Nous suivre Info chimie

ChemChina en conquête internationale

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

En douze ans d'existence, son émancipation internationale semble prioritaire. Fondé en 2004 en regroupant une multitude de sociétés, China National Chemical Corporation (ChemChina) n'a cessé de s'étendre hors de ses frontières chinoises. Depuis 2006, ce géant chinois de la chimie (45 Mrds $ de ventes en 2015) a mené toute une série d'acquisitions d'envergure. Surtout en Europe, avec des acteurs français comme Adisseo et Rhodia Global Silicone, l'Italien Pirelli ou le Norvégien Elkem. Ailleurs dans le monde, avec l'Israélien Makhteshim Agan ou encore l'Australien Quenos Holding. Ce qui permet actuellement à ChemChina de recenser plus d'un tiers de ses collaborateurs à l'étranger : 52 000 sur un total de 140 000 salariés. Évidemment, depuis le début de l'année, ChemChina retient l'attention avec son offre sur le géant suisse Syngenta. Et les choses ne sont peut-être pas si faciles à finaliser. Cet été, ChemChina avait déjà repoussé au 13 septembre la finalisation de l'acquisition. Le 6 septembre, il l'a retardée au 8 novembre.
 

« Des projets en Russie et en Arabie Saoudite »


Si ChemChina a su se montrer très entreprenant concernant la croissance externe, son développement à l'international s'appuie aussi sur des collaborations avec des partenaires étrangers. Or, en 10 jours, pas moins de deux possibilités d'investissements internationaux ont connu des avancées notables. La plus récente et plus concrète concerne la Russie avec le vaste projet Far East Petrochemical Company (Fepco) du géant Rosneft. Et cette fois, après plusieurs protocoles d'accord paraphés depuis un an, ChemChina a signé un accord réel. Lequel permet de constituer une coentreprise avec Rosneft. Le groupe russe sera majoritaire, avec 60 % du capital, son partenaire chinois disposant des 40 % restants. Des négociations sont encore prévues pour bien définir la structure financière et opérationnelle de cette coentreprise. L'accord établit aussi un calendrier, en particulier pour l'ingénierie d'avant-projet détaillé ou la préparation du site à la construction des premières infrastructures. Fepco sera implanté à Nakhodka, dans le sud-est de la Russie. Il comprendrait une raffinerie d'une capacité de 12 millions de tonnes par an, en amont d'un complexe pétrochimique d'une capacité de 3 Mt/an de produits finis. Le complexe serait notamment doté de capacités de 1,4 Mt/an d'éthylène et de 600 000 t/an de propylène, alimentant en aval des unités de polyéthylène, de polypropylène, et d'autres dérivés. Selon Chemical Week, qui évoque des capacités de butadiène, de benzène, ou encore d'éthylène glycol, la mise en service de la raffinerie serait ambitionnée pour 2020, contre 2022 pour le complexe pétrochimique.
 

Autre décor et autres ambitions : le Moyen-Orient. Le 31 août, ChemChina a conclu des protocoles d'accord avec une délégation saoudienne composée de Saudi Aramco et du National Industrial Clusters Development Program (NICDP). Avec pour objectif d'identifier et d'étudier des opportunités d'investissement en Arabie Saoudite dans le domaine du photovoltaïque et des silicones, les spécialités chimiques et les pneumatiques automobiles. Les fibres de performance pour l'aérospatial et les industries high-tech, les élastomères industriels, les plastiques techniques, et la nutrition animale seront aussi des domaines de réflexion. De leur côté, les partenaires saoudiens y voient une opportunité supplémentaire pour diversifier leurs productions, un de leurs objectifs prioritaires. Pour ChemChina, c'est l'occasion de s'ouvrir à de nouveaux horizons, qui plus est, dans une région hautement stratégique.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Solvay se redresse au 2e trimestre

[Édito] : Solvay se redresse au 2e trimestre

«  La reprise est en marche et visible dans 90 % de notre portefeuille », a déclaré Ilham Kadri, la présidente de Solvay, lors de la publication des résultats du 2e trimestre de son[…]

30/07/2021 | SpécialitésRésultats
[Édito] : Ces chimistes appâtés par le marché pharma

[Édito] : Ces chimistes appâtés par le marché pharma

[Édito] : Arkema accélère dans les batteries

[Édito] : Arkema accélère dans les batteries

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

Plus d'articles