Nous suivre Info chimie

Air Liquide cible les marchés en croissance

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le géant mondial des gaz industriels ne veut désormais plus se focaliser sur les économies émergentes mais se concentrer sur les marchés en croissance, où qu'ils soient dans le monde.

Il ne s'agit pas d'un franc changement de stratégie, mais d'une adaptation. « Notre stratégie jusqu'à présent était très géographique, vers les économies en voie de développement. Désormais dans les pays émergents, il y a une sorte de convergence des taux de croissance. L'écart de croissance entre les marchés matures et émergents s'est considérablement réduit. Il faut donc chercher la croissance sur les marchés, qu'il s'agisse des pays matures ou des pays émergents », souligne Benoît Potier, p-dg d'Air Liquide. Le géant français et mondial des gaz industriels, qui fête cette année 100 ans de cotation à la Bourse de Paris, distingue trois grandes tendances propres à modeler ses relais de croissance : la « globalisation de l'industrie et les contraintes des ressources, l'évolution des modes de consommation et de la démographie, et l'appétit grandissant pour l'innovation ». Qu'il s'agisse d'accompagner le déploiement au Moyen-Orient ou en Afrique de projets industriels chinois pour parer aux manques de certaines ressources naturelles en Chine, ou du développement des voitures à hydrogène, ou encore de la croissance du marché des soins à domicile, Air Liquide souhaite désormais s'appuyer sur sa base industrielle en place, sa présence locale dans les marchés géographiques, ainsi que sur son expertise et son savoir-faire pour progresser. Le tout en se focalisant sur trois critères : la compétitivité, les investissements ciblés et l'innovation. Sur ce dernier point, Air Liquide ne songe pourtant pas à renforcer ses activités de R&D, réparties entre huit centres mondiaux en Europe, aux États-Unis et au Japon, menées par 1 000 chercheurs et qui ont nécessité, en 2012, des dépenses de 257 millions d'euros. Le groupe mise aussi sur « l'élément entrepreneurial ». Air Liquide s'est doté d'un fonds d'investissements interne, doté d'un capital initial d'environ 100 M€, pour soutenir des développements de nouvelles activités en interne, portées par de petites équipes, et pour prendre des participations dans des projets innovants ou des start-ups.

Croissance supérieure au marché mondial

Pour la période 2015-2020, Air Liquide s'est ainsi fixé de nouveaux objectifs : une rentabilité des capitaux employés de 11 % à 13 %, et une croissance moyenne annuelle de 6 % à 9 %, hors effets de change. Sur la période 2010-2015, le groupe table sur une croissance moyenne de 5 % à 7 %, soit 1 à 2 points de plus que la croissance du marché mondial des gaz industriels. Air Liquide prévoit ainsi une croissance de 8 à 9 % de son activité Grande industrie (utilisateurs de grands volumes de gaz industriel comme la chimie, le raffinage ou la métallurgie), grâce à son leadership en Chine, l'émergence de grands projets industriels, et la montée en puissance de l'hydrogène. Sur ce point, Benoît Potier, qui évoque notamment le vaste projet du groupe en Arabie Saoudite, relève que le chiffre d'affaires de l'hydrogène est désormais équivalent à celui de l'oxygène dans les comptes du groupe alors que cette activité n'existait pas en interne, il y a une vingtaine d'années. Sa division Santé, encore très focalisée sur l'Europe, devrait progresser de 7 à 8 %, grâce à l'expansion, par croissance organique ou externe des activités, dans le domaine des soins à domicile. La partie Électronique devrait afficher entre 4 et 6 % de croissance annuelle, portée par l'accélération de la demande en gaz en Asie des industries du photovoltaïque et des semi-conducteurs. Des secteurs qui ralentissent en revanche en Europe. Enfin, et c'est l'ombre au tableau, l'Industriel marchand (gaz en moyennes et petites quantités) devrait se contenter d'une croissance de 3 à 5 %. Un niveau inférieur aux perspectives en raison d'une multitude de secteurs clients essentiellement en Europe et au Japon qui ne parviennent pas à renouer avec des niveaux d'activité d'avant-crise.
En termes d'investissement, Air Liquide devrait avoir injecté 12 Mrds € sur la période 2010-2015, dont 2 Mrds pour ses acquisitions. Pour le prochain quinquennat, le groupe table sur une enveloppe d'environ 10 Mrds €. Du côté des économies de coûts, Air Liquide a relevé de 30 % son objectif, à 1,3 Mrd €, pour la période 2010-2015.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Résultats semestriels : Arkema fier de ses performances

Résultats semestriels : Arkema fier de ses performances

Le groupe français Arkema vient de publier les résultats de son premier semestre. Il réalise un chiffre d’affaire de 2,4 milliards d’euros, soit une augmentation de 26 % par rapport à l’année[…]

30/07/2021 | RésultatsActualités
Résultats : BASF se porte bien pour son premier semestre 2021

Résultats : BASF se porte bien pour son premier semestre 2021

Résultats : La production européenne retrouve son niveau prépandémie

Résultats : La production européenne retrouve son niveau prépandémie

La chimie en Île-de-France se décrit en vidéo

La chimie en Île-de-France se décrit en vidéo

Plus d'articles