Nous suivre Info chimie

Conibi recycle les cartouches d'impression usagées

À Malle (Belgique), Dinhill On

Sujets relatifs :

, ,

Le consortium Conibi récupère les consommables de bureautique et d'informatique usagés. Initié par les principaux constructeurs de solutions d'impression, il valorise ces produits en fin de vie en matières premières secondaires et en énergie.

Structurer et améliorer continuellement la valorisation des produits usagés d'impression. Tel est l'objectif que s'est fixé Conibi, consortium créé par des acteurs majeurs de la bureautique et de l'informatique (Canon, Epson, Ricoh, Xerox, Konica Minolta, etc.). « Conibi a été créé, suite à la volonté des industriels de la bureautique et de l'informatique, qui anticipaient une réglementation sur ces produits, à l'instar des DEEE », raconte Emmanuel Labrosse, responsable Logistique et filière de Conibi. Depuis 2000, cette entité propose des services de collecte et de traitement de consommables usagés en vue d'une démarche de recyclage : cartouches laser/jet d'encre, bidons de photocopieuse, bac de récupération toner, photoconducteurs, rubans de transfert thermique, etc. « Sur 12 000 tonnes de consommables utilisés seuls 42 % sont collectés par les différentes filières de collecte, dont 2 100 tonnes par les fabricants de cartouches. Conibi contribue à la collecte des fabricants de cartouches à hauteur de 1 000 tonnes par an », précise Emmanuel Laborsse. Avant de continuer : « Nous proposons également des prestations de récupération des déchets de bureau comme le papier, les piles ou les équipements électriques et électroniques ». Pour la collecte, Conibi s'appuie sur un système comprenant la fourniture de containers (Ecobox) ainsi que de 4 300 points de collecte dans les commerces de proximité dans toute la France. « Les consommables usagés qui sont récoltés sont envoyés dans des centres de tri. Actuellement, nous collaborons avec Maine Ateliers pour la collecte dans l'Ouest du pays (13 %), avec Veda pour le Sud-Ouest (13 %). Le reste (74 %) est transféré vers la Belgique, chez notre partenaire ClozDloop en vue de la valorisation », détaille Emmanuel Labrosse. Avant d'ajouter : « La filière Conibi permet une valorisation à 70 % en matière et 30 % en énergie. L'objectif est d'avoir un taux de 85 % pour la valorisation matière d'ici à 2015 ».

 

Une ligne de traitement nouvelle génération

 

Pour atteindre son objectif, Conibi s'est doté une ligne de traitement nouvelle génération, en remplacement d'une autre en place depuis 2008, qu'il avait aménagée à partir d'une ligne DEEE. Inauguré en octobre dernier sur le site de son partenaire ClozDloop à Malle (Belgique), ce procédé licencié par Toshiba TEC Europe Imaging Systems a fait l'objet de cinq ans de travaux de développement par Conibi. Cette ligne de traitement est spécifiquement dédiée à la récupération et la valorisation matière des cartouches laser et des bidons de photocopieuses. « Les approvisionnements les plus difficiles à traiter sont ceux où les cartouches de plusieurs marques sont mélangées », indique An Magerman, p-dg de Clozdloop. La ligne, d'une capacité de traitement de quelque 10 000 t/an, se compose notamment de broyeurs à couteaux et de séparateurs magnétiques ainsi que d'un filtre cyclone permettant d'aspirer le toner.

« Pour limiter les risques d'explosion, le système s'appuie sur un procédé d'inertage à l'azote, afin de conserver un taux d'oxygène inférieur à 5 % », explique Emmanuel Labrosse (Conibi). Les fractions plastiques subissent une procédure de nettoyage à sec afin d'obtenir des plastiques de meilleure qualité en vue d'une valorisation. Le procédé offre ainsi un ratio de valorisation matière compris entre 93 et 98 %. En outre, il a été conçu pour avoir un impact réduit sur l'environnement avec sa faible consommation électrique (400 kW), de faibles émissions sonores (< 40dB à l'extérieur du bâtiment) et un rejet de poussières inférieur à 0,01 mg/m3. Il offre même la possibilité de réutiliser l'énergie thermique dégagée pour chauffer le bâtiment lors de la période hivernale.

Les matières recueillies se composent à 43 % de matériaux plastiques propres (polystyrène, ABS, polyéthylène), à 42 % de matériaux ferreux et non ferreux (acier, aluminium, inox), à 8 % de toner, à 5 % de composants métaux-plastiques mélangés et à 2 % de déchets papier et plastiques non valorisables. Les métaux récupérés sont réutilisés, par exemple, pour la fabrication de pièces de moteur, de tôles, d'aérosols ou encore de robinetterie. Quant aux plastiques, le polystyrène et l'ABS sont recyclés en boîtiers CD et en fournitures de bureaux, tandis que le polyéthylène sert à la fabrication de flacons, de containers et d'emballages non alimentaires. Enfin, le toner est valorisé en tant qu'antioxydant dans la sidérurgie.

 

Perpétuer et améliorer la démarche

 

En termes de perspectives, Conibi est conscient qu'il reste des choses à faire. Tout d'abord, sur la collecte. Le consortium veut simplifier le tri sélectif au sein des entreprises, ce qui aidera à la croissance des volumes collectés. Cela passera notamment par des systèmes de collecte accessibles à tous et une sensibilisation des utilisateurs sur les différentes solutions disponibles. Sur la valorisation matière, Conibi espère contribuer à la mutualisation des expertises et des efforts des constructeurs. « L'amélioration des procédés, des techniques et des résultats de valorisation des produits collectés vont permettre une meilleure écoconception des produits de la part des constructeurs », affirme Emmanuel Labrosse. Quant à son principal partenaire ClozDloop, il est actuellement en discussion avec le groupe pétrolier français Total en vue d'une collaboration pour fournir ses plastiques valorisés. Il prévoit également d'investir sur son site de production, comme l'indique An Magerman (ClozDloop) : « Un investissement est également envisagé pour la construction d'une ligne de traitement exclusivement dédiée aux bidons laser, y compris ceux contenant une grande quantité de poudre toner ».

CONIBI EN BREF

Création en 2000 Chiffre d'affaires annuel : environ environ 4,5 M€ Collecte de consommables : 1 800 tonnes par an 39 000 points de collecte 135 000 Ecobox collectés Actionnaires/Adhérents : Canon, Epson, Konica Minolta, Kyocera, Infotec, Lexmark, NRG (Nashuatec, Rex-Rotary, Gestetner), Océ, Pitney Bowes, Riso, Ricoh, Sharp, Samsung, Toshiba, Xerox

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

LG Chem et GS Caltex s’associent pour des matériaux verts

LG Chem et GS Caltex s’associent pour des matériaux verts

Le chimiste coréen LG Chem a signé un accord de développement conjoint (JDA) avec son compatriote GS Caltex, groupe énergétique, pour le développement d’une technologie de production d’acide[…]

24/11/2021 | Chimie verteBiosourcé
[Edito] Berkem vise un tour de table de 40 M€

[Edito] Berkem vise un tour de table de 40 M€

Un troisième fonds dédié aux biotechs industrielles pour Sofinnova Partners

Un troisième fonds dédié aux biotechs industrielles pour Sofinnova Partners

Fermentalg sur une bonne lancée en 2021

Fermentalg sur une bonne lancée en 2021

Plus d'articles