Nous suivre Info chimie

Arkema étoffe sa R&D pour la construction durable

Sujets relatifs :

, ,

Le chimiste français a inauguré un laboratoire dédié aux solutions pour le bâtiment durable, dénommé « Smart House ». Il vise à stimuler la recherche collaborative et à mener des essais grandeur nature sur les solutions développées.

Améliorer les solutions actuelles pour la construction tout en ayant un aperçu de la philosophie d'Arkema pour un bâtiment durable à l'horizon 2030. Voici ce que permet la Smart House, inaugurée le 8 octobre sur le site de Venette (Oise). Ayant nécessité un investissement « de plusieurs millions d'euros », cette installation dédiée à la R&D est le fruit d'un projet initié par Bostik en 2013, spécialiste des adhésifs passé depuis dans le giron d'Arkema. « Arkema affiche son ambition de développer des solutions innovantes, responsables et durables pour des bâtiments plus respectueux de l'environnement, tout au long de leur cycle de vie », déclare Bernard Pinatel, directeur général de l'activité Matériaux haute performance d'Arkema. Avant de poursuivre : « La Smart House a trois principaux objectifs : elle sert de laboratoire de R&D unique pour imaginer des solutions innovantes pour l'habitat de demain. Elle constitue également une incitation à l'open innovation. Et enfin, elle offre un outil de premier choix pour la démonstration, la communication et la formation sur les solutions pour un bâtiment durable ».

 

Un lieu d'expérimentation grandeur nature

 

La résidence pilote de 160 m2 va permettre de mettre en oeuvre des scenarii de vie quotidienne d'une famille, et d'analyser des données de R&D pour mesurer l'impact des matériaux sur le mode de vie des usagers. « Cette maison va nous permetre de réfléchir sur la construction durable selon quatre thématiques de recherche : l'environnement, l'efficience énergétique, le confort et la santé », indique Olivier Lebrun, chef du projet Smart House chez Bostik (groupe Arkema). Sur la thématique de l' environnement, Arkema ambitionne de développer des solutions pour réduire l'empreinte écologique des matériaux de construction. Ce but passera notamment par l'utilisation de matières premières recyclables et/ou renouvelables, l'allongement de la durée de vie des produits ou encore l'optimisation des process de fabrication ou de mise en oeuvre. En ce qui concerne l'efficience énergétique, l'enjeu majeur est d'optimiser les performances énergétiques de la maison, en intégrant notamment des systèmes de production d'énergie solaire. « La Smart House est une maison passive, qui consomme très peu d'énergie. Elle est construite selon une orientation climatique (au sud) pour capter la chaleur provenant du soleil », détaille Olivier Lebrun. En outre, le toit est recouvert de 63 panneaux photovoltaïques faisant appel aux matériaux polymères d'Arkema : Kynar (PVDF), Evatane (EVA réticulé par peroxydation organique), Apholhya Solar (thermoplastique nanostructuré d'encapsulation) et enfin, Altuglas (PMMA). « Nous avons trois sortes de panneaux solaires sur le toit de la Smart House, afin de comparer les performances de chaque technologie », indique Olivier Lebrun. L'axe de recherche sur le confort s'attachera à travailler sur des matériaux pour améliorer le confort sensoriel des usagers : acoustique (réduction des nuisances sonores), thermique (régulation de la température ambiante), olfactif et visuel (décoration). Enfin, la dernière thématique de recherche est relative à la santé. Arkema souhaite, entre autres, étudier l'impact des émissions des matériaux ou composants sur la qualité de l'air intérieur : composé organiques volatiles (COV), allergènes, particules fines, etc. « Le bâtiment est entièrement isolé au niveau du sol, du plafond, des murs (isolation par l'extérieur) et des fenêtres (triple vitrage) pour assurer l'étanchéité à l'air extérieur, mais cela entraîne une nécessité de travailler sur la gestion de l'air intérieur. Notre travail portera donc sur les interfaces, et sur la conception de solutions à faible relargage de composés », détaille Olivier Lebrun.

Pour ce faire, les chercheurs ont installé dans la Smart House tout un ensemble de capteurs et autres solutions connectées. « L'installation est bardée de capteurs pour faire le bilan thermique et matière de la maison. Il y a même un sol à détection de chute, pour la mise en place des scénarii », explique Olivier Lebrun. L'ensemble des pièces de la maison-laboratoire est ainsi dotée d'instruments de mesure de la température, de l'humidité, de la concentration en CO2 et de COV. La Smart House est également équipée de solutions de domotique, permettant un contrôle à distance : éclairage, robinetterie, chauffage, etc. « La domotique mise en place va aider à travailler sur trois domaines d'applications : la métrologie, l'automatisation et la météorologie », indique le responsable du projet. Ainsi, la métrologie disposera de cinq pièces dédiées offrant la possibilité d'évaluer le confort acoustique et thermique et la pollution de l'air intérieur. Sur le toit de la maison, une station va permettre de suivre en temps réel l'évolution de la météo, ce qui permettra de réguler la température, l'aération ou encore la luminosité de la maison (stores, éclairage), via des automates. Dans sa démarche d'inscription dans le futur, Arkema a fait appel aux nouvelles technologies de l'information de la communication (NTIC) pour présenter et informer sur sa Smart House. La société a ainsi mis en place un site internet dédié (www.smarthouse-arkema.com) destiné aux entreprises, aux scientifiques aux journalistes, etc. Il offre la possibilité d'une visite virtuelle de la maison en 3D avec des vues à 360 degrés. Le site est entièrement pensé avec une architecture Responsible Web Design, lui permettant d'être consultable à la fois sur smartphone, tablette et ordinateur.

La Smart House démontre donc l'engagement du groupe dans les enjeux du développement durable, en particulier dans le bâtiment. Outre de disposer d'un outil de pointe pour développer et tester les innovations, cette maison-laboratoire a pour objectif de stimuler la recherche collaborative. Elle constitue un lieu d'échanges entre la R&D du groupe, les entreprises partenaires, les scientifiques universitaires afin de faire avancer le domaine de la construction durable pas uniquement dans le résidentiel, mais aussi dans le tertiaire, les hôpitaux ou encore les écoles.

DÉMONSTRATIONUN SHOW-ROOM POUR EXPOSER SON SAVOIR-FAIRE

Le projet Smart House ne se résume pas à la maison ultra-sophistiquée pour la R&D. Arkema a construit un espace d'exposition juste en face de la maison-laboratoire. Il permet de présenter aux clients, partenaires, ou autres visiteurs les produits d'Arkema et Bostik dans le domaine de la construction durable « Il s'agit d'un espace modulable selon la thématique que le groupe veut mettre en avant. Les visiteurs pourront ainsi avoir connaissance du savoir-faire des produits du groupe en construction, en particulier sur les premier et second oeuvres : colles, mastics, revêtements de finition, solutions pour le photovoltaïque, etc. », indique Jean-Damien Ponte, directeur commercial des produits grand public de Bostik.

D.O.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Hydrogène vert : Haffner Energy vise la production décentralisée en milieu urbain

Hydrogène vert : Haffner Energy vise la production décentralisée en milieu urbain

Produire de l'hydrogène dans de petites unités décentralisées, fonctionnant sur base biomasse, c'est le pari d'Haffner Energy, qui développe actuellement le procédé Hynoca. Une fois[…]

05/12/2019 | Chimie verteInnovation
Création officielle de Symbio pour démocratiser la pile à combustible

Création officielle de Symbio pour démocratiser la pile à combustible

Solvay étend ses installations de R&D à Shanghai

Solvay étend ses installations de R&D à Shanghai

Merck ouvre un fonds d’investissement dédié aux start-up

Merck ouvre un fonds d’investissement dédié aux start-up

Plus d'articles