Nous suivre Info chimie

BASF vise un second Verbund en Chine

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
BASF vise un second Verbund en Chine

© BASF SE

Et pourquoi pas deux ? Le géant mondial songe à implanter un second Verbund, son fameux concept de complexe chimique intégré, en Chine. BASF a dévoilé le projet le 9 juillet, lors de la signature d'un protocole d'accord avec le vice-gouverneur exécutif de la province chinoise du Guangdong (Canton), dans le cadre de la visite du premier ministre chinois à Berlin (Allemagne). Ce projet, loin d'être encore acté, représenterait le plus grand investissement jamais entrepris par BASF. Évidemment, vu les proportions du géant mondial, l'enveloppe entrevue est colossale puisqu'elle porte sur environ 10 milliards de dollars !

En termes de calendrier, le mastodonte allemand envisage la finalisation de la construction des premières unités dès 2026 et une pleine mise en service à l'horizon 2030. Techniquement, BASF bâtirait ce gigantesque complexe autour d'une entité pétrochimique jugée indispensable à tout Verbund qui se respecte, selon les standards du groupe. Il serait question d'un vapocraqueur d'une capacité de 1 million de tonnes par an d'éthylène. Cette pièce centrale fournirait aussi du propylène et des C4 bruts. Ces volumes permettraient d'alimenter des productions d'oxyde d'éthylène, d'acide acrylique, d'oxo-C4, d'oxyde de propylène à partir de peroxyde d'hydrogène (HPPO), ou encore de butadiène. En aval, le Verbund comprendrait des unités d'éthylène glycol, de tensio-actifs, d'amines, de polymères super-absorbants, d'acrylates, de dispersions, de polyols, de polymères de performance et d'un certain nombre d'intermédiaires. L'objectif est de produire en étant très orienté clients et solutions, en particulier pour les secteurs des transports et des biens de consommation, ajoute encore BASF.

Le groupe n'a pas chiffré les capacités envisagées mais indique que ce Verbund pourrait se poser d'emblée comme le troisième plus important au monde derrière sa base de Ludwigshafen (Allemagne), et celle d'Anvers (Belgique). Il serait ainsi plus imposant que les deux complexes intégrés de BASF en Asie : celui de Nanjing en Chine, depuis 2000, et celui de Kuantan, en Malaisie, depuis 1997. Il devancerait aussi les deux derniers Verbunds du groupe dans le monde, implantés aux États-Unis à Freeport, au Texas, et Geismar, en Louisiane.

En Chine, BASF a généré des ventes de 7,3 Mrds € en 2017, soit un peu plus de 11 % de ses ventes mondiales l'an dernier. Le groupe recense sur le territoire 25 sites de production, 7 coentreprises, 25 filiales en propre, et 8 982 salariés. Pour ce nouveau projet, BASF prévoit d'évoluer en solo. Pas de partage du gâteau cette fois, alors que son complexe de Nanjing est géré en coentreprise à parts égales avec le géant chinois Sinopec, tandis que celui de Kuantan est opéré en coentreprise 60/40 avec le géant malais Petronas.

Le choix de la province de Guangdong répond à plusieurs intérêts. Il y a d'abord l'importance du marché chinois dans son ensemble, le pays détenant aujourd'hui une part de près de 40 % du marché mondial de la chimie. Mais BASF souligne surtout l'importance de cette région qui recense plus de 110 millions d'habitants et en fait la province chinoise la plus peuplée. Le produit intérieur brut régional affiche une croissance annuelle de plus de 7 %, et dépasse ainsi celui de l'ensemble de l'Espagne et rivalise déjà avec le PIB de la Corée du Sud ! De plus, la province représente la plus grande production automobile et la plus importante production de produits électroniques en Chine. Forcément, c'est attractif.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

La facture s'alourdit encore pour le complexe américain de Sasol

La facture s'alourdit encore pour le complexe américain de Sasol

La finalisation du complexe de Lake Charles en Louisiane du pétrochimiste sud-africain est en vue. Mais plusieurs facteurs pénalisants au cours du quatrième trimestre 2018 ont fait déraper les coûts, portant les[…]

18/02/2019 | PétrochimiePétrochimie
Démarrage danois pour Braskem et Haldor Topsoe

Démarrage danois pour Braskem et Haldor Topsoe

Total soigne sa rentabilité

Total soigne sa rentabilité

Volumes en hausse mais gains en baisse pour ExxonMobil

Volumes en hausse mais gains en baisse pour ExxonMobil

Plus d'articles