Nous suivre Info chimie

Déchets industriels dangereux : Chimirec inaugure une plateforme à Ecques

Chimirec intensifie son maillage géographique. La société française spécialisée dans la collecte et le traitement des déchets industriels dangereux (DID) et des huiles vient en effet d'inaugurer une nouvelle plateforme au sein de Chimirec Norec à Ecques (Pas-de-Calais). Ce bâtiment de 1300 m2, accompagné d'un bassin de rétention d'eau pour répondre aux normes anti-incendie, a pour vocation le regroupement et le prétraitement (transformation en vue du transport) de déchets toxiques en quantités dispersées (DTQD) et de déchets industriels spéciaux (DIS) pour la région Nord-Pas-de-Calais (59 et 62). Les premières installations, qui datent de 1999, comprenaient un hall de stockage de 430 m2 avec huit cuves de stockage de 65 m3. Le montant de l'investissement s'élève à 2,5 M€ , dont 1,7 M€ consacré à l'immobilier (bâtiments, voirie, bassin de rétention) et 615000 h aux locaux administratifs et commerciaux. Les 200000 e restants ont été alloués à l'achat de matériels, dont un broyeur pour le prétraitement, et en moyens logistiques. Cette extension fait suite à la création en 2005 du centre de collecte Chimirec Massif central (Mende, 48). En 2004, Chimirec avait également agrandi ses sites Centre-Est et Delvert, pour un investissement à peu près similaire à celui de Norec. Au total, le groupe dispose aujourd'hui de 13 plateformes de collecte et de prétraitement des déchets à vocation régionale. En plus de ses 16 sites de transit, elle dispose de cinq centres de traitement par filière (traitement des huiles claires, des filtres à huile et gasoil, régénération de solvants, décontamination). Un chiffre qui ne devrait pas progresser prochainement. Son activité s'adresse à tous les secteurs industriels, de l'automobile à l'énergie et le BTP en passant par la chimie et la pharmacie. Ces deux derniers secteurs sont surtout concernés par l'activité de régénération par distillation des solvants ou par le traitement des matériels souillés. Au final, avec l'intensification de son activité, la société a vu son chiffre d'affaires passer de 80 M€ en 2004 à 85,6 M€ en 2005. Pour 2006, elle espère même flirter avec les 95 M€ . En revanche, son résultat net avant impôts est passé de 7,5 % des ventes en 2004 à 6,5 % en 2005. Une évolution qui s'explique, selon Jacques Boussion, directeur commercial et marketing de Chimirec, par les investissements réalisés pour l'activité polonaise du groupe en 2004. Seul site en dehors de France, il est pour l'heure dédié à la collecte et pourrait se développer dans la préparation et le traitement des DID.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Hymag'in met au point une magnétite à partir de déchets industriels

Hymag'in met au point une magnétite à partir de déchets industriels

La jeune start-up Hymag'in recycle les déchets de l'industrie sidérurgique pour produire de la magnétite. L'objectif est d'éliminer les métaux lourds et les groupes halogénés en[…]

Compounds : Benvic rachète Ereplast

Compounds : Benvic rachète Ereplast

Shell dans un consortium pour convertir des déchets en méthanol à Botlek

Shell dans un consortium pour convertir des déchets en méthanol à Botlek

Les industriels engagent 1 Mrd $ pour lutter contre les déchets plastiques

Les industriels engagent 1 Mrd $ pour lutter contre les déchets plastiques

Plus d'articles