Nous suivre Info chimie

Cent scientifiques dénoncent les manoeuvres des industriels

H.B.

Le mardi 29 novembre 2016, près de cent scientifiques européens et américains ont signé une lettre ouverte sur lemonde.fr intitulée « Perturbateurs endocriniens : halte à la manipulation de la science ». Ils dénoncent la « fabrication du doute » par des « individus dans le déni de la science ou financés par des intérêts industriels » qui cherchent à déformer « délibérément des preuves scientifiques afin de créer une fausse impression de controverse ».

Pour les scientifiques, cette manufacture du doute, déjà à l'oeuvre dans la lutte contre le changement climatique ou encore contre le tabagisme, « a retardé des actions préventives et eu de graves conséquences pour la santé des populations et l'environnement. » Alors même que la Commission européenne tente d'établir la première réglementation au monde sur les perturbateurs endocriniens, « des scientifiques fortement liés à des intérêts industriels » la combattent, « produisant l'impression d'une absence de consensus, là où il n'y a pourtant pas de controverse scientifique », soulignent les auteurs de la tribune. Selon eux, « la très grande majorité des scientifiques activement engagés dans la recherche des causes [de l'augmentation des maladies en lien avec le système hormonal, comme l'infertilité et le diabète] s'accordent pour dire que plusieurs facteurs y contribuent, dont les produits chimiques capables d'interférer avec le système hormonal », connus sous le nom de perturbateurs endocriniens. Or la seule solution à leurs yeux serait de « prévenir l'exposition aux produits chimiques à l'aide d'une réglementation plus efficace. » Les signataires appellent à la constitution d'un groupe d'experts intergouvernemental placé sous les auspices de l'Organisation des nations unies, à l'instar du GIEC créé pour l'étude du climat, pour « évaluer les connaissances scientifiques destinées aux responsables politiques dans l'intérêt général » et « mettre la science à l'abri de l'influence des intérêts privés ».

Rappelons que les perturbateurs endocriniens se dissimulent dans beaucoup de produits de notre quotidien, à savoir les contenants en plastique, les détergents, les jouets, les cosmétiques, les retardateurs de flammes ou encore les pesticides. C'est l'effet cocktail de toutes ces expositions, particulièrement difficile à mesurer, qui inquiète les scientifiques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Transition énergétique : L’IFPEN et Inria signent un partenariat stratégique

Transition énergétique : L’IFPEN et Inria signent un partenariat stratégique

L’IFP Energies nouvelles a annoncé la signature d’un partenariat stratégique avec l’institut national de recherche en sciences et technologies du numérique, l’Inria. Cet accord porte sur la simulation[…]

30/06/2020 | PanoramaDigital
AXEL'ONE, UN OUTIL DESTINÉ À LA COLLABORATION

AXEL'ONE, UN OUTIL DESTINÉ À LA COLLABORATION

Définition de l'« open innovation »

Définition de l'« open innovation »

Le bisphénol S remplace le bisphénol A dans les papiers thermiques

Le bisphénol S remplace le bisphénol A dans les papiers thermiques

Plus d'articles