Nous suivre Info chimie

Arkema cède une partie de CECA

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

C'est le printemps ! Moment propice pour le ménage et le rangement. Toutefois, dans le cadre de la cession de son activité Charbons actifs et agents de filtration, l'influence de la saison a sans doute été moins importante pour Arkema que l'offre alléchante de Calgon Carbon.

« Le transfert de six sites industriels en France et en Italie »

 

Le groupe américain propose une valeur d'entreprise de 145 millions d'euros, ce qui représente un « multiple de 9,5 sur la base de l'Ebitda 2015 » de l'activité cédée, précise Arkema. L'an dernier, les segments Charbons actifs et agents de filtration, regroupés au sein de sa filiale CECA, avaient généré des ventes totales de 93,2 M€.

Se revendiquant plus grand producteur mondial de charbon actif, Calgon Carbon considère cette acquisition comme un complément naturel de ses activités. Le groupe de Pittsburgh (Pennsylvanie), qui recense 1 100 salariés, voit aussi dans cette opération l'opportunité d'étendre ses activités en se positionnant sur de nouveaux matériaux de filtration, comme les diatomées et perlites, en s'ouvrant au marché de la pharmacie, ainsi qu'en pénétrant le marché indien du charbon actif, ce qui était une de ses priorités stratégiques. Ces produits d'Arkema sont reconnus pour leurs propriétés d'adsorption et de filtration, et trouvent surtout des applications dans les domaines de l'agroalimentaire et des boissons, de la chimie, de la pharmacie, et de l'environnement.

 

Transfert de six sites industriels en France et en Italie
 

La transaction devrait être finalisée au quatrième trimestre. Elle comprend le transfert de six sites industriels, en l'occurrence six usines distinctes, en France et en Italie, et concerne environ 300 salariés : 237 côté français et 66 côté italien. Arkema cédera ainsi ses usines de Parentis, dans les Landes et de Legnago, dans la région de Vérone (Italie), qui produisent des charbons actifs. Celles de Saint-Bauzile (Ardèche) et de Riom-lès-Montagnes (Cantal) se concentrent sur la fabrication d'agents filtrants minéraux. Enfin, les sites italien de Foggia, dans les Pouilles, et français d'Abidos (Pyrénées-Atlantiques) sont spécialisés dans les agents filtrants comme la perlite.

Ce projet de cession ne va pas dissoudre la filiale CECA. Elle restera bien présente dans le périmètre d'Arkema, que ce soit pour les productions de tensio-actifs, d'additifs pétroliers et gaziers, de dérivés du phosphore, ou encore de tamis moléculaires. D'ailleurs, en juin 2015, Arkema a annoncé un investissement de 60 M€ sur le site de CECA à Honfleur, dans le Calvados, pour y doubler les capacités de production de tamis moléculaires de spécialité. La première phase de ce projet, destiné notamment à produire des adsorbants utilisés pour la séparation des aromatiques en pétrochimie, devrait se concrétiser cet été. La seconde phase devrait être achevée début 2017.

 

Arkema a prévu de céder l'équivalent de 700 M€ de chiffre d'affaires
 

La cession engagée avec Calgon Carbon s'inscrit dans le programme stratégique de cession du chimiste français. Pour la période 2015-2017, le groupe a prévu de céder l'équivalent de 700 M€ de chiffre d'affaires pour affiner son portefeuille. L'automne dernier, Arkema avait finalisé la cession de Sunclear (plaques de polycarbonate, plaques à base de polyméthacrylate de méthyle (PMMA), panneaux PVC) à BF Invest, pour 105 M€. Sunclear comptait pour 180 M€ de chiffre d'affaires. Avec l'opération Charbons actifs et agents de filtration, Arkema atteint ainsi les 273 M€ de ventes quittant son périmètre. Soit pas encore la moitié de son objectif. Ménage et rangement ne sont pas finis pour le groupe.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

Pour une fois, cela va arriver près de chez nous. Pour une fois, ce ne sera pas outre-Atlantique, même si le projet est aussi motivé par les gaz de schiste. Cela, c'est un gigantesque projet pour lequel Ineos va engager[…]

09/07/2018 | PétrochimieEdito Hebdo
L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

Monsanto se fond dans Bayer

Monsanto se fond dans Bayer

Reach est loin d’être fini

Reach est loin d’être fini

Plus d'articles