Nous suivre Info chimie

Arkema investit en France et pourrait se muscler aux États-Unis

Julien Cottineau
Arkema investit en France et pourrait se muscler aux États-Unis

Le chimiste français a annoncé deux projets de croissance organique distincts. En France, Arkema prévoit d'investir 20 ME pour renforcer ses capacités de poudres polyamides. Aux États-Unis, le groupe étudie la possibilité de muscler ses capacités de thiochimie dans le cadre d'un partenariat avec Novus.

Les annonces se succèdent du côté d'Arkema. Coup sur coup, le chimiste tricolore a dévoilé deux plans d'investissement distincts, le premier dans les poudres polyamides en France, le second en thiochimie aux États-Unis. Le premier est le plus avancé et surtout le plus acté. Arkema entend investir 20 millions d'euros sur son site de Mont, dans les Pyrénées-Atlantiques. L'objectif est d'augmenter de plus de 50 % les capacités mondiales du groupe en poudres polyamides 12. Une ligne de production supplémentaire sera ainsi construite dans l'unité existante. Elle devrait être mise en service au deuxième semestre 2019. Ces poudres sont commercialisées sous la gamme Orgasol, produites à partir de laurylactame (lactame 12), et s'adressent aux marchés des revêtements, des matériaux composites avancés et de l'impression 3D, où elles sont utilisées comme additifs de formulation. Arkema indique que ce projet doit permettre de mieux accompagner la forte demande en poudres polyamides pour ces trois débouchés industriels. Le site de Mont, qui recense environ 250 salariés du groupe et dispose actuellement de capacités d'environ 100 000 tonnes par an, est organisé autour de quatre ateliers de production. Arkema y produit du lactame 12, monomère qui permet d'alimenter l'unité de polyamide 12 (gamme Rilsamid) et celle des poudres polyamides 12 (Orgasol) qui va donc s'agrandir. Le groupe produit aussi des polymères greffés servant à associer des plastiques (gamme Orevac), ainsi que des co-polymères nanostructurés et des nanotubes de carbone.
 

Décision fin 2018 pour le projet américain
 

Changement de décor aux États-Unis. Outre-Atlantique, Arkema étudie cette fois la possibilité de doubler les capacités de production de son site de thiochimie à Beaumont, au Texas. Ce projet est mené en partenariat avec Novus, un spécialiste américain de la nutrition animale fondé par Monsanto et repris en 1991 par les Japonais Mitsui & Co et Nippon Soda. Arkema, qui alimente déjà Novus en intermédiaires soufrés pour ses productions de méthionine, doublerait ses capacités d'intermédiaires pour répondre aux besoins d'une nouvelle unité de méthionine de Novus sur son site de Calhoun Count au Texas. Le groupe français précise qu'une décision définitive sera arrêtée fin 2018. Si il est confirmé, les unités pourraient être mises en service à l'été 2021. Par ailleurs, ce projet « permettrait d'accompagner la forte croissance de la demande mondiale sur le marché de la méthionine qui devrait atteindre 6 % par an dans les prochaines années », commente Arkema.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Tensioactifs : BASF augmente sa capacité de production en Chine

Tensioactifs : BASF augmente sa capacité de production en Chine

Le groupe allemand a annoncé qu’il allait pouvoir augmenter sa capacité de production d’alkyls polyglucosides sur son site de Jinshan, en Chine. BASF va rajouter 10 000 tonnes par an, faisant passer la capacité[…]

12/11/2019 | ChineTensioactifs
Phytosanitaires : une start-up française rachetée par Adama

Phytosanitaires : une start-up française rachetée par Adama

Séparation de l’air : Linde a démarré ses deux unités chinoises

Séparation de l’air : Linde a démarré ses deux unités chinoises

Les résultats du 1er semestre 2019 du Cefic sont mitigés

Les résultats du 1er semestre 2019 du Cefic sont mitigés

Plus d'articles