Nous suivre Info chimie

BASF hésite pour son projet américain dans le propylène

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

La conjoncture ne plaît pas au géant allemand. Pas convaincu actuellement par les prix bas du gaz et du pétrole, BASF repousse sa décision définitive pour son projet de construire un complexe de propylène à partir de méthanol sur son site de Freeport, au Texas.

Finalement ce n'est pas gagné. Du moins pas dans l'immédiat. Le géant mondial risque de ne pas se prononcer avant un moment sur sa décision de construire un gigantesque complexe de propylène produit à partir de méthanol (methanol-to-propylene, MTP) aux États-Unis. Après avoir opté début 2015 pour son site de Freeport, au Texas, BASF avait affirmé qu'il arrêterait une décision définitive d'investir au cours de cette année.

Mais au regard de la « volatilité actuelle des prix des matières premières et de l'environnement économique actuel », le groupe vient de reporter sa décision. A priori, la construction du complexe n'est toutefois pas réellement remise en question. Car profiter des avantages du gaz de schiste aux États-Unis pour y produire du propylène reste intéressant pour BASF, assure Wayne Smith. Le membre du comité directeur exécutif indique que le groupe « passera régulièrement en revue le développement des prix des matières premières et les conditions de marché pour déterminer le bon moment pour se lancer dans un tel projet ».

Ce n'est pas surprenant de voir BASF marquer le tempo sur cet investissement présenté comme le plus important du groupe de toute son histoire. En début d'année, Kurt Bock, le grand patron, estimait que « l'attractivité de cet investissement dépend[(ait)] du prix du gaz naturel et du pétrole ».
 

Reste que ce projet de plus d'un milliard d'euros n'est pas encore prêt à entrer dans sa phase concrète. En 2014, BASF envisageait un démarrage en 2019. Un calendrier qui sera sans doute repoussé si tant est que le projet était définitivement acté. Des capacités de 475 000 tonnes par an de propylène sont prévues pour ce complexe de MTP. Le groupe français Air Liquide a été retenu l'an dernier pour fournir ses technologies propriétaires Lurgi MegaMethanol et MTP.
 

BASF est implanté à Freeport depuis 1958. Le site s'étend sur plus de 230 hectares, dont une moitié pourrait accueillir des actifs industriels. Son complexe pétrochimique texan a été son premier site industriel hors d'Europe. Le complexe dénombre plus de 770 salariés et 600 sous-traitants. Il comprend 25 unités de production. Les grandes familles de produits sont les monomères acryliques, le caprolactame, le polycaprolactame, les alcools oxo et les polyalcools. Des productions qui servent des marchés comme ceux des revêtements, des détergents, ou encore des polymères super-absorbants. Le complexe de propylène permettrait de renforcer l'intégration amont pour les productions en aval.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Les hôpitaux de l’AP-HP (assistance publique hôpitaux de Paris) Saint-Antoine, Necker-Enfants malades et Rothschild ont décidé de trouver une solution pour recycler les masques chirurgicaux. En effet,[…]

11/05/2021 | RecyclageActualités
Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Plus d'articles