Nous suivre Info chimie

Chimie de base:Une première unité pilote de bioéthanol de seconde génération en France

Sujets relatifs :

, ,
BIOÉTHANOL DE 2e GÉNÉRATION: UNE PREMIÈRE EN FRANCE Le premier pilote français de production de biocarburants de seconde génération sera installé en 2009 en Picardie. Le coût atteindrait entre 40 et 50 M€.

Un consortium associant Sofiprotéol (établissement financier de la filière des huiles et protéines végétales), l'Institut français du pétrole (IFP) et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), a choisi d'implanter la première usine française de biocarburants de seconde génération en Picardie, dans le département de l'Oise. D'après des informations parues dans la presse, le complexe, dont le coût pourrait atteindre entre 40 et 50 millions d'euros, sera installé en 2009, juste à côté de l'usine Robbe de Venette, spécialisée dans la production de diester. Ce site expérimental travaillera à partir de la technologie « biomass to liquid » (BTL), utilisant des déchets forestiers, des coproduits issus de l'agriculture ou même des déchets organiques ménagers pour en extraire la ligno-cellulose. Cette usine dont le début de production est prévu pour 2010 sera un test pour Sofiprotéol. En cas de succès, il prévoit d'ores et déjà la construction d'un site industriel de grande capacité. L'établissement financier a annoncé qu'un second pôle, situé en région Centre, sera créé afin de fabriquer la matière première utilisée dans l'Oise. Un investissement dont le montant pourrait, quant à lui, avoisiner les 15 M? au minimum. Dans l'attente, les recherches sur les biocarburants de seconde génération continuent avec l'octroi de 60 M? de crédit pour l'amélioration des process de fabrication. La Picardie tire la consommation de carburant vert en France La consommation de bioéthanol E85 (85 % de bioéthanol et 15 % d'essence sans plomb 95) par les particuliers a doublé au cours des six premiers mois de l'année 2008 dans le département de l'Aisne. Ce carburant de première génération est obtenu par la fermentation de betteraves à sucre. L'Aisne, où sont cultivés 65000 hectares de betteraves à sucre, a produit quelque 300000 m3 de bioéthanol en 2008. « Le carburant vert est un produit fiable, performant, écologique », a affirmé Philippe Pinta, président de la chambre d'agriculture. Reste que le débat est omniprésent sur la question du risque d'aggravation de la pénurie alimentaire dans le monde en raison de la production de biocarburants. D'un côté, Stefan Tangermann, directeur pour l'agriculture de l'OCDE, a plaidé pour « une réduction drastique des programmes de subvention aux biocarburants ». De l'autre côté, les avocats des biocarburants et de l'expansion de leur exploitation continuent sur leur lancée. Parmi eux, la Commission européenne, qui a fixé aux pays membres un objectif de 10 % de biocarburants dans les transports d'ici 2020. J.B.

 

Encadré : L'Ademe s'attaque à l'éco-bilan des biocarburants L'étude « Analyses de cycle de vie appliquées aux biocarburants de première génération en France », menée ces derniers mois par l'Ademe a permis de définir la nouvelle méthodologie à appliquer pour la réalisation de bilans énergie, gaz à effet de serre (GES) et polluants atmosphériques locaux des biocarburants de première génération. Elle a été lancée en juillet 2007 conjointement avec l'IFP, le ministère de l'Écologie, de l'Énergie et du Développement durable, le ministère de l'Agriculture et de la Pêche et l'Office national interprofessionnel des grandes cultures. En 2002, une première étude avait conclu au bilan positif des biocarburants en termes d'émissions de CO2 et de gain énergétique par rapport aux carburants fossiles : 60 % pour le bioéthanol produit à partir de blé et de betterave et 70 à 75 % pour le diester produit à partir de colza et de tournesol. Au vu des nouveaux résultats, l'étude recommande plusieurs modifications dans les méthodes de calcul des performances des biocarburants, mais confirme l'intérêt et la fiabilité des bilans des filières françaises. Avec cette nouvelle méthodologie, l'ADEME lance dès aujourd'hui, avec les mêmes partenaires, les études nécessaires pour connaître les bilans des différentes filières de biocarburants consommés en France. Les données devraient être disponibles à la fin de l'année 2008.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Avec près de 3 000 entreprises et plus de 168 000 salariés en France, la chimie a pu quasiment stabiliser ses effectifs totaux (production, recherche et sièges sociaux) en 2020. Et ce, malgré la crise[…]

25/06/2021 | PanoramaFrance-Chimie
Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

Plus d'articles