Nous suivre Info chimie

Consolidation et rationalisation attendues dans l'industrie chimique

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

La consolidation et la rationalisation des portefeuilles dans l'industrie chimique, couplées à l'augmentation de la valeur des fusions-acquisitions dans l'industrie chimique mondiale sont à attendre en 2015.

C'est ce que rapporte la 4e édition de l'étude « Chemicals Executive M&A Review » du cabinet de conseil AT Kearney. L'étude note que la tendance sera disparate selon les régions du monde. « L'Amérique du Nord générera la majorité des fusions et acquisitions du secteur chimique en 2015. Cependant, en Chine les fusions et acquisitions connaîtront la plus forte croissance avec une consolidation attendue du marché intérieur, l'expansion à l'international des acteurs locaux et l'augmentation des investissements des sociétés étrangères souhaitant accéder au marché stratégique chinois », explique Thomas Rings, co-auteur du rapport et associé chez AT Kearney. L'Europe serait moins concernée en raison de la conjoncture difficile et des tensions avec la Russie.

Le cabinet note aussi que la valeur des fusions-acquisitions dans le secteur a augmenté de 13 % entre 2013 et 2014, et que cette tendance devrait se poursuivre cette année.

Enfin, le rôle des investisseurs activistes, pressant les grands acteurs de rationaliser voire de trancher franchement dans leurs portefeuilles devrait s'affirmer, particulièrement en Amérique du Nord. Une tendance à laquelle sont notamment confrontés deux acteurs américains d'envergure comme Dow et DuPont. « Cette tendance est particulièrement visible en Amérique du Nord, mais du fait du développement de la taille des fonds et de la rareté des actifs sous-performants dans cette région, on peut aussi s'attendre à un accroissement de l'activisme actionnarial en Europe et en Asie », ajoute Joachim von Hoyningen-Huene, co-auteur de l'étude et associé chez AT Kearney. Parmi les grands facteurs incitant à la consolidation, l'étude cite la bonne santé financière des acteurs de l'industrie chimique, le faible rendement des investissements internes, le bon accès au financement, l'appétit des acteurs occidentaux pour le dynamisme des marchés émergents, ou encore l'intérêt des émergents pour les marchés matures. D'autres facteurs ne seraient pas non plus à négliger, comme la faiblesse du prix du brut qui pourrait pousser les groupes pétroliers à couper dans leurs actifs pétrochimiques pour maintenir leur cash-flow, l'accès à des matières premières bon marché aux États-Unis, ou encore la « persistance d'une excessive fragmentation du marché de la chimie en Asie ». L'étude a été menée entre décembre 2014 et février 2015 auprès de « gestionnaires d'entreprises leaders du secteur de la chimie et de banques d'investissements », précise AT Kearney.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

La cérémonie de la 12e édition des Prix Pierre Potier s’est tenue le 29 mai au Ministère de l’économie et des finances, en présence de la secrétaire d’état Agnès[…]

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

Plus d'articles