Nous suivre Info chimie

Biodiesel : Total engage 200 M€ pour transformer La Mède en bioraffinerie

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Premier raffineur européen, Total avait prévenu de l'engagement cette année d'un vaste plan de restructuration pour son dispositif de raffinage en France. Il prend la forme d'un plan d'investissement de 600 millions d'euros destiné à profondément transformer les complexes du groupe à Donges (Loire-Atlantique) et La Mède (Bouches-du-Rhône). Globalement, l'objectif est de réduire les capacités face à un environnement très défavorable pour le raffinage européen en raison des surcapacités liées à la fois à la demande moindre en produits pétroliers sur le continent, due en partie aux engagements écologiques pris par l'UE, et la concurrence internationale de plus en plus ardue.

Le projet du complexe de La Mède, qui nécessitera un investissement de 200 M€, vise à créer l'une des plus grandes bioraffineries d'Europe. Total va en faire une bioraffinerie d'une capacité de 500 000 tonnes par an de biodiesel, dont la mise en service est programmée pour 2017. Via un procédé technologique d'Axens, le groupe utilisera comme matières premières des huiles usagées, principalement, mais également des huiles végétales en complément. Le grade qui doit être obtenu permet d'être mélangé au diesel sans impact sur la qualité du carburant, et sans limite d'incorporation, indique le groupe. Cette activité viendra se substituer à celle de traitement de pétrole brut, que Total qualifie de « lourdement déficitaire » et qui sera arrêtée fin 2016.

Hors pétrole brut, le groupe continuera à La Mède d'exploiter des unités de raffinage, comme pour la production d'hydrogène (reformage), qui sera nécessaire à la bioraffinerie. Total souligne que cela « permettra de conserver l'ensemble des synergies entre La Mède, Naphtachimie et la pétrochimie locale. Total réaffirme ainsi sa présence durable dans Naphtachimie », sa coentreprise à parts égales avec Ineos. Le groupe prévoit aussi la construction d'un atelier d'Adblue, un additif permettant de réduire les émissions d'oxydes d'azote des moteurs diesel. Enfin, sont notamment prévus le développement d'une plateforme logistique et de stockage de 1,3 million de m3, et la construction d'une ferme photovoltaïque d'une capacité de 8 MW, destinée à satisfaire 50 % des besoins énergétiques du futur complexe.

À La Mède, les 430 postes actuels seront réduits à seulement 250. Mais Total estime que ces coupes se feront sans licenciements, et resteront limitées à des départs en retraites, à des mutations de cadres, et à des offres de postes « sans mobilité géographique contrainte » pour les non-cadres. À Donges, le plan de 400 M€ est de son côté destiné à la production de carburants moins soufrés. Une unité d'hydrogène sera construite pour alimenter une future unité de désulfurisation des charges intermédiaires.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Les hôpitaux de l’AP-HP (assistance publique hôpitaux de Paris) Saint-Antoine, Necker-Enfants malades et Rothschild ont décidé de trouver une solution pour recycler les masques chirurgicaux. En effet,[…]

11/05/2021 | RecyclageActualités
Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Plus d'articles