Nous suivre Info chimie

Covid-19 : Metabolic Explorer prépare l’avenir dans le respect du confinement

Sylvie Latieule
Covid-19 : Metabolic Explorer prépare l’avenir dans le respect du confinement

© Metabolic Explorer

Comme l’ensemble du tissu industriel français, la cleantech Metabolic Explorer a adapté son activité à l’épidémie de coronavirus et elle le fait savoir. Cette entreprise, qui emploie quelque 80 personnes, développe des procédés biotech innovants basés sur l’usage de matières premières renouvelables pour proposer des alternatives à l’usage de procédé pétrochimiques.

« Lorsque nous avons vu la situation en Chine, puis l’arrivée du virus en Italie, nous avons mis en place un plan de continuité de notre activité » résume Benjamin Gonzalez, le président fondateur de Metabolic Explorer. Ainsi, ne reviennent sur site à Saint-Beauzire, près de Clermont-Ferrand, que des collaborateurs devant assurer le maintien d’actifs stratégiques, tels que les souches de production, ou le démonstrateur. Par ailleurs, du télétravail a été mis en place pour assurer les fonctions tertiaires de l’entreprise et le support nécessaire à sa filiale Metex Nøøvista. L’objectif est de limiter les effets de la crise sanitaire sur le planning de construction de l’unité de production de propanediol (PDO) et d’acide butyrique (AB) sur le site de Carling Saint-Avold en Moselle, alors que l’activité sur site se ralentit de jour en jour. Des collaborateurs passent aussi du temps sur des activités de pré-marketing ou de maintien de brevets.

« Il est impossible aujourd’hui de déterminer la durée de la crise sanitaire qui touche notre pays et d’estimer son impact sur le développement de nos projets. Nous avons pris les mesures nécessaires qui s’imposent pour protéger nos salariés et pour reprendre une activité normale dans les meilleures conditions à la sortie de crise » commente le dirigeant. Il se félicite par ailleurs d’avoir pu refinancer sa société en février dernier, avec une augmentation de capital « significative » d’un montant de 7,3 millions d’euros.

« J’espère que cette crise va nous permettre de prendre conscience de l’importance de disposer de productions stratégiques pour être moins dépendants de l’Asie » ajoute le dirigeant. « Un changement de modèle économique, moins axé sur la mondialisation, devrait permettre de booster la bioproduction européenne ».

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Biocarburant 2G : Cargill construit sa première unité

Biocarburant 2G : Cargill construit sa première unité

Le spécialiste américain des ingrédients alimentaires Cargill a annoncé la construction d’une usine de biodiesel de deuxième génération (2G). Cette unité, représentant un[…]

29/10/2020 | BiocarburantsChimie verte
Annuaire 2020 des acteurs de la chimie renouvelable

Exclusif

Annuaire 2020 des acteurs de la chimie renouvelable

PHA : Danimer signe un accord de fusion avec Live Oak

PHA : Danimer signe un accord de fusion avec Live Oak

Gevo et Cray Valley pourraient développer de l’isoamylène biosourcé

Gevo et Cray Valley pourraient développer de l’isoamylène biosourcé

Plus d'articles