Nous suivre Info chimie

BASF acquiert encore des semences et des phytosanitaires de Bayer

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
BASF acquiert encore des semences et des phytosanitaires de Bayer

Le géant mondial de la chimie acquiert un portefeuille agrochimique supplémentaire de son compatriote pour 1,7 milliard d'euros. Ce qui porte les achats de BASF auprès de Bayer à 7,6 Mrds E, dans le cadre de l'opération Monsanto.

Ce n'était donc pas fini. Après s'être engagé en octobre à acquérir un vaste portefeuille de semences et de phytosanitaires auprès de Bayer, pour 5,9 milliards d'euros (CPH n°819), BASF en ajoute à son panier. Cette fois, l'accord porte sur un montant de 1,7 Mrd €, sujet à de potentiels ajustements, pour des activités qui ont généré l'an dernier des ventes d'environ 745 ME. Encore une fois, l'opération est conditionnée à la finalisation de l'acquisition de l'Américain Monsanto par Bayer. Opération qui devrait se conclure au cours de ce deuxième trimestre 2018 et pour laquelle l'UE a accordé son feu vert, conditionnel, en mars (CPH n°837).
 

Le panier de BASF comporte cette fois la totalité du portefeuille de semences potagères de Bayer, réunies sous la gamme Nunhems. Il comprend aussi une série de produits de traitements des semences : Poncho (traitement insecticide pour les semences de blé, de maïs, de brassicacées et de graminées), Votivo (traitement bactérien contre les nématodes), Copeo (traitement pour le coton contre les nématodes) et Ilevo (traitement notamment pour les semences de soja). L'accord porte aussi sur la reprise de la plateforme de R&D de Bayer sur les semences de blé hybride, ainsi que de la plateforme agricole digitale Xarvio. Enfin, BASF reprendra, toujours dans le cadre de cet accord, l'activité de colza de Bayer en Australie, certains herbicides à base de glyphosate en Europe essentiellement pour les applications industrielles, et certains projets de recherche, en particulier dans des herbicides non-sélectifs et des nématicides.
 

Au total, BASF réglerait un montant de 7,6 Mrds €
 

Avec ce second accord, BASF s'engage à reprendre en deux temps des activités agrochimiques ayant généré des ventes totales de 2,2 Mrds € en 2017 et de 2 Mrds € en 2016. Ces activités avaient généré un Ebitda de 550 M€ en 2016. Au total, BASF réglerait un montant de 7,6 Mrds €. Lequel lui permettra de se replacer dans la hiérarchie des géants de l'agrochimie et de ne pas trop se laisser distancer. Le géant de Ludwigshafen trouve aussi dans ces deux opérations de quoi compléter son portefeuille de phytosanitaires et ses actifs biotechnologiques.
 

Selon Bayer, ce dernier accord engagerait le transfert de 2 500 salariés, dont 150 en Allemagne, chez BASF. L'acquéreur se serait engagé à conserver tous les emplois à temps plein, aux conditions actuelles, et ce pour une période d'au moins trois ans après la finalisation de la transaction. Dans le cadre du premier accord conclu en octobre dernier, 1 800 salariés de Bayer devaient rejoindre BASF, essentiellement aux États-Unis, en Allemagne, au Brésil, au Canada et en Belgique (CPH n°819).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles