de poudres de polymères dispersibles a commencé sur la nouvelle usine de Wacker à Ulsan, en Corée du Sud. D’une capacité de[…]

06/09/2019 | Corée du SudSpécialités
Ineos finalise l'acquisition des composites d’Ashland

Ineos finalise l'acquisition des composites d’Ashland

BASF construit une usine en Chine sous la marque Chemetall

BASF construit une usine en Chine sous la marque Chemetall

Biocontrôle : le Français M2i lève 60 M€

Biocontrôle : le Français M2i lève 60 M€

Plus d'articles