Nous suivre Info chimie

Air liquide s'engage vers une croissance durable

D.O.
Air liquide s'engage vers une croissance durable

l’unité Cryocap H2 sur le site de Port-Jérôme (76)

© PIERRE-EMMANUEL RASTOIN

Le 30 novembre, le spécialiste français des gaz industriels Air Liquide a présenté ses objectifs en matière de climat, pour accélérer sur la croissance « bas carbone ». « Le climat est intégré dans le développement du groupe Air Liquide. Notre stratégie de croissance durable et responsable permet de réconcilier deux perspectives : l'économie et la création de sens », déclare Benoît Potier, p-dg d'Air Liquide. Dans ce cadre, il compte travailler à la fois sur ses actifs, sur les solutions pour ses clients et sur l'écosystème. Pour ce qui est de ses actifs de production, de la distribution de gaz et des services, le groupe s'est fixé comme objectif, d'ici à 2025, de réduire de 30 % son intensité carbone par rapport à son niveau de 2015. Pour ce faire, il entend travailler sur trois axes. D'abord, Air Liquide entend augmenter de 67 % ses achats en électricité renouvelable, via la signature de contrats directs d'achats auprès des producteurs, une sélection des fournisseurs, et une amélioration du mix énergétique au niveau local. D'autre part, le groupe compte améliorer l'efficacité énergétique de ses unités de production, en réduisant de 5 % la consommation d'énergie par unité de volume produit. Pour atteindre cet objectif, Air Liquide va notamment optimiser l'efficacité énergétique des nouvelles unités, travailler sur la performance opérationnelle de ses unités existantes, et moderniser ou renouveler sa base d'actifs en les adaptant à l'évolution des bassins industriels. Enfin, l'entreprise a l'intention de réduire de 10 % l'empreinte carbone des gaz vrac et bouteille, en optimisant la production, la distribution et en faisant adopter les carburants alternatifs à 20 % de sa flotte de camions. Sur le volet « Clients », Air Liquide prévoit de déployer des offres « bas carbone ». D'un côté, le groupe veut promouvoir l'externalisation des actifs, le développement de solutions à faible empreinte carbonée au niveau du transport, et le déploiement du procédé d'oxy-combustion (plus propre que la combustion classique). D'autre part, il compte travailler sur la limitation des émissions des clients via l'implémentation de procédés industriels innovants (injection de dihydrogène, capture de CO2, etc.). Enfin, sur l'axe « Écosystèmes », le groupe compte développer les usages du biométhane, promouvoir des transports frigorifiques propres (via l'usage de molécules cryogéniques), et développer les usages de l'hydrogène, en particulier dans la mobilité. « Pour remplir tous ces objectifs de réduction d'empreinte carbone, il est indispensable de mener des investissements. Le groupe dépense environ 100 M€, chaque année, pour l'innovation. Et depuis 2014, nous avons cumulé près de 170 M€ d'investissements dans le biométhane, et 130 M€ dans la mobilité hydrogène », précise Benoît Potier.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Aramco veut renégocier l’accord pour la reprise de Sabic

Aramco veut renégocier l’accord pour la reprise de Sabic

Alors qu’il s’était engagé à débourser 69,1 Mrds $ pour détenir 70 % de Sabic en mars 2019, le géant pétrolier et pétrochimique Saudi Aramco souhaiterait revoir les[…]

14/05/2020 | SabicPétrochimie
Indorama Ventures octroie 50 M$ à Indo Rama Synthetics

Indorama Ventures octroie 50 M$ à Indo Rama Synthetics

PKN Orlen prévoit une unité d’IPA en Pologne

PKN Orlen prévoit une unité d’IPA en Pologne

« A Lacq, le niveau d’activité se situe aux alentours de 80% »

« A Lacq, le niveau d’activité se situe aux alentours de 80% »

Plus d'articles