Nous suivre Info chimie

Bluestar Silicones prêt à mordre dans les dix prochaines années

Par Julien Cottineau

Dix ans après la reprise de Rhodia Silicones, China National Bluestar a fêté un premier cap pour sa filiale Bluestar Silicones. Redressé, ce spécialiste des silicones nourrit beaucoup d'ambitions et vise le top 3 mondial. À Saint-Fons, Bluestar Silicones vient d'investir 15 M€ pour doubler ses capacités d'élastomères.

Frédéric Jacquin ne boude pas son plaisir. Le p-dg de Bluestar Silicones se régale de ne « plus être contraint de jouer uniquement en défense ». Désormais, il assure pouvoir « jouer l'attaque ». Il y a dix ans, China National Bluestar a repris Rhodia Silicones, opération qui a mené à la création dans la foulée de Blues-tar Silicones. Grâce aux moyens et à l'ambition de la maison-mère chinoise, adossée elle-même au géant chinois ChemChina, l'entreprise a été redressée et la donne a changé. Bluestar Silicones a même enregistré ses premiers bénéfices nets, l'an dernier. « Nous avons redressé les fondamentaux en sortie de Rhodia. C'est aujourd'hui une entreprise beaucoup plus forte, saine, on s'est battu pour ça », acquiesce Frédéric Jacquin.

Bluestar Silicones est une entité de 1500 salariés dans le monde pour un chiffre d'affaires de plus de 525 millions d'euros en 2016 (800 M€ en comptant les autres entités silicones de ChemChina en Chine). L'entité recense 10 sites industriels dans le monde (Brésil, Italie, Espagne, États-Unis ou encore France). En 2011, place à l'intégration. China National Bluestar acquiert le Norvégien Elkem, spécialiste du silicium. Silicium qui, du coup, est directement importé sur le site de Bluestar Silicones à Roussillon (Isère), pour la fabrication de siloxane, transféré à Saint-Fons (Rhône) et transformé sur place en spécialités silicones. En 2015, China National Bluestar opère un rapprochement entre Elkem et Bluestar Silicones qui en devient une filiale. De fait, l'entreprise a ainsi bénéficié d'une véritable intégration en amont sur la chaîne de valeur silicone en quelques années.

 

Miser sur les croissances organique et externe

 

Aujourd'hui, elle demeure toutefois en queue de peloton du top 5 mondial des silicones. Un peloton emmené par l'Américain Dow Corning, aux seules mains de Dow Chemical depuis 2016, ou encore par l'Allemand Wacker. Actuellement, les cinq premiers concentrent 80 % du marché mondial des silicones. Un marché estimé à 15 Mrds $ pour une croissance moyenne annuelle de 5 à 5,5 %, selon Frédéric Jacquin. La dynamique est portée par les « megatrends », comme l'urbanisation, la miniaturisation, la santé à domicile, la digitalisation ou encore l'efficacité énergétique. Le dirigeant affiche aujourd'hui l'ambition d'intégrer le top 3 mondial dans les toutes prochaines années. Pour ce faire, il mise sur les positions fortes dont dispose Bluestar Silicones dans certains domaines comme les silicones pour l'anti-adhérence dans le papier (leader mondial) ou les silicones utilisés dans les airbags automobiles. En termes de moyens, l'entreprise veut continuer de miser sur la croissance organique, ce qui concerne surtout ses installations européennes. Mais décidé à passer à l'attaque, il compte désormais aussi sur la croissance externe, ce qui concernera plutôt les régions Amérique du Nord et Asie. Or derrière le top 5, le marché serait particulièrement fragmenté. « On trouve quelques opérateurs chinois, un Coréen, puis une myriade de formulateurs », note Frédéric Jacquin. Enfin, Bluestar Silicones compte aussi miser sur la spécialisation pour se hisser toujours plus près du sommet. « Aujourd'hui, nous sommes à deux tiers de spécialités silicones pour un tiers de commodités, nous voulons atteindre rapidement 80 % de spécialités silicones », précise Frédéric Jacquin.

 

Un nouvel atelier depuis juillet 2016

 

Cette spécialisation peut notamment être illustrée par l'investissement de 15 M€ sur le site principal de Bluestar Silicones à Saint-Fons (590 salariés). Le projet porte sur les capacités d'élastomères silicones, et plus précisément les élastomères vulcanisables à chaud. Le site disposait avant d'une capacité d'environ 10 000 tonnes par an. Via les 15 M€ a été construit un atelier, mis en service en juillet 2016, pour la production d'élastomères de grade supérieur. Les applications ciblées sont dans les domaines de la construction, de l'industrie électrique et de l'automobile, mais pourraient aussi trouver des débouchés rapidement dans les technologies médicales et l'impression 3D. En outre, un malaxeur est actuellement en cours de modernisation pour une mise en service en septembre 2017, et un autre malaxeur a été stoppé. À terme, l'usine de Saint-Fons, qui a démarré en 1953 et qui exporte 90 % de ses productions, aura doublé ses capacités d'élastomères silicones.

ENQUÊTE TOUJOURS EN COURS SUR L'ACCIDENT MORTEL

Les conclusions de l'enquête n'ont toujours pas été rendues au sujet de l'accident mortel qui avait endeuillé le site de Saint-Fons l'été dernier (28 juin 2016). L'accident a, semble-t-il, été provoqué par une maladresse de manutention qui a conduit à des fûts percés puis à un incendie, entraînant la mort d'un sous-traitant et détruisant une partie du bâtiment. L'usine lyonnaise, qui n'avait pas connu de tel drame, ces dernières années, selon ses dirigeants, a depuis revu toutes ses procédures de sécurité, investi dans la sensibilisation et la formation, et a revu la gestion et la capacité de ses stocks pour éviter tout nouvel accident.

LES DATES-CLÉS DE BLUESTAR

1984 : Naissance en Chine de Bluestar, société professionnelle de nettoyage, de filtration et de recyclage de l'eau. 2004 : Création de ChemChina, dont China Bluestar devient l'une des principales filiales. 2006 : Bluestar acquiert Adisseo (compléments pour nutrition animale) et l'Australien Quenos (plastiques et caoutchoucs à base de polyéthylène). 2007 : Achat de Rhodia Silicones par China National Bluestar et fondation de Bluestar Silicones, dont le siège social est à Lyon. 2011 : Bluestar s'empare du Norvégien Elkem (silicium). 2015 : Elkem et Bluestar Silicones sont intégrés dans la même entreprise.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Cosmétique : Caregen fournit quatre peptides à BASF

Cosmétique : Caregen fournit quatre peptides à BASF

Le géant allemand de la chimie BASF a annoncé la signature d’un accord d’approvisionnement mondial et exclusif avec Caregen, société de biotechnologies spécialisée dans les peptides. Ce[…]

Johnson Matthey investit dans les composants pour piles à combustibles à Swindon

Johnson Matthey investit dans les composants pour piles à combustibles à Swindon

 EQT vend les conservateurs de Schülke & Mayr à Ashland

EQT vend les conservateurs de Schülke & Mayr à Ashland

Cyanoacrylates : Arkema investit dans une coentreprise avec Cartell

Cyanoacrylates : Arkema investit dans une coentreprise avec Cartell

Plus d'articles