Nous suivre Info chimie

AFTPVA : Compte rendu de la soirée technique du 23 janvier 2020, à Saint-Zacharie

Sylvie Latieule
AFTPVA : Compte rendu de la soirée technique du 23 janvier 2020, à Saint-Zacharie

© Biopreserv

La soirée technique Méditerranée s'est déroulée le 23 janvier 2020. Une trentaine de participants étaient réunis dans le cadre champêtre du Moulin de la Sambuc pour débattre autour de deux conférences sur le thème des biocides. En voici les résumés. Par Thierry Lacour Bureau Méditerranée

Biocides : tendances réglementaires et solutions techniques

Cette conférence a été présentée par Ramon Gatius, ingénieur R&D, responsable technique au sein de la société espagnole Lamirsa.

Lamirsa (Laboratorios Miret SA) travaille depuis soixante ans avec les industriels pour promouvoir l'innovation et accompagner les clients vers un avenir plus compétitif et réglementé. L'entreprise a deux groupes d'activités principaux : la synthèse organique, et la production d'additifs chimiques pour différentes applications industrielles telles que la peinture, le cuir, le traitement de l'eau et la papeterie. Aujourd'hui, Lamirsa travaille dans plus de 65 pays. En France, ses activités dans l'industrie de la peinture sont représentées par la société Provençale SA.

Les produits de Lamirsa sont enregistrés selon la réglementation mondiale et européenne, spécifiquement (BPR et Reach). Dans l'industrie de la peinture, sa spécialité, ce sont les biocides et l'assistance produit pour les évolutions réglementaires et techniques. Lamirsa attache de l'importance au service Laboratoire afin d'assurer la performance de ses systèmes de protection dans les formulations de ses clients. Les produits complémentaires de la gamme peinture sont les agents antimousses et les agents dispersants.

Biocides : analyses physicochimiques et maîtrise des produits finis durant le cycle de vie

Émilie Sauvat, ingénieure R&D, chimie/biologie de la société Biopreserv, a présenté ce sujet.

Les problématiques réglementaires actuelles (une diminution des doses de biocides autorisées, et la demande d'une assurance sur la qualité microbiologique des produits finis) conduisent les fabricants de peinture, vernis, colles, etc. à contrôler l'outil de production et les produits finis durant leur cycle de vie. L'entreprise Biopreserv propose des tests d'analyse physicochimiques et microbiologiques adaptés pour répondre à ces contraintes. La réalisation d'audits d'hygiène du site de production permet de s'assurer de la qualité de l'environnement de production, et ainsi de limiter les risques de contamination des produits finis. Le contrôle de stérilité permet de déterminer la qualité microbiologique d'un produit. Il peut être réalisé sur les matières premières et sur les produits finis. Dans les deux cas, il est nécessaire que le résultat du contrôle de stérilité ne révèle pas de contamination microbienne pour pouvoir continuer son cycle de vie.

L'assurance de la qualité d'un produit passe également par la mesure de paramètres physicochimiques :

- Le dosage de biocides permet de connaître la quantité réelle de biocides contenue dans un produit à un instant t, et ainsi de déterminer sa sensibilité aux contaminations microbiennes à cet instant. Un dosage de biocides régulier durant la phase de stockage d'un produit fini permet de s'assurer de la stabilité des biocides dans la formule, et donc de sa protection optimale jusqu'à sa fin de vie. Le dosage de biocides peut également permettre de démontrer l'absence, ou la présence, d'une quantité limitée de biocides dans un produit. Cela présente un intérêt pour certifier un produit par un écolabel, par exemple. À noter : la limite de détection des isothiazolinones est de 1 ppm.

- La mesure du pH permet également de déterminer la sensibilité microbiologique d'un produit. En effet, la majorité des micro-organismes peut se développer dans une gamme de pH allant de 4 à 10, et certaines espèces peuvent s'étendre dans une gamme allant de 2 à 11. Par ailleurs, la plupart des biocides sont stables dans une gamme de pH de 4 à 8,5. Ainsi, une variation de pH d'un produit pendant son cycle de vie peut entraîner une variation de sa sensibilité aux contaminations microbiennes.

- L'activité en eau (aw) représente l'eau libre dans un produit, donc l'eau disponible pour le développement de micro-organismes. Sa valeur est comprise entre 0 et 1, et les micro-organismes peuvent se développer à partir d'une aw de 0,6. Plus l'aw est élevée, plus le produit est sensible à la contamination microbienne. Le challenge technologique consiste donc à développer des formulations de sorte que l'aw du produit soit inférieure à celle des micro-organismes (0,6) et éviter ainsi les contaminations microbiologiques.

Les analyses physico-chimiques présentent l'intérêt d'un délai court pour l'obtention des résultats - 48 heures pour un dosage de biocides - et un résultat « instantané » pour une mesure d'aw ou de pH, contre cinq jours pour un contrôle de stérilité.

La section Méditerranée remercie les deux conférenciers. L'ensemble des participants a pris plaisir à se retrouver pour un dîner convivial propice aux échanges.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Peintures automobiles : Axalta lance la construction à Tiel

Peintures automobiles : Axalta lance la construction à Tiel

  Le fournisseur mondial de peintures liquides et en poudre Axalta a lancé, le 19 juin 2020, la construction d’une nouvelle installation pour soutenir son activité Refinish dédiée aux peintures de[…]

24/06/2020 | AutomobileAxalta
Edito : Un Covid-19 qui grippe l’économie

Edito : Un Covid-19 qui grippe l’économie

Peintures durables : Vers des formulations toujours plus innovantes

Peintures durables : Vers des formulations toujours plus innovantes

Becker Industrie utilise des fûts recyclés par Drum Drum

Becker Industrie utilise des fûts recyclés par Drum Drum

Plus d'articles