Nous suivre Info chimie

Bioéthanol : Abengoa pose la première pierre de son usine française à Lacq

Sujets relatifs :

La première pierre de l'unité de production de bioéthanol de la société Abengoa Bioenergy France a été posée le 23 mai dernier à Lacq (Pyrénées-Atlantiques). La capacité de l'usine, qui doit démarrer son activité au second semestre 2007, atteindra 180000 t/an, dont 158000 tonnes proviendront de la transformation de maïs (environ 500000 tonnes de céréales seront nécessaires) et 22000 tonnes d'alcool vinique (vins déclassés).
À ce jour, 100000 tonnes d'agréments (défiscalisation) ont été accordées à Abengoa. La société espère par ailleurs qu'un contingent supplémentaire pour une nouvelle tranche de 200000 tonnes d'éthanol à valoir pour 2008-2009, lui sera octroyé par les pouvoirs publics. Représentant un investissement de 150 millions d'euros, l'unité d'Abengoa Bio-energy devrait permettre la création de 100 emplois directs, pour un chiffre d'affaires attendu de 135 M€ par an. Une augmentation de 20 % de la capacité de production de l'usine est programmée d'ici à trois ans. Le bassin de Lacq franchit ainsi un nouveau pas dans la transition de la chimie d'extraction et de la chimie fine à la chimie verte. Abengoa Bioenergy France, propriétaire de la future unité, est une co-entreprise spécialement créée pour ce projet et qui réunit l'Espagnol Abengoa, n° 1 européen de l'éthanol (56 % des parts du joint-venture), la holding Oceol, qui fédère les coopératives et négociants d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées intéressés par le projet (36 % des parts), et la société Aquitaine Industrie Innovation (8 %). L'agriculture du Sud-Ouest s'assure par là même un débouché pour environ 10 % de sa production (5 Mt/an). Rappelons que l'objectif fixé par le gouvernement prévoit l'incorporation de biocarburants dans les essences à hauteur de 7 % en 2010 et de 10 % en 2015. Ces biocarburants sont issus de plantes cultivées comme le blé, le maïs, la canne à sucre ou la betterave pour le bioéthanol, soit du colza, du tournesol et du soja pour le diester. Ajoutés à l'essence ou au diesel, ils réduisent les émissions de CO2. Le bioéthanol peut également être transformé en éthyl-tertiobutyl-éther (ETBE), dont le plus gros client potentiel, Lyondell, est implanté à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). La production d'éthanol en France était de 100000 t/an en 2005. Aujourd'hui, six unités sont en construction sur le territoire.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

En fusionnant leurs activités dans le domaine des styréniques, BASF et Ineos font émerger le nouveau numéro 1 mondial. Il évoluera sous le nom de Styrolution.On ne voit pas tous les jours émerger un « player » de plus de 5 milliards d'euros de[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Plus d'articles