Nous suivre Info chimie

Arkema détaille son offre pour l'impression 3D

Par Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Alors que les technologies d'impression 3D se développent dans l'industrie et chez les particuliers, le chimiste français a profité du salon Euromold fin septembre pour présenter son offre dans le domaine.

«Aujourd'hui, on parle énormément de l'impression 3D. C'est lié à l'apparition grandissante sur le marché grand public des petites machines destinées au particulier. Mais l'impression 3D pour les professionnels et les industriels connaît aussi un essor très important. Cette technique de fabrication de pièces uniques et/ou complexes constitue une véritable révolution industrielle dans de nombreux secteurs », indique Ilias Iliopoulos, directeur scientifique à la direction de la Recherche et Développement d'Arkema. Le Français s'est en effet positionné pour accompagner l'essor des technologies d'impression 3D sur les marchés professionnels. Arkema a ainsi présenté ses solutions dans le domaine lors du salon Euromold qui s'est tenu du 22 au 25 septembre 2015 à Dusseldorf.

Il s'agit d'« une activité émergente pour Arkema mais qui demande beaucoup d'innovation », selon Ilias Iliopoulos. « Liberté de design, gain de temps, suppression de l'étape coûteuse de la fabrication d'un moule : la technologie de l'impression 3D a tous les atouts pour optimiser les modes de production et faciliter le travail des bureaux d'études, architectes et designers. Pour accompagner l'explosion du marché de l'impression 3D, Arkema a choisi d'investir en R&D et d'en faire l'un de ses principaux axes de développement afin d'offrir des solutions toujours plus innovantes, en phase notamment avec les attentes des secteurs de l'aéronautique, de l'automobile, ou de l'architecture », souligne le groupe. « Nos efforts visent à proposer des nouveaux matériaux et à faire évoluer les gammes existantes pour mieux répondre à des besoins du marché », ajoute Ilias Iliopoulos.

 

Deux types de matériaux

 

Les matériaux d'Arkema sont destinés aux procédés de « Laser Sintering, qui consiste à agglomérer des poudres thermoplastiques couche par couche sous faisceau laser » et d'« UV Curing qui consiste à déposer de très fines couches d'une formulation liquide à base de résine acrylique et à les sécher instantanément par rayonnement ultraviolet », précise le chimiste. Pour répondre aux besoins du procédé Laser Sintering, Arkema propose ses poudres thermoplastiques Orgasol et Rilsan. « Nous avons aussi récemment développé des poudres PEKK Kepstan, qui peuvent tenir à des températures allant jusqu'à 300 °C. Kepstan est donc prisé pour des usages qui demandent de très hautes performances avec, en première ligne, l'aéronautique et l'automobile », indique Ilias Iliopoulos.

Pour les technologies d'UV Curing, le groupe met en avant ses résines acryliques Sartomer. « Nous sommes parmi les leaders mondiaux pour ce type de résines photopolymérisables », souligne le directeur scientifique à la direction R&D d'Arkema. Ces résines acryliques sont destinées notamment aux techniques de « stéréolithographie, c'est-à-dire un bain de liquide où on envoie de la lumière, ou un autre procédé qui permet de créer des objets en projetant de minuscules gouttelettes de résine », précise Ilias Iliopoulos.

Si aujourd'hui, Arkema fournit déjà ces différentes gammes pour les acteurs de l'impression 3D, Ilias Iliopoulos constate « une évolution sur l'attention portée aux matériaux, soit par les utilisateurs finaux industriels soit par les fabricants de machines qui recherchent de plus en plus des matériaux adaptés à des applications exigeantes, en termes de propriétés mécaniques et de résistance thermique ou chimique ». Il détaille : « Nos efforts de recherche ont considérablement augmenté, ces dernières années. Nous avons des personnels qui travaillent spécifiquement sur cette thématique en Europe et aux États-Unis. Nous sommes en contact permanent avec plusieurs grands fabricants de machines professionnelles ». Et le groupe mise beaucoup sur la croissance de ce domaine. « Cela représente aujourd'hui une petite portion du chiffre d'affaires d'Arkema. Mais cette activité devrait prendre de l'importance au vu de la croissance beaucoup plus rapide que le reste de l'industrie chimique », conclut Ilias Iliopoulos.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Hydrogène vert : Haffner Energy vise la production décentralisée en milieu urbain

Hydrogène vert : Haffner Energy vise la production décentralisée en milieu urbain

Produire de l'hydrogène dans de petites unités décentralisées, fonctionnant sur base biomasse, c'est le pari d'Haffner Energy, qui développe actuellement le procédé Hynoca. Une fois[…]

05/12/2019 | Chimie verteInnovation
Création officielle de Symbio pour démocratiser la pile à combustible

Création officielle de Symbio pour démocratiser la pile à combustible

Solvay étend ses installations de R&D à Shanghai

Solvay étend ses installations de R&D à Shanghai

Merck ouvre un fonds d’investissement dédié aux start-up

Merck ouvre un fonds d’investissement dédié aux start-up

Plus d'articles