Nous suivre Info chimie

Croissance toujours morose pour la production européenne

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le bilan de la croissance de la production de l’industrie chimique dans l’UE en 2015 est donc arrêté. Le Conseil européen de l’industrie chimique (Cefic) estime que la croissance n’aura pas dépassé 0,3% par rapport à l’exercice 2014. Ce qui est donc en-deçà du 0,5% de croissance qui était envisagé fin 2015. Au quatrième trimestre, la production a pâti des performances moindres de la pétrochimie et des produits chimiques de grande consommation dont les productions ont faibli, respectivement, de 2,6% et de 1,6% par rapport au quatrième trimestre 2014. Les productions de spécialités (+4,3%), d’inorganiques de base (+1,4%) et de polymères (2%), permettent toutefois d’afficher une hausse totale de la production chimique de 0,6% au quatrième trimestre dans l’UE.

Du côté des prix, le Cefic note une baisse de 4,7% sur l’ensemble de l’année 2015 par rapport à 2014. La chute a été plus prononcée au dernier trimestre 2015, avec -5,1% sur un an. Les prix des commodités pétrochimiques ont plombé le bilan, avec une chute de 13,4% au dernier trimestre. Ceux des polymères (-3,6%) et des spécialités (-0,7%) ont limité les impacts. Seuls les prix des produits de grande consommation ont progressé au dernier trimestre 2015, mais de seulement 1%.

Sur les onze derniers mois 2015, le Cefic calcule que les ventes totales de la chimie de l’UE ont fléchi de 3% sur un an. Le retrait se limite à 2% sur le dernier trimestre.

La bonne nouvelle pour l’industrie chimique européenne réside toutefois dans son excédent commercial. Lequel a atteint 38,4 milliards d’euros au cours des 10 premiers mois 2015. Soit 2 Mrds € de plus que pendant la période janvier-octobre 2014. Les échanges avec les pays européens hors UE et les Etats-Unis constituent les deux plus grands contributeurs de cet excédent. Toutefois, ils se sont tous deux contractés. Avec l’Europe hors UE, il a atteint sur 10 mois 8,2 Mrds €. Soit 1,6 Mrd € de moins sur un an, en raison principalement des exportations vers la Russie, en chute de 15,8%, tandis que les importations ont faibli de 9,8%. L’excédent s’est également réduit de 3 Mrds € avec les Etats-Unis, pour se limiter à 7,55 Mrds € au cours des 10 premiers mois 2015. Autre inquiétude : avec le Japon, l’Inde et la Chine réunis, l’UE enregistre un déficit commercial de 1,2 Mrd € de janvier à octobre 2015. Pour l’Asie, hors Chine et Japon, l’excédent affiche 6,16 Mrds €, soit une hausse d’un modeste 58 M€ sur un an.

Dans sa dernière note conjoncturelle, le Cefic souligne par ailleurs un taux d’utilisation des capacités du secteur chimique de l’UE de 82,2% au quatrième trimestre 2015, contre 81% au troisième trimestre. 82,2% reste toutefois de 2,8 points en dessous du record historique établi au premier trimestre 2011, et de 0,9 points inférieur à la moyenne établie entre 1995 et 2014.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

L’année avait mal commencé. En cause, un ralentissement assez notable de l’économie mondiale en 2019, avec une baisse de la demande dans de nombreux secteurs industriels en aval de la chimie, dont[…]

11/01/2021 | Edito HebdoCoronavirus
Les dix opérations les plus marquantes de l’année 2020

Exclusif

Les dix opérations les plus marquantes de l’année 2020

Les dix articles les plus lus en 2020

Les dix articles les plus lus en 2020

Unilever choisit de devenir un groupe britannique

Unilever choisit de devenir un groupe britannique

Plus d'articles