Nous suivre Info chimie

BP et Socar envisagent un vaste complexe en Turquie

J.C.

Sujets relatifs :

, ,
BP et Socar envisagent un vaste complexe en Turquie

© BP Socar

BP et State Oil Company of Azerbaijan Republic (Socar) ont signé un protocole d'accord pour un complexe pétrochimique de taille mondiale, a annoncé BP, le 20 décembre. Il est question ici de capacités de 1,25 million de tonnes par an d'acide téréphtalique purifié (PTA), de 840 000 t/an de paraxylène et de 340 000 t/an de benzène. Si cela se concrétise, il s'agira « du plus grand complexe intégré de PTA, de paraxylène et d'aromatiques dans l'hémisphère occidental », s'exclame Luis Sierra, CEO de la division Global Aromatics de BP. Pour le groupe, ce serait aussi sa « première nouvelle plateforme d'aromatiques depuis celle de Zhuhai, en Chine, qui a ouvert, il y a 20 ans », poursuit Luis Sierra.

BP et Socar travaillent désormais aux études de faisabilité et au design du complexe. Une décision définitive d'investissement est attendue, courant 2 019. La mise en service pourrait avoir lieu en 2023. Le complexe serait implanté à Aliaga, sur les côtes de la mer Egée, dans l'ouest de la Turquie. C'est ici que Socar vient de mettre en service, cet automne, sa raffinerie géante STAR (Socar Turkey Aegean Refinery), pour laquelle il a investi 6,3 milliards de dollars et qui produit des carburants mais aussi des xylènes et du naphta (CPH n°862). C'est aussi à Aliaga que se trouve le complexe pétrochimique de Petkim, le pétrochimiste turc dont Socar et Turcas Petrochemical détiennent la majorité du capital. Le complexe se compose d'un vapocraqueur sur base naphta de 580 000 t/an, avec en aval des unités de polyéthylène (PE) basse densité, de PE basse densité linéaire et de PE haute densité, de polypropylène, des unités d'aromatiques (benzène et paraxylène), d'éthylène glycol, de PTA, de chlore/soude, et de poylychlorure de vinyle (PVC). Cela offre à l'éventuel complexe de BP et de Socar une intégration directe sécurisant les matières premières et apportant des infrastructures et utilités qui permettront de lui assurer une certaine compétitivité. Les deux groupes se connaissent bien, puisqu'ils sont déjà partenaires dans plusieurs projets de pétrole et gaz, notamment en Azerbaïdjan et en Turquie. Pour BP, il s'agirait du tout premier investissement en pétrochimie en Turquie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : L’Inde met le cap sur la pétrochimie

Edito : L’Inde met le cap sur la pétrochimie

L’essor de la mobilité électrique n’est pas une bonne nouvelle pour les groupes pétroliers traditionnels qui ne sont pas encore suffisamment positionnés en aval dans la chaîne de valeur,[…]

09/09/2019 | Pétrochimie
Edito : Le vapocraquage veut passer à l’électrique

Edito : Le vapocraquage veut passer à l’électrique

Indonésie : Chandra Asri étudie des opportunités avec Mubadala et OMV en pétrochimie

Indonésie : Chandra Asri étudie des opportunités avec Mubadala et OMV en pétrochimie

HDPE : LyondellBasell retarde le démarrage de son unité texane de La Porte

HDPE : LyondellBasell retarde le démarrage de son unité texane de La Porte

Plus d'articles