Nous suivre Info chimie

Cinq lauréats pour l'édition 2011 du Prix Pierre Potier

S.L.

Sujets relatifs :

, ,

Le prix ChemStart'up 2011 revient à Biométhodes

En marge du Prix Pierre Potier, la société Biométhodes, installée au Génopole d'Evry, a été retenue parmi 7 candidats pour recevoir le prix ChemStart'up, accompagné d'un chèque de 200 000 euros. A charge pour elle d'installer dans les locaux d'un tout nouvel hôtel d'entreprises basé à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), un pilote de sa technologie Optalysis. Elle consiste à séparer de façon optimale les trois composants du bois que sont la lignine, l'hémicellulose et la cellulose pour permettre ensuite une valorisation de ces trois fractions. Le projet ChemStart'up entre dans le cadre de la revitalisation du bassin de Lacq, suite à l'arrêt de la production de gaz. Inauguré il y a peu, l'hôtel d'entreprise est en train d'accueillir une première société, Borochem, récompensée l'an passé par la première édition du prix ChemStart'up.

Le prix Pierre Potier a été remis le 7 juillet dernier à cinq lauréats. Pour cette 6e édition, ce prix a encore récompensé l'innovation en chimie en faveur du développement durable. Un premier trophée a été décerné à Rhodia pour Eolys Powerflex. Lancé en décembre 2009, ce produit est un additif catalytique qui permet de régénérer les filtres à particules des véhicules diesel. Contrairement aux premières générations de ce type d'additifs, il ne contient plus de terres rares dont l'accès est aujourd'hui difficile. Il est produit à partir d'une matière première renouvelable et il est parfaitement adapté à l'utilisation de biodiesel. A côté de Rhodia, c'est une entreprise du Finistère de 45 personnes, Polaris, qui a reçu le second trophée. Elle a été récompensée pour son procédé innovant Glaen qui permet de produire de l'acide gamma linoléique concentré sous forme d'esters éthyliques ou de triglycérides à partir de différentes ressources maritimes, en particulier de résidus de la pêche ou de poissonneries industrielles. Ce procédé a la particularité de combiner deux techniques : la chimie enzymatique et la distillation moléculaire sous un vide très poussé.

Trois médailles ont ensuite été décernées. La première revient à la société Sophim. Cette start-up grassoise a breveté en août 2010 un nouveau procédé qui permet la production de squalène (à l'origine extrait du requin), de stérols et de vitamine E à partir de sous-produits du raffinage d'huiles végétales, en particulier de l'huile d'olive, à un coût très compétitif. Puis Suez Environnement a été récompensé pour son programme de recherche Amperes sur les micropolluants en station d'épuration. Les travaux ont consisté à développer et à valider des méthodes d'analyse de ces micropolluants (œstrogène, bêtabloquants... ), à évaluer l'efficacité des stations actuelles qui se sont avérées être efficaces sur deux tiers de ces polluants, puis à développer un procédé de traitement. La dernière médaille a été attribuée à Arkema qui a su trouver une nouvelle application à son eau oxygénée : l'oxydation de polluants soufrés dans les stations d'épuration, sans générer de boues, ni de produits toxiques.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Restructuration : Clariant revoit son organisation

Restructuration : Clariant revoit son organisation

Le chimiste suisse Clariant a fait part de son intention d’adapter et recentrer son organisation après plusieurs désinvestissements. Cette opération aura pour conséquence la suppression d’un millier de[…]

25/11/2020 | RestructurationPanorama
Santé : Les bioplastiques répondent aux normes de sécurité

Santé : Les bioplastiques répondent aux normes de sécurité

Développement durable : Le Cefic planifie un ensemble d’indicateurs

Développement durable : Le Cefic planifie un ensemble d’indicateurs

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

Plus d'articles