Nous suivre Info chimie

« Appel des 30 », 3e et dernière édition

Sujets relatifs :

, ,
« Appel des 30 », 3e et dernière édition

Vue de la vallée de la chimie avec, au centre, la raffinerie de Feyzin.

© Jacques Leon

Dernière chance pour des porteurs de projets qui souhaiteraient s'installer dans la Vallée de la chimie. Soit à l'intérieur de sites industriels en activité. Soit sur des surfaces immobilières à partager. Soit sur des terrains disponibles pour développer des paysages productifs. La deadline est fixée au 30 octobre pour les dépôts de dossiers.

Dernière chance pour participer à l'« Appel des 30 ». Le programme mis en place par la Métropole de Lyon en 2014, en partenariat avec les industriels de la Vallée de la chimie (territoire de 25 km au sud de la ville) et une trentaine de partenaires publics et privés, touchera à sa fin au terme d'un 3e appel à projet lancé le 29 août. Cette initiative n'a d'autre objectif que d'accompagner la mutation de la chimie. Un secteur décrié par certains riverains, mais clé pour l'économie du territoire. Or cette mutation s'était traduite par des fermetures ou des réductions de tailles d'unités, entraînant l'apparition de nombreuses friches industrielles.

« La Vallée de la chimie est au coeur de notre stratégie de développement économique, dont l'ambition est de faire de Lyon la première métropole industrielle de France, en accompagnant les entreprises sur les enjeux fondamentaux que sont la transition numérique, la transition énergétique et l'industrie du futur », assure David Fimelfeld, président de la Métropole.

Pilotée par la Mission Vallée de la chimie, nouvellement dirigée par Julien Lahaie, l'« Appel des 30 » a consisté, pour ses deux premières éditions de 2014 et 2016, à identifier des hectares de friches à l'intérieur de sites en activité sur lesquels des porteurs de projets pouvaient s'installer. Avec, à la clé, une mutualisation de moyens - utilités, gardiennage, sécurité... - voire la mise en place de partenariats plus poussés, si affinité.

Et le succès a été au rendez-vous. Sur la période, 45 hectares ont pu être mobilisés pour mettre en oeuvre 26 projets. 200 millions d'euros ont été investis et près de 200 emplois directs créés. Deltalys, spécialisé dans la purification de biogaz, s'est installé chez Kem One. Jontrans, dans le transport et stockage de matières dangereuses, a racheté à Solvay un terrain en bordure de son site de Belle-Étoile. D'autres projets d'installation sont en cours d'étude, notamment sur un terrain de Sanofi.

Citons également l'installation de 40 000 m2 de panneaux solaires par Lyon Rhône Solaire sur les toitures et parkings de 6 industriels. Ajoutés à cela, 6 projets de paysages productifs ont vu le jour. C'est, par exemple, le cas de la société Serpol qui s'est implantée en bordure de la raffinerie de Feyzin et réhabilite des sols pollués en y faisant pousser des végétaux.

De ce fait, pour la 3e édition, la superficie de foncier disponible a un peu fondu. Seulement 30 hectares de foncier sont proposés à l'intérieur de sites industriels en activité. Néanmoins, « en plus de ces fonciers, nous proposons des parcours immobiliers pour ceux qui veulent s'implanter dans Vallée de Chimie », complète Julien Lahaie, évoquant plus de 10 000 m2 de surfaces. Par exemple, une jeune société innovante pourra choisir de s'installer sur une des plateformes d'Axel'One pour préparer son industrialisation, pour ensuite se faire accompagner sur le site industriel le plus adapté à ses besoins.

L'idée de parcours immobiliers

Un peu plus loin de la chimie, l'appel veut favoriser l'émergence de projets d'un autre genre, appelés « offres servicielles », pour faciliter la mobilité, le recyclage... jusqu'à l'introduction de « paysages participatifs ». Dans ce dernier cas, il s'agit de consacrer des espaces pour que salariés de la chimie et riverains se « reconnectent », alors que leur lien historique s'est un peu distendu. Dernière originalité, entre les centres de recherche d'IFPEN et de Total à Solaize, un chemin de 800 m pourra laisser libre cours à des innovateurs travaillant sur les voiries innovantes (voiries photovoltaïques, nouveaux bitumes...).

Vers une gouvernance commune ?

Les porteurs de projets ont désormais jusqu'au 30 octobre pour se manifester, tandis que les lauréats seront dévoilés en mars 2019. Au delà de cette période, la Métropole assure que la dynamique enclenchée ne pourra que perdurer. Notamment au niveau des industriels de la Vallée de la chimie qui, depuis 2014, sont liés par une charte de partenariat et finiront peut-être par formaliser une gouvernance commune pour devenir une vraie plateforme chimique mutualisée. Ce qui semble être le souhait de la Métropole, soutien indéfectible de la Vallée de la chimie, qui reste au coeur de sa stratégie de développement économique.

LE BILAN DES 2 PREMIÈRES ÉDITIONS

2014 - 20 HA MOBILISÉS - 5 MILLIONS D'EUROS D'INVESTISSEMENTS - 25 EMPLOIS DIRECTS 2016 - 25 HA MOBILISÉS - 200 MILLIONS D'EUROS D'INVESTISSEMENTS - 170 EMPLOIS DIRECTS

JONTRANS, LAURÉAT DU 1ER APPEL

Le projet de transporteur Jontrans (3,8 ME de CA en 2017) est l'une des success story de cette initiative « Appel des 30 ». Lauréat du premier appel, ce spécialiste du transport de conteneurs citerne, dry et bulk, et notamment de matières dangereuses, a pu racheter à Solvay un terrain de 3 hectares, en bordure de son site de Belle-Étoile, le long de l'autoroute A7. Résultat : ce transporteur, qui était installé à Le Chambon Feugerolles dans la Loire, peut ainsi se rapprocher d'importants clients installés dans la Vallée de la chimie. La société familiale, dont le dirigeant Robert Landon appartient à la 4e génération, entend également y développer une activité de stockage de matières dangereuses pour répondre à un besoin client. Il disposera d'une capacité de stockage de 350 conteneurs, dont 200 conteneurs pour les matières dangereuses. Le dirigeant se félicite de la localisation géographique de ce site, proche de l'autoroute, d'un port, ainsi que des infrastructures de Solvay. « Nous bénéficions de la mutualisation de services comme les pompiers, la station d'épuration des eaux, la surveillance », explique Robert Landon qui investira un total de 4 ME dans ce projet. Il annonce par ailleurs qu'il a pu embaucher cinq personnes en 2018. ?

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Alors que votre publication s’apprête à faire une pause estivale, il est temps de dresser un bilan de ce premier semestre 2019. Dans la chimie, deux sociétés ont indéniablement occupé le devant de[…]

19/07/2019 |
Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Une chimie hyper-durable en 2050

Une chimie hyper-durable en 2050

Plus d'articles