Nous suivre Info chimie

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

La crise souffle, Air Liquide ne rompt pas. Malgré « une baisse brutale et intense dans l'acier, la chimie, l'automobile et l'électronique » en fin d'année, Air Liquide a réussi à afficher « 7,9 % de croissance » au quatrième trimestre, se satisfait Benoît Potier, p-dg du groupe. En 2008, le chiffre d'affaires total a connu une croissance de 11 %, à 13,1 milliards d'euros, en droite ligne avec l'objectif fixé début 2008. Le résultat net a, de son côté, atteint 1,22 Mrd €, soit une progression de 10,8 % à taux de change constant (8,6 % publié). Malgré la crise, Air Liquide tire son épingle du jeu car « 80 % du chiffre d'affaires est plutôt bien protégé des fluctuations grâce à un grand contraste dans notre portefeuille entre le cyclique et le défensif », se réjouit Benoît Potier. Les activités défensives du groupe, comme les gaz pour le raffinage, la pharmacie ou l'alimentaire se sont ainsi bien maintenues. Tout comme l'utilisation d'azote et ses applications d'inertage. Les activités dédiées aux secteurs plus cycliques se sont montrées plus contrastées. Si les gaz pour la production d'acier plat à destination de l'automobile ont connu des baisses de régime, comme un certain nombre d'autres applications chimiques, de nombreux sous-secteurs ont continué de croître, comme la demande en gaz pour les productions de poutres métalliques. Les nouvelles unités de production ont aussi permis à Air Liquide de soutenir sa croissance. 19 démarrages ont eu lieu en 2008, dont dix dans les pays émergents. En 2009, une vingtaine d'autres sont prévus. Dont 60 % dans les économies émergentes comme en Chine, en Inde, ou à Singapour, et 40 % dans des grands pays, aux Etats-Unis et en Europe. Si les Amériques et l'Europe représentent encore 79 % du chiffre d'affaires d'Air Liquide, des régions comme l'Asie- Pacifique (19 % du CA) et Moyen-Orient-Afrique (2 % du CA) ont affiché des croissances respectives de 9,1 % jusqu'à 22,4 % l'an passé. De quoi les considérer, d'après Benoît Potier, comme des « relais de croissance fondamentaux, dans l'énergie, l'environnement et la santé ».Pour autant, Air Liquide entend rester prudent en 2009. Le groupe s'est refusé à prévoir un ou deux chiffres de croissance. Une progression, oui, mais de combien, c'est la question. Air Liquide envisage deux scénarii. Celui d'une crise prolongée, qui affaiblirait les activités des secteurs cycliques de 30 % sur l'année et les PIB des économies matures (-1 à -2 %), tout en limitant la progression du PIB de 2 à 3 % dans les pays émergents. Ou celui d'une reprise partielle au second semestre avec les secteurs cycliques ne souffrant que de 10 % de baisse d'activité, des PIB neutres pour les pays de l'OCDE et en progression de 4 % du côté des émergents. Le maintien de la rentabilité du groupe passera enfin par la poursuite de son plan d'économies engagé sur trois ans. Après 230 M€ économisés l'an dernier, Air Liquide table sur des réductions de coûts de 250 M€ en 2009. Un objectif à portée avec une meilleure centralisation des achats et non plus par pays. En revanche, l'emploi ne serait pas remis en question. L'objectif de 30 000 personnes supplémentaires dans les années à venir, pour supporter la croissance du groupe, est « maintenu à moyen terme ». Cette année, beaucoup de groupes aimeraient en dire autant.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

La part du géant allemand dans son ancienne division CropScience se réduit comme peau de chagrin. Bayer a annoncé, le 4 mai, avoir procédé à la vente, le 3 mai au soir et uniquement à des[…]

Horizon dégagé pour la chimie en France

Horizon dégagé pour la chimie en France

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

en bref

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Plus d'articles