Nous suivre Info chimie

Borouge 3 en phase de démarrage aux Émirats

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

La coentreprise entre ADNOC et Borealis aborde la dernière phase de son complexe Borouge 3, dont la mise en service fin 2014-début 2015 va permettre d'atteindre des capacités de 4,5 millions de tonnes de polyoléfines par an aux Émirats Arabes Unis

Dernière ligne droite en vue ! Le démarrage du vaste complexe Borouge 3 à Ruwais, à 250 km d'Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis), est en cours. C'est ce qu'a indiqué, dans un entretien exclusif à Chemical Week, Abdulaziz Alhajri, le p-dg de Borouge, la coentreprise entre Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) et Borealis, le groupe pétrochimique basé en Autriche et détenu par l'International Petroleum Investment Company (IPIC, Abu Dhabi, 64 % du capital) et le groupe autrichien OMV (36 %). Le complexe va être mis en service progressivement et la production à pleine charge est anticipée avant la fin de l'année, au plus tard au premier trimestre 2015.

Borouge 3 est l'un des plus grands projets pétrochimiques en phase de démarrage au Moyen-Orient et dans le monde. Il a été lancé en 2010 (CPH n°510) et va permettre de porter les capacités actuelles de 2,5 millions de tonnes par an à 4,5 Mt/an. Il comprend un vapocraqueur sur base éthane d'une capacité de 1,5 Mt/an d'éthylène, construit par Linde dans le cadre d'un contrat de 1,075 milliard de dollars. Samsung et Tecnimont, via des contrats totalisant 1,6 Mrd $, étaient en charge de la construction de deux lignes de polyéthylène de capacités additionnées de 1,08 Mt/an, de deux unités de polypropylène d'un total de 960 000 t/an et d'une unité de polyéthylène basse densité de 350 000 t/an. Enfin, Hyundai Engineering était en charge de la construction d'une unité de polyéthylène réticulé (crosslinked polyethylene ou XLPE) de 80 000 t/an (contrat de 169 M$). Si on ajoute les contrats liés à la construction des utilités, on obtient une enveloppe d'investissements de près de 4 Mrds $ selon les chiffres publiés par Borouge.

 

Borouge 2 avait triplé les capacités en 2010

 

L'aventure de Borouge à Ruwais avait démarré en 2005, avec la mise en service d'un premier complexe pétrochimique composé d'un vapocraqueur de 450 000 t/an et deux lignes de 300 000 t/an de polyéthylène chacune. Le site avait ensuite fait l'objet d'investissements de près de 5 Mrds $ pour l'ajout du complexe Borouge 2. La mise en service en 2010 avait conduit au triplement des capacités de polyoléfines ! Borouge s'était alors doté, notamment, d'un gigantesque vapocraqueur sur base éthane de 1,5 Mt/an, considéré alors comme le plus grand au monde. Borouge 2 avait aussi permis de muscler les capacités de polyéthylène, et surtout d'introduire la production de polypropylène grâce à la construction d'une unité de conversion d'oléfines.

En dehors des Émirats Arabes Unis, Borouge est présent industriellement en Chine. Près de Shanghai, le pétrochimiste détient une unité de 50 000 t/de compounds de polypropylène, visant spécifiquement le marché automobile. L'usine est actuellement en cours d'extension. Les capacités devraient y être portées à 90 000 t/an en 2015.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Kemira investit plusieurs millions au Royaume-Uni

Kemira investit plusieurs millions au Royaume-Uni

La compagnie finlandaise, spécialisée dans le secteur papetier et le traitement de l’eau pour l’industrie et la consommation, a annoncé qu’elle allait investir plusieurs millions d’euros au[…]

Tensioactifs : BASF augmente sa capacité de production en Chine

Tensioactifs : BASF augmente sa capacité de production en Chine

Phytosanitaires : une start-up française rachetée par Adama

Phytosanitaires : une start-up française rachetée par Adama

Séparation de l’air : Linde a démarré ses deux unités chinoises

Séparation de l’air : Linde a démarré ses deux unités chinoises

Plus d'articles