Nous suivre Info chimie

Colibri dépollue l'air grâce à ses peintures biosourcées

Dinhill On
Colibri dépollue l'air grâce à ses peintures biosourcées

© David Bécus

La société Colibri Peinture commercialise des peintures à la fois respectueuses de l'environnement et performantes. Dotés d'un pouvoir couvrant équivalent à celui des peintures acryliques classiques, ces produits élaborés à partir de ressources végétales sont en mesure d'assainir l'air intérieur.

Décorer de manière naturelle et sans polluer. C'est ce que promet la société Colibri Peinture avec ses produits. Cette entreprise, basée à Blagnac (Haute-Garonne), développe, produit et commercialise des peintures décoratives aussi performantes que des produits acryliques, mais qui ont la particularité d'être à la fois biosourcées. L'histoire de Colibri Peinture a commencé lorsque son fondateur Cédric Laurent, qui a une carrière de plus de quinze ans dans la construction, a fait un constat sur l'offre de peintures décoratives. « En 2016, j'ai voulu préparer la chambre de mon futur enfant. Et je me suis rendu compte qu'il n'y avait aucune peinture saine et naturelle. Après réflexion, j'ai décidé de créer Colibri Peinture en juin 2018 afin de proposer des peintures répondant à un cahier des charges spécifique : allier santé, bien-être et environnement », se souvient le dirigeant. Dans ce cadre, il aura fallu deux ans à Colibri Peinture pour créer son premier produit. « Notre peinture est formulée à partir d'une résine à 95 % issue de matières premières végétales, et offre des performances comparables à celles des peintures acryliques en matière de pouvoir couvrant et d'opacité. Elle contient également des agents texturants provenant d'algues rouges, de l'huile de pin et des pigments minéraux », précise Cédric Laurent. Avant d'ajouter : « La majeure partie de notre produit (98 %) est d'origine naturelle, seuls quelques ingrédients tels que les conservateurs restent d'origine pétrosourcée ».

Par la suite, l'entreprise a décliné sa peinture biosourcée (Colibri Nature) en 194 coloris et en une sous-couche primaire (Colibri Impres'). Mais Colibri Peinture est allée encore plus loin, en proposant une peinture à la fois biosourcée et dépolluante. « Notre produit Colibri Pure' est en mesure de capter le formaldéhyde de l'air intérieur. Et contrairement à d'autres peintures acryliques similaires qui captent en fait leurs propres émissions de composés organiques volatils, notre peinture ne piège que des COV exogènes, n'en émettant pas à l'origine », explique Cédric Laurent. Ce qui constitue un avantage non négligeable pour des secteurs où un air intérieur sain est primordial : hôpitaux, écoles, crèches, etc. C'est ainsi qu'elle a ajouté cette fonctionnalité à d'autres gammes de produits comme la lasure pour bois (Colibri Bois') ou la peinture pour les loisirs créatifs (Colibri Artist'). À noter que les peintures vendues par Colibri restent plus onéreuses par rapport à des produits classiques, avec un surcoût à l'achat compris entre 15 et 20 %. Mais cela ne semble pas influencer l'engouement pour les produits de Colibri.

Dématérialiser la commercialisation

L'aspect innovant de ses produits a permis à Colibri Peinture d'être primé, en 2019, dans la catégorie Écologie des Trophées « Transformons la France » en région Occitanie-Toulouse, par le journal La Tribune. En plus de se démarquer par son innovation, Colibri Peinture a fait le choix de se différencier des acteurs traditionnels par son modèle de commercialisation. « Pour la vente de nos produits, nous avons opté pour un modèle disruptif de vente directe entièrement en ligne. Cela évite les intermédiaires et nous permet ainsi de gagner en transparence, en proximité et en agilité vis-à-vis de nos clients », précise Cédric Laurent. Et cela lui permet d'ores et déjà de répondre à la demande au niveau international, en particulier en Suisse, en Belgique et au Luxembourg. Avec une croissance régulière sur les prochains mois, l'entreprise pourrait atteindre 1,5 million d'euros de chiffre d'affaires dès cette année et les 6 ME à l'horizon 2022.

Se doter de ses propres installations

Malgré le succès de ses produits, Colbri, qui souhaite rester dans le domaine des peintures décoratives, ne compte pas se reposer sur ses lauriers. En matière de R&D, la société travaille actuellement à un moyen de remplacer les biocides de ses peintures par d'autres substances plus vertueuses. En outre, elle étudie la diversification de son portefeuille de produits avec la possibilité d'utiliser des ingrédients à base de lait. Au niveau industriel, il compte se doter de ses propres installations, comme le détaille Cédric Laurent : « Actuellement, nous sous-traitons la fabrication des 20 000 litres de peintures que nous vendons chaque année. L'idée serait de nous doter de notre propre unité de fabrication et de notre laboratoire d'ici à vingt-quatre mois ».

COLIBRI PEINTURE EN BREF

Fondation en juin 2018 Siège à Blagnac (Haute-Garonne) Effectif : 2 salariés + 7 collaborateurs indépendants Activité : développement et commercialisation de peintures décoratives biosourcées Chiffre d'affaires prévu en 2020 : 1.5 ME Chiffre d'affaires envisagé en 2022 : 6 ME Distinctions: lauréat 2019 du Trophée Transformons la France - région Occitanie-Toulouse, catégorie Écologie

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : La raffinerie de Grandpuits transformée en plateforme "zéro pétrole"

[Édito] : La raffinerie de Grandpuits transformée en plateforme "zéro pétrole"

C’est ainsi que verra le jour la première usine de bioplastique PLA en Europe. D'une capacité de 100 000 t/an, elle sera opérée par la co-entreprise Total Corbion PLA. À l’horizon 2024, on ne[…]

24/09/2020 | RestructurationBioplastiques
Global Bioenergies : Changement au Conseil d’administration et nouveau cap

Global Bioenergies : Changement au Conseil d’administration et nouveau cap

Evonik teste la photosynthèse artificielle en Allemagne

Evonik teste la photosynthèse artificielle en Allemagne

Borealis lance un nouveau portefeuille de polyoléfines

Borealis lance un nouveau portefeuille de polyoléfines

Plus d'articles