Nous suivre Info chimie

Air Liquide en mode solide

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Air Liquide en mode solide

l’unité Cryocap H2 sur le site de Port-Jérôme (76)

© PIERRE-EMMANUEL RASTOIN

La traditionnelle présentation annuelle des résultats d'Air Liquide est rarement le lieu des surprises ni des déconvenues de taille. Chaque année, le fleuron français des gaz industriels présente un bilan plutôt conforme aux attentes, souvent en hausse, plus rarement en baisse, jamais dans des proportions stupéfiantes. Une valeur sûre, solide. L'exercice 2018 se range dans la catégorie positive. Il n'y a, même, « pas un paramètre sans une amélioration », s'est réjouit Benoît Potier, le p-dg, ravi d'une année qualifiée de « record pour les ventes et le résultat opérationnel courant ».

Avant les indicateurs clés traditionnels, Air Liquide affiche quelques performances intéressantes et motifs évidents de satisfaction. Trois ans après avoir finalisé la gigantesque acquisition d'Airgas (CPH n°762), le groupe a atteint les synergies espérées avec un an d'avance. Elles s'établissent désormais à 300 M$ par an. Du coup Airgas s'inscrira aussi dans Neos, le programme d'efficacités d'Air Liquide. En 2018, Neos a permis de générer des efficacités de 351 M€, soit plus que les 300 M€ prévus, et le groupe porte désormais son objectif à 400 M€ par an. La dette nette, de son coté, a été réduite de 836 M€, abaissant le ratio d'endettement net sur fonds propre de 80 à 69 % en un an, et permettant au groupe de retrouver une « zone de confort », sourit Benoît Potier. Enfin, Air Liquide se satisfait de ses décisions d'investissement industriel et financier, lesquelles ont atteint 3,1 Mrds € en 2018, soit une progression de 22 % en un an. Elles se répartissent à 40 % pour l'Amérique du Nord, dynamisée par les besoins de la pétrochimie et du pétrole et gaz, au même niveau pour l'Europe, qui profite toujours de grands bassins industriels mais aussi de marchés en forte croissance (santé, « deep tech »), et enfin à 20 % en Asie, portée essentiellement par la demande dans l'électronique.

Air Liquide a enregistré un chiffre d'affaires de 21,01 Mrds € l'an dernier. Ce qui représente une croissance de 3,3 % en glissement annuel (+6,1 % à données comparables, hors effets de change et d'énergie). Sa principale division, Gaz et Services, a atteint 20,11 Mrds € de ventes (+2,4 %, en publié), tandis que les deux autres divisions, Ingénierie et construction (430 M€) et Marchés globaux et technologies (474 M€) ont progressé respectivement de 28 % et 27 %. A données comparables, tous les segments Gaz et services ont progressé, entre 5 et 10 % environ. Par région, tout est aussi positif. Pénalisées par les bas niveaux records du Rhin l'an dernier, les ventes en Europe n'ont évolué que de 3 %, à 7,11 Mrds €. La meilleure performance se situe dans la zone Moyen-Orient-Afrique (+15,5 %, à 655 M€) en raison du démarrage de l'unité géante de séparation des gaz de l'air pour Sasol en Afrique du Sud début 2018 (CPH n°831). Sur le front de la rentabilité, Air Liquide a enregistré un résultat opérationnel courant de 3,45 Mrds € (+2,5 %, en publié) et le résultat net est ressorti à 2,11 Mrds € (+4,2 %).

Benoît Potier se montre confiant dans la croissance en 2019. Air Liquide va redevenir le n°2 mondial juste derrière le nouveau Linde qui va retrouver sa couronne grâce à la finalisation de sa fusion avec Praxair. Cette opération rebat les cartes du marché mondial, générant deux mastodontes mondiaux, Linde et Air Liquide, très loin devant leurs poursuivants en termes de taille, et des nouveaux entrants comme le Japonais Taiyo Nippon Sanso en Europe et le retour de l'Allemand Messer en Amérique (CPH n°862). Mais Benoît Potier ne s'en tourmente pas : « Cela ne va pas révolutionner le marché. Localement, cela apportera juste une dynamique différente ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

L’Arabie Saoudite et la Russie signent de nouveaux accords

L’Arabie Saoudite et la Russie signent de nouveaux accords

Alors que ses relations avec l’Europe et les Etats-Unis sont au plus bas depuis la crise de Crimée de 2014, la Russie poursuit ses investissements et son rapprochement géopolitique avec la région du Golfe, avec entres[…]

16/10/2019 | RussieArabie Saoudite
Shell et AMG forment une joint-venture

Shell et AMG forment une joint-venture

Recyclage : BASF met la main sur Quantafuel

Recyclage : BASF met la main sur Quantafuel

Gazprom et Linde signent plusieurs accords

Gazprom et Linde signent plusieurs accords

Plus d'articles