Nous suivre Info chimie

Air Products veut se donner de l'air

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

À l'image de son compatriote DuPont avec la création de Chemours, ou de Bayer avec celle de Covestro, Air Products veut se repositionner sur son portefeuille stratégique. Le géant des gaz industriels a ainsi annoncé le 17 septembre qu'il allait profondément modifier son profil en se séparant de sa division Materials Technologies. L'opération s'effectuerait sous la forme d'un spin-off, sans taxe, pour les actionnaires d'Air Products. Les modalités précises d'attribution des actions de la future société, qui sera pourvue d'un nouveau nom, ne sont pas encore connues. L'opération est prévue pour se finaliser avant septembre 2016. Guillermo Novo, actuellement vice-président exécutif de Material Technologies, est destiné à devenir le p-dg de la future entité qui sortira du giron d'Air Products. Seifi Ghasemi resterait président d'Air Products et deviendrait également président non-exécutif de la future entité.

« L'opportunité de mettre la main sur une manne de 1,5 Mrd $ »
 

L'objectif de ce projet est de permettre à Air Products et Materials Technologies de mieux se concentrer sur leurs propres compétences, business models, et stratégies de développement. Accessoirement, Air Products voit en cette opération l'opportunité de mettre la main sur une manne de 1,5 milliard de dollars (1,3 Mrd €) qu'il pourrait redéployer pour ses capacités et ses développements.

Materials Technologies est une entité bien distincte du portefeuille d'Air Products, composée de deux divisions principales qui ont généré à elles deux des ventes de 2,16 Mrds $ sur les douze derniers mois. La première, Matériaux de performance est focalisée sur les agents époxy, les additifs polyuréthanes et les additifs de spécialités. Elle détient des positions de leader sur les marchés mondiaux des catalyseurs aminés, des agents époxy et des agents humidificateurs. Cette division a compté pour 55 % des ventes de Materials Technologies. La seconde partie est celle des Matériaux pour l'électronique, qui a compté pour 45 % des ventes. Elle produit des gaz de spécialité et des spécialités chimiques pour l'électronique, avec des positions dominantes dans les domaines de la planarisation mécano-chimique (CMP) ou les systèmes de délivrance et de déposition.
 

Material Technologies a nettement amélioré sa rentabilité ces dernières années, selon la présentation faite par Air Products. La marge d'Ebitda serait passée de 390 M$ en 2013 à 584 M$ pour les douze derniers mois, soit une marge améliorée de 21 % à 27 % en l'espace de deux ans. Comme pour l'actuel Air Products, les ventes sont concentrées aux Amériques (50 % pour le groupe, 54 % pour Material Technologies). En revanche, alors que le géant américain des gaz industriels affiche un chiffre d'affaires à parts égales entre les régions Asie et Europe (25 % chaque), Material Technologies est surtout positionné en Asie (28 % des ventes), pour seulement 18 % en Europe.

Sans cette entité, Air Products verrait son chiffre d'affaires passer de 10,12 à 7,96 Mrds $, selon les chiffres disponibles pour les douze derniers mois, et augmenterait légèrement sa marge d'Ebitda de 29,2 à 29,8 %. Surtout, le groupe pourrait se focaliser pleinement sur ses métiers principaux et son coeur de métier dans les gaz industriels. Avec ce projet, Seifi Ghasemi ambitionne d'atteindre « l'objectif ultime de devenir le groupe de gaz industriels le plus sûr et le plus profitable au monde ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Les résultats du deuxième trimestre de la chimie européenne tombent toujours pendant la trêve estivale, nécessitant de se mettre à jour à la rentrée. Cette année, ils apportent une[…]

31/08/2020 | Edito Hebdo
[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

Plus d'articles