Nous suivre Info chimie

Chimie américaine : la croissance s'installe

Sylvie Latieule
Après la France et l'Europe, les États-Unis publient à leur tour le bilan de leur industrie chimique (pharmacie incluse) en 2004 par le biais de l'ACC ou American Chemistry Council. Il semble qu'après plusieurs exercices difficiles et des annonces de reprise qui ne se sont pas toujours concrétisées, une croissance plus durable soit enfin de retour. La chimie américaine a bénéficié de deux phénomènes : une demande forte de la part des industries aval et une tendance au restockage chez ses clients.
Résultat, les volumes ont augmenté de 5,5 % (2,5 % en Europe de l'Ouest, pharmacie incluse). Et, grâce à des hausses de prix, la chimie américaine a pu réaliser un chiffre d'affaires de 501 Mrds $ en 2004, en hausse de 9 %. Une analyse par segments montre que les plus fortes progressions de chiffre d'affaires sont à mettre à l'actif de la chimie de base (+13 %) et de spécialités (+9 %). En ce qui concerne le taux d'utilisation des capacités, il devrait atteindre 76,5 % en 2004 et 78,7 % en 2005. Des performances ni bonnes ni mauvaises, dans la moyenne de l'ensemble de l'industrie américaine sur les 15 dernières années. En 2004, la chimie américaine a pâti du prix élevé des matières premières (principalement du gaz naturel qui alimente en éthane les vapocraqueurs) et de l'énergie qui ont pesé sur ses marges. En revanche, la faiblesse du dollar lui a été favorable au plan des exportations. Ces dernières ont ainsi progressé de 18 % pour atteindre 108 Mrds $ en 2004. Dans le même temps, les importations, principalement en provenance d'Europe de l'Ouest et d'Asie, ont crû de 12 %. Le déficit de la balance commerciale a ainsi pu se rétracter, passant de 9,6 Mrds $ en 2003 à 5 Mrds $ en 2004. Une analyse par produit montre que la balance commerciale des États-Unis est largement excédentaire en pétrochimie, dans les intermédiaires et dans les polymères. Mais le pays importe plus qu'il n'exporte de produits inorganiques, de spécialités et de produits chimiques fins. Sur la période, les investissements de R&D et industriels ont représenté un montant total de 45 Mrds $. Mais, même si ce montant est en croissance, l'ACC s'inquiète de la multiplication des projets “outre-mer” sur des marchés plus dynamiques, ce qui pose la question de l'avenir de la production chimique sur le sol américain. Pour les mois à venir, les perspectives restent bonnes. Malgré un possible ralentissement au premier trimestre, l'ACC anticipe une croissance de chiffre d'affaires de sa chimie/pharmacie de 6 % en 2005 pour atteindre 531 Mrds $. Des chiffres correspondant à une hausse des volumes de 3,4 %. Selon les pronostics, la chimie de base et les spécialités devraient continuer à tirer la croissance. Le déficit commercial pourrait encore se réduire à 4 Mrds $, avec l'espoir de se transformer en excédent en 2006. En matière d'investissements industriels et de R&D, l'ACC souligne qu'ils devraient progresser respectivement de 10,6 et 6 %. En revanche, l'emploi est en recul sous l'effet conjugué des restructurations et d'une tendance lourde à l'externalisation. Seule réserve de l'ACC, le prix du pétrole, qui reste une menace pour la santé de l'industrie chimique et de l'économie en général. Sylvie Latieule

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polystyrène : Ineos et Trinseo choisissent Recycling Technologies pour leur projet

Polystyrène : Ineos et Trinseo choisissent Recycling Technologies pour leur projet

Le 20 avril 2021, les sociétés Ineos Styrolution et Trinseo ont officialisé le franchissement d’une étape importante dans leur projet de construction d’une unité commerciale de recyclage du[…]

23/04/2021 | PolystyrèneChimie verte
Intelligence artificielle : Evonik devient membre du MIT-IBM Watson AI Lab

Intelligence artificielle : Evonik devient membre du MIT-IBM Watson AI Lab

Peintures : AkzoNobel lance la deuxième édition de « Paint the Future »

Peintures : AkzoNobel lance la deuxième édition de « Paint the Future »

La chimie en France va rebondir de 6 à 7 % en 2021

La chimie en France va rebondir de 6 à 7 % en 2021