Nous suivre Info chimie

Clariant et Huntsman aux prises avec White Tale

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Les chimistes suisse et américain bataillent contre un fonds activiste tandis qu'ils poursuivent leur opération de fusion. White Tale Holdings qui détient 15 % de Clariant réclame un arrêt de la transaction, suggérant une cession de la division Plastics et Coatings de Clariant. Huntsman et Clariant font bloc.

La fronde de White Tale Holdings contre la fusion entre Clariant et Huntsman s'intensifie. Après être entré au capital de Clariant au cours de l'été, jusqu'à mettre la main sur plus de 10 % des parts (CPH n°810), ce fonds activiste basé aux Îles Caïmans et fondé par les fonds Corvex et 40 North détient aujourd'hui plus de 15 % du capital de Clariant. Ce qui en fait désormais le premier actionnaire du groupe suisse. En parallèle, White Tale a adressé une lettre ouverte au conseil exécutif du chimiste suisse pour l'inciter à renoncer à la fusion avec Huntsman. Le principal argument avancé est que l'accord conclu avec Huntsman serait contraire aux intérêts des actionnaires car il sous-évaluerait la valeur de Clariant. White Tale estime qu'il pourrait y avoir d'autres choix et suggère aussi la cession de la division Plastics et Coatings. Laquelle a généré un chiffre d'affaires de 2,52 milliards de francs suisses en 2016, soit environ 43 % des ventes de Clariant, l'an dernier (5,84 Mrds CHF).
 

Clariant et Huntsman n'ont pas tardé à réagir. Et plutôt fermement. Le groupe suisse a réaffirmé son intention de mener à bien la fusion avec son partenaire américain. Clariant a clairement indiqué ne pas partager les vues de White Tale. La fusion est considérée comme une continuité de la stratégie du groupe pour se transformer en un géant mondial des spécialités. Et les conditions de l'opération ne sous-évalueraient en rien la valeur du groupe. Comme annoncé en mai dernier (CPH n°803), la fusion devrait permettre à Clariant et Huntsman de générer une création de valeur de plus de 3,5 Mrds $, grâce à des synergies de coûts attendues de plus de 400 M$, et des synergies d'imposition de l'ordre de 25 M$. Sans compter des ventes organiques supplémentaires de 250 M$. Par ailleurs, Clariant a réfuté l'idée de vendre sa division Plastics et Coatings. Cette solution ne « créerait pas de valeur actuellement » et serait « destructeur de valeur », a martelé le groupe qui reconnaît toutefois que céder cette division était une possibilité envisagée depuis 2015. Mais en s'associant à Huntsman, Clariant estime qu'il disposerait d'une « plus grande flexibilité pour ajuster son portefeuille et maximiser la valeur pour ses actionnaires ».
 

De son côté, le groupe américain s'est montré plus véhément. Fustigeant des informations erronées, Peter Huntsman, président et p-dg, dénonce une tactique de White Tale « pour engendrer une augmentation à court terme de la valeur de l'action de Clariant » en brandissant « une stratégie destructive et à haut risque de démantèlement de Clariant ». Cet « activisme se concentre uniquement sur le court terme », assène encore le dirigeant d'Huntsman qui estime par ailleurs qu'au « lieu de mettre en question les motivations de Clariant, les investisseurs de Clariant devraient plutôt se demander pourquoi Corvex a perdu des milliards de fonds sous son management, ces dernières années ». Il faut dire que le chimiste américain a une dent contre Corvex. Lorsqu'il avait repris des activités dioxyde de titane et additifs de performance de Rockwood en 2013 (CPH n°647), le fonds américain était entré à son capital et avait réclamé qu'Huntsman se débarrasse au plus vite d'une petite activité de pigments de commodités. Le groupe américain avait refusé et au contraire investi dans cette activité pour la renforcer patiemment avant d'enclencher cette année le spin-off, décrit comme très profitable, de Venator (CPH n°801).
 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Linde et Praxair en négociation avec Messer et CVC pour les Amériques

Linde et Praxair en négociation avec Messer et CVC pour les Amériques

Les spécialistes allemand et américain des gaz industriels sont entrés en négociations avancées avec le groupe Messer et le fonds CVC Partners pour de potentielles cessions d'actifs en Amérique du[…]

16/07/2018 | Gaz industrielsChimie
Oxea va se muscler en NPG en Allemagne

Oxea va se muscler en NPG en Allemagne

Covestro innove à Tarragone

Covestro innove à Tarragone

Borealis avance dans le recyclage de plastiques en Allemagne

Borealis avance dans le recyclage de plastiques en Allemagne

Plus d'articles