Nous suivre Info chimie

Avril et Suez veulent faire de Terrial un leader des engrais organiques en France

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Avril et Suez veulent faire de Terrial un leader des engrais organiques en France

© Chimie Pharma Hebdo

Les groupes français se lancent dans une alliance dans le domaine des engrais et amendements organiques. Suez entre ainsi au capital de Terrial, filiale d'Avril spécialiste de la fertilisation et de la valorisation des coproduits organiques, et apporte ses activités compost.

Le conglomérat français spécialisé dans les produits issus des filières oléagineuses et protéagineuses et le groupe Suez, spécialiste de la gestion des ressources, viennent de s'associer pour former un leader français des engrais et amendements organiques. Le 4 février, le groupe Avril (ex-Sofiprotéol) a officialisé un accord pour l'entrée de Suez au capital de sa filiale Terrial à hauteur de 32 %. À l'avenir, Suez dispose d'une option pour atteindre 50 % du capital. Les modalités financières de cette opération, qui devrait être finalisée au cours de ce premier semestre, n'ont pas été précisées. Outre d'entrer au capital de Terrial, Suez apporte à cette coentreprise ses activités compost. Cela permettra à la coentreprise de bénéficier de moyens additionnels de production mutualisés à Chançay (Indre-et-Loire) et à Beaupréau-en-Mauges (Maine-et-Loire), et de profiter d'apports de matières organiques issues des exploitations agricoles et d'une soixantaine d'usines de compostage de Suez en France.

Fournir près d'1 million de tonnes de fertilisants organiques sur le marché français

Le futur Terrial aura pour mission de proposer une « gamme élargie de produits fertilisants de qualité, à destination principalement de l'agriculture, des productions agricoles biologiques, particulièrement vigne et maraîchage et des jardineries. D'ici à cinq ans, cette alliance devrait permettre à Terrial de fournir près d'1 million de tonnes de fertilisants organiques sur le marché français », explique le groupe Avril. En 2017, ce spécialiste de la fertilisation et de la valorisation des coproduits organiques, qui a généré un chiffre d'affaires d'environ 30 millions d'euros, a valorisé 100 000 t de résidus industriels en méthanisation et 280 000 t de fertilisants organiques issus d'élevages agricoles en France. Avec l'apport de Suez, l'objectif est de mieux répondre aux besoins de production de ressources alimentaires en limitant les intrants chimiques, et donc en développant la valorisation de déchets organiques, avec les méthodes actuelles (méthanisation, compostage) et avec de nouvelles voies en développement. « Terrial a l'ambition de devenir un acteur majeur de la fertilisation organique et de la biostimulation en France, à même de répondre à l'ensemble des attentes techniques, environnementales et sociétales de ses clients distributeurs et agriculteurs », commente Ollivier Péan. Le directeur général de Terrial estime que « cette alliance s'inscrit pleinement dans cette ambition : elle renforce son offre de produits et consolide sa présence sur le territoire pour mieux accompagner et sécuriser le développement de l'agriculture biologique et agroécologique, dans une logique d'économie circulaire ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Lotte Chemical et GS Energy investissent dans une joint-venture

Lotte Chemical et GS Energy investissent dans une joint-venture

Le quotidien coréen Korea Herald rapporte que Lotte Chemical et GS Energy vont investir 800 milliards de wons (600 M €) dans une joint-venture, temporairement nommée Lotte-GS Chemical Company. Lotte Chemical sera actionnaire[…]

Hengyi Industries a commencé les essais sur son nouveau complexe pétrochimique

Hengyi Industries a commencé les essais sur son nouveau complexe pétrochimique

OMV coopère avec BASF pour installer une nouvelle unité d'isobutène à Burghausen

OMV coopère avec BASF pour installer une nouvelle unité d'isobutène à Burghausen

Peroxyde d’hydrogène : Solvay «dégoulotte» en Belgique

Peroxyde d’hydrogène : Solvay «dégoulotte» en Belgique

Plus d'articles