Nous suivre Info chimie

Colorants/Dystar et BASF regroupent leur colorants textiles au sein d'un groupe de 1,3 Mrd d'euros

Sujets relatifs :


BASF, Bayer et Hoechst ont annoncé la fusion leurs activités de colorants pour textiles au sein d'un joint-venture qui sera de loin le numéro un mondial avec un chiffre d'affaires annuel de près de 2,5 milliards de DM (1,3 Mrd d'euros). Les colorants textiles de BASF qui ont représenté un chiffre d'affaires de 860 MDM (440 M d'euros) en 1998 vont en fait rejoindre Dystar, joint-venture créé en 1995 par Bayer et Hoechst. Déjà numéro un mondial des colorants textiles, celui-ci pèse 1,58 Mrd DM (820 M d'euros). Le joint-venture qui gardera le nom de Dystar se situera ainsi loin devant Ciba Spécialités Chimiques, numéro deux avec un chiffre d'affaires de 622 M d'euros. Le joint-venture allemand emploiera environ 4 700 personnes (3 200 venant de Dystar et 1 500 de BASF) mais les trois partenaires reconnaissent que des suppressions sont inéluctables, notamment en Allemagne où travaillent la moitié des employés. Au sein de la nouvelle société dont la création officielle est prévue pour avril 2000, Bayer, BASF et Hoechst auront chacun une participation qui devrait être à peu près identique mais dont les montants n'ont pas encore été divulgués. Il s'agit pour les trois groupes, qui étaient dans les années trente réunis au sein de l'IG Farben (qui veut dire colorants), d'une activité historique et même d'une de leurs premières productions, il y a plus d'un siècle. En 1998, des négociations avaient été engagées en vue d'un rapprochement entre Dystar et les colorants textiles de Clariant, numéro quatre mondial (et désormais numéro trois), en raison de la double participation de Hoechst dans Clariant (45 %) et dans Dystar. La vente récente de la participation détenue par Hoechst dans Clariant a, en revanche, permis à Dystar de s'allier avec un autre partenaire. Les palettes de produits et de technologies des firmes réunies sont largement complémentaires dans la mesure où BASF est un spécialiste des colorants de cuve et du célèbre indigo, domaines dont Dystar est absent tandis que ce dernier est un grand producteur de colorants à base de soufre. Dans les colorants réactifs où tous deux sont présents, BASF est plus spécialisé dans les teintures à chaud et Dystar dans les autres types de colorants réactifs. Les trois principaux secteurs de la nouvelle société seront les colorants réactifs, les colorants dispersés et les colorants spéciaux. Les trois partenaires cherchent à faire front et à réduire les coûts face à une concurrence asiatique de plus en plus intense. Ces dernières années, le marché s'est déplacé dans cette région où les petits producteurs bénéficient d'un avantage considérable du fait de leur installation à proximité des grands sites de production textiles. Au niveau de la demande, l'Asie représente d'ailleurs près de 50 % d'un marché mondial estimé à 4,5 milliards d'euros contre environ 20 % en Europe et 22 % aux États-Unis. Sous l'effet de la crise asiatique et de la chute des prix, le marché a d'ailleurs reculé de 20 % depuis 1997 (13 % sur la seule année 1998). BASF dont l'activité textile pesait encore 1,2 Mrd DM, il y a trois ans, juste après l'acquisition des colorants textiles de Zeneca, a particulièrement souffert. Ses ventes ont reculé de 30 % tandis que l'activité plongeait dans le rouge. Elle était encore en perte sur les neuf premiers mois de l'année 1999. Le groupe a d'abord tenté de réagir en signant un accord de coopération avec Ciba afin de regrouper les productions sur les sites de l'un ou de l'autre groupe mais cet accord n'a jamais vraiment fonctionné. BASF apporte au joint-venture ses unités allemande de Ludwigshafen et brésiliennes de Guaratinguetá et Jacarei. Le joint-venture devrait également intégrer Mitsui BASF Dyes et son unité japonaise d'Omuta. Dystar qui a subi l'an dernier une perte opérationnelle de 3,5 M d'euros (après un bénéfice en 1997) prévoit un nouveau résultat négatif pour l'exercice en cours. Le groupe a vu son chiffre d'affaires reculer de 11 % en 1998 et de 13 % (à 1 075 MDM) au cours des neuf premiers mois de 1999. Le joint-venture entre Bayer et Hoechst dispose de sites de production dans neuf pays. Le nouvel ensemble va devoir accroître ses investissements en Asie où sa présence reste faible (environ 25 % des ventes de Dystar alors que cette région compte pour 50 % du marché). Le joint-venture entre Bayer et Hoechst a déjà multiplié les investissements ces dernières années avec la mise en place d'unités de formulation de dispersions en Indonésie (6 000 t/an) et en Chine (2 000 t/an). Une unité de formulation de colorants réactifs a également démarré en Chine et Dystar a annoncé le doublement à 6000 t/an de la capacité de colorants réactifs en Indonésie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Dow Corning et Wacker inaugurent leur site chinois

Dow Corning et Wacker inaugurent leur site chinois

Dow et Wacker inaugurent leur site de fa brication de siloxane et de silice pyrogénée à Zhang jiagang dans la province de Jiangsu en Chine. Avec 1 million de m2, il s'agit de la plus grande installation du genre en Chine. L'inves tissement[…]

Rhodia démarre une usine en Chine

Rhodia démarre une usine en Chine

Clariant finalise sa réorganisation

Clariant finalise sa réorganisation

BASF réorganise ses produits pour le papier

BASF réorganise ses produits pour le papier

Plus d'articles