Nous suivre Info chimie

AkzoNobel repousse encore PPG

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Jamais deux sans trois. Le géant néerlandais a décliné, le 8 mai, la troisième offre publique de son concurrent américain. Laquelle, publiée le 24 avril, s'élevait à un potentiel de 26,9 milliards d'euros (CPH n°799). Cette fois, les dirigeants d'AkzoNobel ont même rencontré des représentants américains. Le 6 mai, à Rotterdam (Pays-Bas), Ton Büchner, le p-dg, et Antony Burgmans, président du conseil d'administration, ont discuté avec Michael McGarry, président et p-dg de PPG, et Hugh Grant, un directeur indépendant. Une rencontre d'une heure et demie qui n'était pas prévue pour négocier mais juste pour dire non, a déploré de son côté le groupe américain. AkzoNobel a précisé avoir en outre examiné de très près la dernière offre. Mais la conclusion reste toujours négative. Le groupe néerlandais estime que l'offre continue de sous-évaluer sa valeur réelle, ne répond pas suffisamment aux risques et incertitudes que pourrait générer une telle fusion, notamment en ce qui concerne les actifs qui pourraient être cédés et les risques sur les effectifs. Sans compter que la stratégie de séparation des spécialités chimiques n'est pas suffisamment étayée dans le projet américain. AkzoNobel va même jusqu'à suggérer des problèmes de compréhension culturelle, et que PPG n'a jamais prouvé être capable de mener à bien une acquisition de cette ampleur. Laquelle serait huit fois supérieure en valeur à toute acquisition menée par l'Américain dans son histoire, et trois fois supérieure à la valeur totale des acquisitions qu'ils auraient finalisées lors des dix dernières années.

PPG s'est dit très peiné de cette vision néerlandaise et continue de croire que sa solution est meilleure que le projet de spin-off d'AkzoNobel. Le groupe américain se dit toujours prêt à entamer de nouvelles discussions mais que, sans engagement clair, il décidera de sa stratégie concernant cette opération. Soit il abandonne, soit il passe en mode OPA hostile.

Reuters affirme que PPG devra se décider assez rapidement, car selon les lois néerlandaises en matière d'acquisition, il devrait déposer toute demande d'OPA auprès des autorités des marchés financiers aux Pays-Bas avant le 1er juin. Terme au-delà duquel il ne pourrait plus formuler d'OPA avant une période de 6 mois. Reuters indique qu'en réalité, les acquisitions hostiles aux Pays-Bas sont extrêmement rares en raison des mécanismes juridiques existants pour les contrecarrer. Sans compter qu'AkzoNobel lui-même disposerait de puissants mécanismes propres de défense. En parallèle, le fonds Elliott Advisors, qui dit avoir rassemblé au moins 10 % des actionnaires du groupe néerlandais, a lancé une action en justice pour faire valoir sa demande d'assemblée générale extraordinaire avec à l'ordre du jour la révocation d'Antony Burgmans du conseil d'administration. Une demande qui a toujours été rejetée par la direction d'AkzoNobel (CPH n°797).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Rétrospective 2019 : Les actualités qui ont marqué l'année

Rétrospective 2019 : Les actualités qui ont marqué l'année

Rien n’arrête la valse mondiale. Des opérations de grandes envergures se sont poursuivies en 2019 à l’international, sans qu’il y ait vraiment de méga-fusions. En France, des opérations de plus[…]

Intermédiaires : Indorama rachète la branche de Huntsman

Intermédiaires : Indorama rachète la branche de Huntsman

BASF commence les travaux sur son futur Verbund chinois

BASF commence les travaux sur son futur Verbund chinois

Evonik ferme temporairement son complexe d’Anvers

Evonik ferme temporairement son complexe d’Anvers

Plus d'articles