Nous suivre Info chimie

Arkema confiant

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Arkema confiant

© © Mazodier Bruno / Arkema

L'exercice 2014 restera « décevant par rapport aux ambitions » affichées il y un an, admet Thierry Le Hénaff. Le dirigeant d'Arkema se serait bien passé de certaines conditions de marché difficiles. Notamment dans les gaz fluorés et le polyamide 12, même si un rebond a déjà été amorcé pour le premier marché et est attendu dès cette année pour le second, et dans les acryliques avec un bas de cycle atteint dès l'entame du second semestre et qui semble devoir perdurer pour 2015. Même si un rebond mécanique est jugé inévitable à l'avenir. Du coup, le groupe a vu en 2014 son chiffre d'affaires fléchir de 2,4 % en un an, à 5,95 milliards d'euros. Son Ebitda a été plus ébranlé, en reculant de 13,1 %, à 784 M€, tout en préservant une marge de 13,2 %. Le résultat net affiche un léger retrait de 0,6 %, à 168 M€.


« 2014 restera l'année de l'acquisition de Bostik »


Somme toute, il n'y a rien d'alarmant. D'autant que malgré quelques vents contraires, Arkema a vu 9 de ses 12 lignes principales de produits enregistrer une croissance moyenne de leur Ebitda de 8,5 % entre 2013 et 2014. Et le groupe a mené à bien plusieurs projets cruciaux l'an passé. Aux États-Unis, il a finalisé son plan d'investissements de 110 M$ pour renforcer son complexe d'acryliques. En Malaisie, Arkema a achevé la construction et la mise en service de sa plateforme de thiochimie, dont le démarrage est jugé pleinement satisfaisant. En Chine, via la coentreprise Sunke avec Jurong Chemical, le groupe a mis un pied industriel direct dans le domaine de l'acide acrylique. À elle deux, ces opérations asiatiques permettent à Arkema de disposer aujourd'hui de sites rassemblant toutes ses grandes lignes de produits sur chacun des trois principaux continents. Enfin, 2014 restera évidemment l'année de l'acquisition de Bostik. En intégrant le n°3 mondial des adhésifs, Arkema élargit considérablement ses gammes de spécialités, se positionne sur de nouveaux segments, renforce ses positions industrielles à l'international tout en se déployant plus directement sur certaines zones où il était encore peu implanté, comme l'Amérique du Sud. Surtout, son pôle Matériaux de performance, qui représente aujourd'hui environ un tiers de son chiffre d'affaires, va compter pour 50 % du périmètre. En raison des liens historiques avec l'ancienne maison mère Total et les équipes dirigeantes, et grâce à un plan de financement mené à terme, l'intégration de Bostik se finalise plus vite qu'envisagé. Qui plus est, elle intervient à un moment où Bostik présente des comptes encourageants, avec un chiffre d'affaires en hausse de 4 %, à 1,53 Mrd €, et un Ebidta en progression de 8 %, à 158 M€. Grâce aux synergies identifiées et à la moindre cyclicité des activités de Bostik, Arkema ambitionne 30 % de croissance pour l'Ebitda de sa nouvelle filiale à l'horizon 2017.

D'ici là, le groupe ne compte pas se lancer dans de nouvelles acquisitions d'envergure. Il devrait poursuivre sa politique, plus traditionnelle, de petites opérations ciblées. Il vient de reprendre l'Italien Oxido, spécialiste des peroxydes organiques. Cette acquisition lui permet de mettre la main sur une usine moderne à Anagni, près de Rome, et devrait lui offrir une meilleure intégration en aval de ses productions de peroxydes organiques en Europe.

Dans ce contexte, Thierry Le Hénaff ne semble donc pas inquiet pour l'avenir. Il semble au contraire confiant, persuadé qu'Arkema est positionné « idéalement » sur le « chemin de la croissance ». Depuis sa création en 2006, le groupe a considérablement nettoyé son portefeuille et affiné ses positions de chimiste de spécialités. Et les résultats semblent donner raison à cette stratégie. Depuis 2006, la marge d'Ebitda a ainsi doublé, tout comme la capitalisation boursière qui dépasse aujourd'hui les 5 Mrds €.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Suez cible le secteur chimique pour se développer

Suez cible le secteur chimique pour se développer

Le spécialiste de la valorisation de déchets Suez a détaillé, le 27 août, sa volonté d’accélérer son développement sur les marchés industriels.  Dans le cadre de sa[…]

Lancement du « Pack rebond » pour les territoires d’industrie

Lancement du « Pack rebond » pour les territoires d’industrie

Adhésifs : Arkema reprend les actifs de Fixatti

Adhésifs : Arkema reprend les actifs de Fixatti

Réindustrialisation : Lyon Vallée de la chimie veut garder le cap

Réindustrialisation : Lyon Vallée de la chimie veut garder le cap

Plus d'articles