Nous suivre Info chimie

Chlore-soude : Electrolyse : Tessenderlo convertit ses unités à procédé mercure

Sujets relatifs :

Le groupe belge Tessenderlo investit actuellement 150 millions d'euros dans la conversion d'une de ses unités mercure qui permettent notamment la production de potasse caustique. Environ 80 millions d'euros vont être débloqués au cours de l'année 2004 pour cette opération, sur le site de la commune de Tessenderlo (Belgique). Le remplacement de cette unité mercure, qui sera opérationnelle en 2006, s'accompagne également d'une augmentation de capacité. Aujourd'hui d'une capacité globale de 250 000 tonnes de chlore par an avec deux unités, elle sera de 400 000 tonnes de chlore par an. Enfin, avec cette opération, 75 % du chlore produit le sera sans mercure. Avec ses sites de Loos (France) et Pieve Vergonte (Italie), Tessenderlo produit 300 000 tonnes par an de chlore, pour la production de chlorure de vinyle monomère (MVC), pour la chloration du toluène et du benzène. Le procédé employé, l'électrolyse du sel, conduit à la production de 100 000 tonnes d'hydroxyde de potassium (potasse caustique) et de plus de 235 000 tonnes par an d'hydroxyde de sodium (soude caustique). Ces conversions entrent dans le cadre de l'engagement environnemental des adhérents d'Eurochlor, qui regroupe les acteurs de la filière. Il vise notamment à remplacer progressivement les unités à mercure par des unités à membrane ou à diaphragme (exempte d'amiante en France depuis 2001) d'ici à 2020. Selon un rapport publié la semaine dernière par Eurochlor (CPH n°260, p.15), une électrolyse sur deux fait actuellement appel à la technologie mercure. Les industriels se sont aussi engagés à réduire leur consommation énergétique. Tessenderlo, implanté dans 22 pays, emploie environ 8 300 personnes pour un chiffre d'affaires de 1,97 milliard d'euros en 2003. Ce groupe applique une stratégie de marchés de niches sur lesquels il peut être leader mondial européen. C'est le cas de la division Chimie minérale (engrais liquides soufrés, sulfhydrate de soude, acide chlorhydrique, sulfate de potasse, etc.), Chimie fine (alcool benzylique, acétate de benzyle, chlorure de benzyle, glycine, etc.) et Produits naturels organiques (gélatine). La société compte également une division PVC et compounds et enfin Transformation matières plastiques. Ses marchés principaux sont l'industrie de la construction et des travaux publics (37 %), les engrais et l'alimentation animale (32 %), suivis par l'industrie (15 %), la santé et l'hygiène (11 %), et enfin les ménages (5 %). Des meilleures perspectives pour le groupe cette année Certaines activités ont plombé les résultats du groupe en 2003. C'est le cas de l'alimentation animale, responsable de la moitié de la chute de l'Ebitda en 2003. En effet, cette activité a connu une forte croissance suite à l'interdiction des farines animales. Mais ensuite, ce marché a attiré des acteurs asiatiques, d'où une situation de surproduction qui s'est conjuguée à la chute des prix sur le marché de la viande. La situation de ce marché s'améliore depuis juin 2003, mais des effets seront encore notables dans les résultats de l'année 2004. De même, le prix du PVC en suspension s'est effondré au deuxième semestre 2003. Les cours sont repartis à la hausse depuis janvier 2004. D'où un bénéfice en baisse de 38 % en 2003, à 44 millions d'euros contre 71 M l'année précédente. Le cash flow, également en baisse de 207 M en 2002 à 162 M en 2003, permet cependant de maintenir un niveau d'investissement stable. D'autant que l'endettement financier net sur fonds propres est de 45 %, ce qui laisse la porte ouverte à des acquisitions ciblées. Une légère amélioration est perceptible pour le début de l'année 2004, qui laisse augurer de bons résultats globlaux – sauf renversement de la tendance – pour l'ensemble de l'exercice.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Quelques 420 millions de dollars, c'est le montant que va verser le Thaïlandais Indorama Ventures pour l'acquisition de deux unités de production de polyéthylène téréphtalate et des résines PET associées auprès d'Invista. L'une est située à[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Plus d'articles