Nous suivre Info chimie

De nombreuses anomalies dans les cosmétiques selon la DGCCRF

H.B.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié, le 23 juin, le résultat de son enquête 2016 sur les cosmétiques commercialisés en France. Et le bilan est plutôt alarmant. Sur près de 8 000 produits contrôlés, notamment les plus utilisés comme les produits pour le bain et la douche ainsi que les soins (crèmes, émulsions, gels), des anomalies ont été détectées dans 22 % des cas, et 39 % des producteurs ou importateurs présentaient « au moins une anomalie », déplore la DGCCRF. Parmi les 8 000 produits contrôlés, près de 700 ont fait l'objet d'une analyse en laboratoire, et plus de 500 « présentaient un étiquetage non conforme ». Les principales anomalies constatées étaient l'absence des mentions obligatoires ou l'utilisation de la langue française. Mais la DGCCRF fait état d'anomalies plus graves « telles que l'absence de la liste des ingrédients ou de numéro de lot ». 8 % des produits analysés, toutes catégories confondues, ne mentionnaient pas la présence d'allergènes dans la liste des ingrédients, alors même qu'ils en contenaient. Les contrôles ont en outre mis en évidence une multiplication d'allégations de type « sans » (sans allergènes, sans parabènes etc.) dont certaines sont « erronées » ou « déloyales », souligne la DGCCRF, qui estime que ces mentions sont « de nature à troubler la perception du consommateur ». Même constat pour la mise en avant d'ingrédients « nobles », alors même qu'ils sont présents à des taux très faibles dans la composition du produit. Sur les 700 produits analysés en laboratoire, 37 % se sont révélés non conformes et 15 % dangereux. « Ces contrôles ont notamment mis en évidence des dépassements des limites réglementaires pour les filtres chimiques des produits solaires », ainsi que « des traces de métaux lourds, majoritairement dans les masques de beauté contenant de l'argile », détaille la DGCCRF. Celle-ci regrette que « malgré une large communication sur le nouveau règlement entré en application depuis près de quatre ans, divers opérateurs méconnaissent encore l'étendue des obligations qui leur incombent, les considérant pour certaines comme des formalités administratives lourdes ». Or, ces manquements sont préjudiciables pour les consommateurs selon la DGCCRF. Son enquête a conduit à 377 avertissements, 188 mesures de police administrative, 79 procès-verbaux et 16 saisies. La DGCCRF a indiqué qu'elle allait mettre en place « un renforcement de la communication sur la réglementation, à destination notamment des petites entreprises ». En juin dernier, elle a par ailleurs annoncé l'ouverture d'une enquête suite aux révélations de l'association UFC-Que Choisir (CPH n°805). Celle-ci avait repéré 23 cosmétiques vendus en France bien que contenant des substances toxiques interdites.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Nanomatériaux : Le centre NanoMesureFrance obtient un financement de 1,2 M€

Nanomatériaux : Le centre NanoMesureFrance obtient un financement de 1,2 M€

Le 12 avril 2021, le centre d’innovation NanoMesureFrance a été retenu dans le cadre de l’appel à projets SESAME Filières du programme d’investissements d’avenir lancé par[…]

Biocarburants : Le décret d’autorisation d’exploitation de La Mède partiellement invalidé

Biocarburants : Le décret d’autorisation d’exploitation de La Mède partiellement invalidé

Kuraray rejoint le Global Impact des Nations unies

Kuraray rejoint le Global Impact des Nations unies

Air Liquide va engager 8 Mrds € dans l’hydrogène bas carbone

Air Liquide va engager 8 Mrds € dans l’hydrogène bas carbone

Plus d'articles