Nous suivre Info chimie

Arkema veut perpétuer ses actions pour le développement durable

Dinhill On
Arkema veut perpétuer ses actions pour le développement durable

Arkema a mené de nombreuses actions pour réduire l'impact environnemental de ses sites.

© © Arkema

n Depuis sa création en 2004, Arkema a mis en place une politique de responsabilité sociétale d'entreprise au niveau mondial très structurée. Elle se traduit sous la forme d'actions au niveau des sites de production, ainsi que de l'offre produits du groupe.

« Notre ambition a toujours été d'accroître l'activité et la performance de notre groupe, tout en contribuant au développement durable ». C'est par ces mots que Gérard Langlais, directeur Développement durable au niveau mondial d'Arkema, définit l'ensemble des actions d'amélioration menées par le Groupe. Depuis sa création, suite à la réorganisation de la branche Chimie de Total en 2004, Arkema a mené un bon nombre d'actions de responsabilité sociétale d'entreprise (RSE), reposant sur des valeurs fortes. « Notre politique RSE se définit en cinq axes majeurs : la sécurité industrielle, l'environnement, l'innovation durable, le dialogue avec les parties prenantes et le volet social », indique Gérard Langlais.

Pour le volet de la sécurité, il s'agit pour Arkema de faire partie des entreprises les plus sûres de son secteur. Les actions visent notamment à privilégier la prévention via l'identification et la gestion des risques. Le Groupe a mis en place une démarche dénommée « Sécurité en action », qui s'appuie sur l'instauration de systèmes de management. Elle s'articule selon trois axes : un premier volet à dominante technique visant à prévenir des risques majeurs, via la conception d'installations sûres et l'amélioration des unités existantes. Un autre concernant la qualité des opérations de production, qui consiste en la mise en place de systèmes de management de sécurité et d'audits adaptés aux spécificités de chaque site industriel. Et enfin, un dernier axe comportemental sur le développement d'une culture sécurité partagée par tous les salariés et entreprises intervenantes sur les sites via des actions de sensibilisation, des activités de terrain et la diffusion de règles incontournables (les Essentiels). D'ailleurs, ce dernier volet est en relation avec l'un des cinq axes majeurs de la politique RSE du groupe, la composante sociale. L'échange est au cœur du volet social de la démarche RSE, dont Gérard Langlais rappelle l'objectif : « Au sein d'Arkema, nous essayons de mettre tout en œuvre pour favoriser le développement personnel des collaborateurs ou celui des équipes au sein de l'entreprise ». Cet objectif de développer le dialogue se retrouve aussi avec les différentes parties prenantes autour de l'activité d'Arkema. Par exemple, le chimiste a, depuis quelques années, mis en place une action d'ouverture et de dialogue dénommée Terrains d'entente. Il s'agit d'une démarche de proximité déclinée progressivement sur tous les pays dans lesquels Arkema est présent, et qui vise à mieux faire connaître ses activités et à échanger avec les riverains des sites.

Maîtriser les impacts sur l'environnement

 

L'un des axes fondamentaux de la politique RSE est celui qui concerne l'environnement. En effet, le groupe a développé bon nombre d'actions, telles que l'amélioration de ses procédés de fabrication, pour réduire l'empreinte environnementale de ses sites, comme le développe Gérard Langlais : « Cette diminution s'effectue par le biais de trois types dactions : la limitation des émissions (dans l'air, dans l'eau ou de déchets), la réduction de la consommation des ressources (en énergie, en eau et en matières premières) et enfin le développement de l'utilisation des ressources renouvelables ». Par exemple, Arkema a installé des systèmes d'oxydation thermique pour traiter les émissions de composés organiques volatils (COV), et agit également pour réduire les émissions de gaz à effet de serre comme les HFC ou le CO2 ou les substances contribuant à l'acidification de l'atmosphère. Un autre exemple concerne les émissions dans l'eau. Arkema a mis en place sur plusieurs de ses sites des stations de traitement d'effluents, comme par exemple à Carling (Moselle, voir Info Chimie Magazine n°515). « Nous effectuons également beaucoup de travail sur les déchets. Nous essayons de valoriser quand cela est possible l'intégralité des coproduits et sous-produits, que ce soit sous forme de ressource secondaire ou bien d'énergie », souligne Gérard Langlais.

Qui dit maîtrise des impacts environnementaux dit travail sur les procédés, mais également sur les produits. Et c'est ici qu'intervient le dernier axe de la politique RSE du groupe : l'innovation durable. « Notre politique d'innovation pour proposer des nouveaux produits est axée sur plusieurs enjeux du futur, parmi lesquels l'utilisation d'énergies nouvelles, la limitation de la consommation énergétique, l'accès à l'eau ou encore l'utilisation de matière biosourcée, dans la limite du possible », insiste Gérard Langlais.

Un verre acrylique nanostructuré pour le secteur automobile

 

Cette démarche de R&D a abouti à la mise sur le marché de produits répondant aux enjeux du développement durable. Par exemple, pour aider à l'allègement des véhicules et ainsi diminuer leur consommation d'énergie et leur impact en CO2, Arkema propose son Altuglas ShieldUp, un verre acrylique nanostructuré capable de résister aux chocs. D'ailleurs, il a dernièrement été choisi par un constructeur automobile français pour équiper les toits panoramiques de ses derniers modèles de véhicule urbain électrique. « Les clients sont de plus en plus sensibles à notre offre de produits inscrits dans le développement durable. Pour l'illustrer, nous pouvons prendre le cas des produits biosourcés : leur part dans le chiffre d'affaires global n'a fait que croître depuis notre création, pour atteindre 11 % en 2012. Et nous ne comptons pas nous en arrêter là, puisque nous visons un objectif ambitieux de 15 % d'un chiffre d'affaires en croissance d'ici à 2016 », conclut le directeur Développement durable d'Arkema.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Stockage d’hydrogène : Eastman fournira un liquide organique à Hydrogenious LOHC

Stockage d’hydrogène : Eastman fournira un liquide organique à Hydrogenious LOHC

Eastman entame une association avec Hydrogenious LOHC Technologies, l'un des pionniers du transport de l'hydrogène par le biais de liquides organiques hydrogénés, selon une technologie baptisée LOHC (liquid[…]

26/07/2021 | EnergieChimie verte
Matériau pour batterie : Stora Enso démarre son unité pilote

Matériau pour batterie : Stora Enso démarre son unité pilote

DDPS - « Le marché du plant based représente près de 5% de notre CA »

entretien

DDPS - « Le marché du plant based représente près de 5% de notre CA »

Biocarburants : TotalEnergies et Veolia envisagent une production à partir de microalgues

Biocarburants : TotalEnergies et Veolia envisagent une production à partir de microalgues

Plus d'articles