Nous suivre Info chimie

Carbios s'introduit en Bourse pour développer ses projets

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Carbios pourrait lever jusqu'à 13,7 M€ dans le cadre d'une offre publique initiale (IPO). Ce qui lui permettrait de muscler ses programmes en développement.

La société de chimie verte créée en avril 2011 passe à la vitesse supérieure. Elle a lancé, le 29 novembre, son introduction en Bourse sur le marché Alternext Paris, quelques jours après avoir enregistré son document de base (CPH n°656). Carbios prévoit de lever entre 10 et 13,7 millions d'euros, avec une fourchette indicative de prix comprise entre 11,48 € et 14,03 € par action. Carbios bénéficie du soutien de Truffle Capital, un de ses principaux actionnaires, qui « investira significativement » dans cette opération qui sera bouclée le 13 janvier 2014. Elle permettra à la société, qui compte huit employés, d'avancer sur ses trois programmes phares dans les domaines de la biodégradation, du biorecyclage et de la bioproduction de plastiques. L'objectif du groupe est de les développer en interne jusqu'au stade préindustriel, puis de concéder des licences à des partenaires industriels qui assureront l'exploitation et la production des produits au niveau mondial.

Le premier programme vise à créer une nouvelle génération de plastiques ayant la capacité de s'autodégrader en fin de vie, par l'inclusion d'enzymes. Ce qui permettra de contrôler la biodégradation des produits en fonction de l'usage donné. Il vise un marché estimé à environ 35 Mrds € (sacs plastiques, films de paillage, emballages rigides, etc.). Les premières licences sont envisagées pour 2016.

La société française se concentre également sur le recyclage biologique des déchets plastiques via le développement d'un procédé de dépolymérisation/repolymérisation. Les marchés ciblés avoisinent 15 Mrds € (recyclage du polyéthylène téréphtalate (PET) et de l'acide polylactique (PLA), etc.). Carbios prévoit de délivrer ses premières licences à l'horizon 2016. Dans le cadre de ce programme, il a d'ailleurs récemment signé un pré-accord avec Suez Environnement (voir encadré).

Enfin, la société travaille également sur un procédé biologique de production de l'acide polylactique, qui est un biopolymère à fort potentiel pour la plasturgie. Le marché devrait atteindre 2,4 Mrds $ en 2025 et Carbios envisage ses premières licences en 2017.

Si ces programmes sont pour le moment à un stade précoce de développement, le groupe a signé deux accords de licences exclusives mondiales. « Nous avons déjà déposé cinq demandes de brevets », souligne également Jean-Claude Lumaret, directeur général de Carbios. La PME est en outre engagée depuis l'année dernière dans un projet d'envergure : Thanaplast, dont elle est le chef de file. Ce dernier se concentre sur les trois axes stratégiques de Carbios et regroupe plusieurs industriels et académiques (dont Deinove). Doté d'un budget de 22 M€ sur cinq ans, il est financé à hauteur de 15 M€ par Carbios. Une somme considérable pour une jeune pousse, d'où la nécessité de lever des fonds. La moitié des capitaux obtenus dans le cadre de cette introduction en Bourse serviront par conséquent à financer Thanaplast. 15 % seront aussi alloués dans l'extension des procédés Thanaplast (ouverture vers de nouveaux marchés). Enfin, 20 % des fonds serviront à l'entrée dans la phase pré-pilote des programmes et les 15 % restants à renforcer la propriété intellectuelle de la société via le dépôt et l'acquisition de nouveaux brevets. Un coup de pouce qui devrait lui permettre de générer ses premiers revenus à l'horizon 2016.

Carbios signe avec Suez Environnement

Carbios a profité de cette IPO pour annoncer la signature d'un accord préliminaire avec Suez Environnement dans le domaine de la valorisation et du recyclage des déchets plastiques. « L'accord définitif sera signé au cours du premier semestre de 2014 » a précisé Jean-Claude Lumaret. Lors de cette phase préliminaire, Suez Environnement mettra à disposition de Carbios les gisements de déchets plastiques provenant des sites de traitement de sa filiale Sita France. La société de chimie verte étudiera la composition de ces déchets et testera ses bioprocédés sur les gisements à disposition.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Résultats semestriels : Arkema fier de ses performances

Résultats semestriels : Arkema fier de ses performances

Le groupe français Arkema vient de publier les résultats de son premier semestre. Il réalise un chiffre d’affaire de 2,4 milliards d’euros, soit une augmentation de 26 % par rapport à l’année[…]

30/07/2021 | RésultatsActualités
Résultats : BASF se porte bien pour son premier semestre 2021

Résultats : BASF se porte bien pour son premier semestre 2021

Résultats : La production européenne retrouve son niveau prépandémie

Résultats : La production européenne retrouve son niveau prépandémie

La chimie en Île-de-France se décrit en vidéo

La chimie en Île-de-France se décrit en vidéo

Plus d'articles