Nous suivre Info chimie

Chimie en France : La crise du Covid-19 brouille la visibilité

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
 Chimie en France : La crise du Covid-19 brouille la visibilité

© Butachimie

Tous les ans à cette même époque, France Chimie dresse le bilan de l’année écoulée pour l’industrie chimique opérant sur notre territoire. La publication de ces résultats est toujours festive, jumelée avec l’assemblée générale de l’association. Cette année, on devait même fêter les 30 ans du programme Responsible Care ! Mais la crise sanitaire du Covid-19 a tout chamboulé. La manifestation prévue le 31 mars a dû être annulée. Et ce que l’on attend avec encore plus d’impatience que les résultats, à savoir les perspectives, elles ont dû être ajournées. Un récent article des Echos a annoncé que les usines chimiques françaises fonctionnaient à 75 % de leurs capacités. C’est une belle performance par les temps qui courent mais elle se traduira sans aucun doute par une récession forcée.  

En attendant retour sur l’exercice 2019. Les résultats des grands chimistes mondiaux, publiés en début d’année, avaient annoncé la couleur : une croissance au ralenti et des marges difficiles à tenir. Dans ce contexte mondial morose, le secteur de la chimie en France a fait preuve de résilience par rapport à ses voisins européens, affichant une croissance de +0,7% contre un recul de -1,1% en moyenne dans l’Union Européenne et -3,1% en Allemagne.

Une place de n°2 à l’export derrière l’aéronautique

Cette croissance a été tirée par le dynamisme à l’export. En 2019, la chimie en France a même occupé une place de 2e industrie exportatrice derrière l’aéronautique. « Bénéficiant d’un portefeuille de pays clients équilibré (l’UE représentant 60% des exportations), elle n’a été que relativement impactée par les effets des tensions du commerce mondial sur le secteur » souligne France Chimie. En revanche, l’industrie chimique a souffert d’une « inflexion » de la demande intérieure liée à la dégradation de l’activité de grands secteurs clients comme l’automobile et aux grèves en fin d’année.

Au niveau sectoriel, les performances des Savons, parfums, produits d’entretien (+4,6%) et celui de la Chimie fine pharmaceutique (+5,7%) ont particulièrement contribué à la croissance de la Chimie. Les productions de la Chimie organique et de spécialités ont été relativement stables en 2019 (respectivement -0,6% et -0,1%) et celle de la Chimie minérale a significativement baissé (-6,6%).

Des investissements pour répondre aux défis de demain

La chimie a beau être une industrie ancienne, elle reste tournée vers le futur. Pour répondre aux défis de demain, France Chimie évoque 500 millions d’euros de projets d’investissement identifiés dans le biocontrôle, les biopolymères et matériaux biosourcés d’ici à 2025 et pas moins de 15 projets dans le recyclage chimique. Sur le sujet de la transition énergétique, la chimie poursuit la baisse de son empreinte carbone, avec l’annonce de près de 300 millions d’euros d’investissement dans des projets emblématiques de centrales biomasse ou CSR.  

Enfin, l’effectif de l’industrie chimique ne France a dépassé le 218000 personnes en 2019 (dont 38,5 % de femmes et 2 salariés sur 3 techniciens, agents de maîtrise et cadres). La branche précise qu’elle réalise 15000 à 17000 recrutements en moyenne par an.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Résultats : BASF résiste au 3e trimestre

Résultats : BASF résiste au 3e trimestre

Alors que le troisième trimestre vient à peine de se terminer, le numéro un mondial de la chimie BASF réactualise ses pronostics pour l’ensemble de l'année 2020. Il annonce un chiffre d'affaires[…]

13/10/2020 | RésultatsConjoncture
[Édito] : Les US en régime turbulent

[Édito] : Les US en régime turbulent

La Fipec a pu tenir son assemblée générale en ‘présentiel’

La Fipec a pu tenir son assemblée générale en ‘présentiel’

Covid-19 : les biocarburants subissent la crise

Covid-19 : les biocarburants subissent la crise

Plus d'articles