Nous suivre Info chimie

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Comme tous les industriels, Air Liquide n'a pas échappé à la crise l'an dernier. Malgré la baisse de ses ventes, le géant des gaz industriels ressort solide de 2009 et a surtout renforcé sa stratégie vers les pays émergents.

Le basculement opéré entre les économies matures et les émergentes aura été « la grande différence de 2009 », soutient Benoît Potier. Le p-dg d'Air Liquide est encore estomaqué par le recul de la production industrielle l'an dernier dans certaines parties du monde, comme le « Japon avec -35 %, c'est colossal, ou la Zone Euro avec de -15 à -20 %. Je n'avais jamais vu une situation pareille en trente ans ! ». Et du coup, de constater qu'en « un an de crise, tous les investissements ont basculé vers les pays émergents ». De fait, en 2009, la part des investissements d'Air Liquide dans ces pays est passée de 55 % à 80 %. Une tendance qui se confirmera cette année, puisque le géant des gaz industriels indique que 16 des 20 démarrages d'unités prévus cette année pour le groupe auront lieu en Inde, au Brésil et surtout en Chine, avec de six à sept démarrages. Et aucun en Europe. Sur la question des investissements, Air Liquide compte par ailleurs renouer avec des niveaux plus élevés. En 2009, ils se sont portés à 1,4 milliard d'euros contre 1,9 en 2008, et devraient dépasser 1,7 Mrd € cette année. Touché par la crise à partir du 1er trimestre 2009, en décalage de trois mois avec la plupart des industriels, Air Liquide a connu une année compliquée. Son chiffre d'affaires accuse une baisse de 8,6 %, à 11,98 Mrds €, avec un recul 7,6 % des ventes Gaz & Services, cœur de métier du groupe, à 10,2 Mrds €. Parmi les segments, l'industriel marchand, le plus important, a baissé de 8,4 % et l'électronique (seulement 9 % du CA Gaz & Services) de 21,8 %. Le segment grande industrie s'est montré bien plus solide, avec un recul de seulement 1 %, tandis que la santé a affiché une croissance de 7,4 % en un an. Représentant pour l'heure un chiffre d'affaires d'un peu plus de 1,8 Mrd €, la santé est un véritable relais de croissance, surtout en Europe. Air Liquide compte bien croître encore dans ce domaine, notamment dans les gaz thérapeutiques et les services de soins à domicile. Si les ventes ont baissé, le groupe affiche en revanche une bonne santé financière. Malgré la crise, le résultat opérationnel a repris 2,1 % (1,96 Mrd €) et le bénéfice net affiche une croissance de 0,8 %, à 1,23 Mrd €. Autres motifs de satisfaction : la réduction de la dette de 593 M€ en un an, ainsi que des économies réalisées de 335 M€, supérieures aux 300 M€ envisagés initialement en 2009 dans le cadre du programme Alma de réduction des coûts sur trois ans. « En deux ans, nous avons atteint 94 % de l'objectif », se félicite Benoît Potier. Notamment grâce à une meilleure « globalisation des achats », avec la mise en place d'organisations sur les plans continental et mondial, ainsi qu'à une amélioration de l'efficacité industrielle et logistique. Si Air Liquide n'envisage pas de surenchérir sur Airgas et contrer Air Products (CPH n°497), il n'exclut pas des opportunités de croissance externe. « Nous avons toujours laissé la porte ouverte à des acquisitions, mais les grandes consolidations ne sont pas à l'agenda. Les petites consolidations régionales sont plus intéressantes », note le dirigeant, qui recense pas moins de 13 opportunités de reprise de sites à l'heure actuelle. En réalité, le groupe mise bien plus sur sa croissance organique. Outre la santé, Air Liquide veut se renforcer aussi sur les marchés des énergies renouvelables et de la conversion propre, qui représentent un marché potentiel de 30 Mrds € à l'horizon 2020. Sans donner de prévision de chiffre d'affaires, le groupe estime que 2010 sera en croissance avec des niveaux de 2008 retrouvés avant la fin de l'année. Selon Benoît Potier, qui se félicite d'une « bonne année 2009 » malgré la crise, « l'orage est aujourd'hui en grande partie passé, mais le soleil n'est pas encore revenu ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

La part du géant allemand dans son ancienne division CropScience se réduit comme peau de chagrin. Bayer a annoncé, le 4 mai, avoir procédé à la vente, le 3 mai au soir et uniquement à des[…]

Horizon dégagé pour la chimie en France

Horizon dégagé pour la chimie en France

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

en bref

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Plus d'articles