Nous suivre Info chimie

Chemours ferme une usine américaine de TiO2

C.B. et J.C.

Sujets relatifs :

, ,

L'entreprise, qui s'est officiellement affranchie de DuPont en juillet dernier, a annoncé les fermetures de l'usine américaine d'Edge Moor, située dans le Delaware, et d'une ligne de production de son usine de Johnsonville, dans le Tennessee (États-Unis), toutes deux dédiées à la production de dioxyde de titane (TiO2). Soit des suppressions de capacités de 150 000 tonnes par an. C'est la sous-utilisation de la capacité de l'usine d'Edge Moor, servant essentiellement l'industrie du papier, et le coût d'exploitation élevé de la ligne 3 de Johnsonville, plus petite par rapport aux deux autres lignes existantes de production, qui a incité Chemours Company à prendre cette décision. Ces fermetures devraient ainsi permettre à Chemours de générer une réduction de coûts annuels nette de 45 millions de dollars (39,8 M€). L'arrêt de la ligne de Johnsonville est prévu pour la fin du mois de septembre comme la fin de la production à Edge Moor. Chemours table sur un arrêt définitif de cette usine et entend entamer son démantèlement à partir de mars 2016, lequel pourrait prendre jusqu'à un an. À Edge Moor, ce sont 200 salariés et 130 contractuels qui sont concernés par l'arrêt de la production de TiO2. L'entreprise a calculé des frais, hors trésorerie, de 110 M$ liés à la fermeture de ses installations. Et au cours de ces trois prochaines années, Chemours devrait engager entre 75 à 85 M$ liés aux indemnités de départs ainsi qu'au déclassement et au réaménagement de ses installations. L'entreprise a annoncé recentrer sa production sur ses usines du Mississippi, du Tennessee, de Taïwan et sur son site d'Altamira au Mexique. Site sur lequel Chemours finalise la construction d'une usine de 200 000 t/an qui doit démarrer mi-2016. Chemours Company reste l'un des principaux producteurs mondiaux de TiO2, avec une capacité actuelle de 1,2 million de t/an.

Ce projet de restructuration intervient dans le cadre d'un plan de transformation en cinq volets dévoilé début août par Chemours. Lequel doit permettre de réduire les coûts structurels, renforcer les positions de marché, mieux orienter les investissements, améliorer le schéma organisationnel du groupe, et optimiser le portefeuille. Sur ce cinquième point, le chimiste américain a indiqué qu'il avait entamé une revue de son activité Cyanure, pour laquelle il étudie des « alternatives stratégiques », sans en dire plus pour le moment. Au total, Chemours vise pour son plan en cinq points une amélioration de 500 M$ d'Ebitda ajusté entre 2015 et 2017.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Afyren sécurise 60 M€ pour son industrialisation

Afyren sécurise 60 M€ pour son industrialisation

Le producteur de composés biosourcés d'intérêt par voie fermentaire Afyren a annoncé le démarrage de la phase industrielle de son développement via la sécurisation d'un financement[…]

18/02/2019 | ActualitésChimie
Yara et Engie collaborent dans l'hydrogène vert en Australie

Yara et Engie collaborent dans l'hydrogène vert en Australie

Nutrien débourse 340 M$ pour Actagro

Nutrien débourse 340 M$ pour Actagro

Cabot cède sa division Fluides de spécialité à Sinomine

Cabot cède sa division Fluides de spécialité à Sinomine

Plus d'articles