Nous suivre Info chimie

Balan a passé le cap des 50 ans

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Les héritiers Kem One et Arkema ont fêté, le 9 septembre dernier, le cinquantième anniversaire de l'activité de la plateforme de Balan (Ain). Le site a été mis en service en mai 1966, par Aquitaine Organico, en démarrant des productions de polychlorure de vinyle (PVC). Fin 1966, 250 salariés y officient. Entre 1967 et 1970, quatre lignes de polyéthylène entrent en service, tandis qu'une autre unité de PVC démarre en 1972. Le site devient celui d'Ato Chimie en 1973, celui d'Atochem en 1983. Après de multiples opérations de fusion-acquisition, Balan passe sous pavillon d'Atofina en 2000, puis d'Arkema en 2005. Depuis les années 2000, le site a dû se renouveler et lutter pour perdurer, face à de multiples facteurs comme la maturité du marché des plastiques, la conjoncture économique plus complexe en Europe, l'instabilité des coûts des matières premières ou encore la concurrence internationale. Dès 2000, est mise en service une unité de PVC bien plus moderne, dont les capacités seront augmentées dès 2006 tandis que les anciennes unités cessent graduellement leurs opérations. Notamment en 2010 quand l'unité historique PVC 1A est définitivement arrêtée. En 2004, la production de polyéthylène avait été aussi repensée pour fabriquer du polyéthylène vinyle acétate haute teneur (PEVA HT), à plus forte valeur ajoutée.

Ces dernières années, le site de Balan a connu des temps difficiles. La reprise des vinyliques d'Arkema par le groupe Klesch en 2012, qui donne lieu à la création de Kem One (CPH n°599), fait rapidement surgir des inquiétudes. Lesquelles seront légitimées par la mise en redressement judiciaire de Kem One dès 2013 (CPH n°628). Fin 2013, avec la reprise de Kem One par Alain de Krassny et OpenGate Capital (CPH n°659), l'espoir renaît pour la pérennité du site qui fonctionne désormais sous la forme d'une plateforme avec d'un côté Arkema pour la production de PEVA et de l'autre, Kem One pour le PVC et les services support. Depuis, des investissements de plus de 7 millions d'euros permettent de moderniser les installations (nouveau système de conduite numérique pour les unités de PVC en 2014 et remplacement des chaudières de vapeur en 2015). Aujourd'hui, la plateforme recense 250 salariés, et une cinquantaine de salariés d'entreprises extérieures. Et l'usine de Kem One est la première de son périmètre industriel à avoir obtenu la certification ISO 50 001 en raison de sa performance énergétique.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Ce que rapporte la presse allemande au sujet de la catastrophe de Leverkusen

Ce que rapporte la presse allemande au sujet de la catastrophe de Leverkusen

C’est bien au niveau de l’usine d'incinération de déchets de la plateforme de Leverkusen que s’est produite, le 27 juillet 2021, une forte explosion entraînant un incendie et un panache de[…]

Qui est Currenta, le gestionnaire du parc chimique de Leverkusen ?

Qui est Currenta, le gestionnaire du parc chimique de Leverkusen ?

Accident mortel sur le site chimique de Leverkusen

Accident mortel sur le site chimique de Leverkusen

Recyclage du carbone : ArcelorMittal et Sekisui Chemical s’associent

Recyclage du carbone : ArcelorMittal et Sekisui Chemical s’associent

Plus d'articles