Nous suivre Info chimie

Demeta conçoit des solutions catalytiques de rupture pour la production d'actifs

Dinhill On

Sujets relatifs :

, ,
Demeta conçoit des solutions catalytiques de rupture pour la production d'actifs

Demeta - Fred Pieau

La société Demeta S.A.S développe des technologies pour la production d'ingrédients chimiques. Ses plateformes technologiques s'appuient sur l'utilisation de catalyseurs de rupture pour l'obtention d'actifs à haute valeur ajoutée pour la chimie fine et les polymères de spécialités.

Devenir un acteur incontournable de la catalyse chimique : telle est l'ambition de la société Demeta S.A.S, spécialisée dans la catalyse pour la production d'ingrédients chimiques. Officiellement créée en décembre 2016, cette entreprise basée à Rennes (Ille-et-Vilaine) est née du rapprochement de deux spécialistes de la catalyse (Stratoz et Omega Cat System) et d'une société spécialisée dans les solutions de bio-contrôle (Capnodis). « L'origine de cette fusion remonte à l'époque à laquelle Omega Cat System, leader de la catalyse par métathèse des oléfines, recherchait des investisseurs pour ses activités. Le fonds Truffle Capital détenait déjà Stratoz, une société spécialisée dans les éco-catalyseurs issus de plantes hyper-accumulatrices de métaux. Devant la complémentarité des actifs des deux sociétés, Truffle a fait l'acquisition d'Omega Cat System, dans le but de créer Demeta et d'en faire un champion de la catalyse », raconte Patrick Piot, directeur général de Demeta. Avant de poursuivre : « Omega Cat ayant un projet avancé dans le domaine du bio-contrôle (phéromones et médiateurs chimiques), Stratoz a simultanément fait l'acquisition de la société Capnodis, elle-même filiale de Truffle Capital ». En effet, une des applications de la métathèse des oléfines est le domaine des phéromones, grâce au rendement élevé de conversion (plus de 95 %) et sa sélectivité, afin de remplacer les pesticides dans la lutte contre les insectes ravageurs.

 

Une stratégie basée sur l'innovation

 

Pour développer son activité, la société conduit une stratégie basée sur deux axes. Le premier pilier consiste à développer des plateformes catalytiques pour la chimie fine. « Ces plateformes catalytiques permettent d'obtenir de nouvelles molécules à haute valeur ajoutée, ou des composés existants difficiles à isoler avec les technologies conventionnelles », explique Patrick Piot. « La mise au point des catalyseurs et des conditions réactionnelles adaptées, au travers de prestations de services R&D, précédera la vente effective des catalyseurs ainsi développés ». Parmi les secteurs visés, nous retrouvons, entre autres, les marchés de la pharmacie, de l'agrochimie, de l'oléochimie et de la cosmétique. Pour son deuxième axe de développement, la société entend utiliser ses catalyseurs afin de produire et de commercialiser des molécules à haute valeur ajoutée sur des applications stratégiques comme les polymères de spécialités, le bio-contrôle (phéromones), les arômes et parfums, etc. « En ce qui concerne la R&D, Demeta a encore des travaux à mener pour optimiser ses solutions existantes, et développer de nouveaux catalyseurs. Un autre aspect de notre recherche est d'identifier des molécules cibles et des applications à haute valeur ajoutée sur lesquelles nos plateformes catalytiques procureraient un avantage significatif », détaille Patrick Piot. Avant de continuer : « Par exemple, nous nous intéressons actuellement à la catalyse pour le traitement de la biomasse pour des applications en chimie du végétal ». Le développement durable est en effet inscrit dans la philosophie de Demeta : la société s'est fixé pour objectif de suivre les 12 principes de la chimie verte, qui incluent notamment l'utilisation de matières premières bio-sourcées. « À ce propos, notre société est adhérente du pôle IAR et Vegepolys. De plus, notre actionnaire majoritaire Truffle est fortement impliqué dans la chimie verte, étant déjà au capital de sociétés comme Deinove ou Carbios », ajoute Patrick Piot.

En matière de développement commercial à moyen terme, Demeta entend étendre ses activités au niveau européen puis mondial. Pour ce faire, le groupe va s'appuyer en partie sur de la croissance organique, et a fixé pour objectif de porter son effectif actuel de 13 salariés à 25 d'ici à fin 2018. Le groupe envisage également la possibilité de croissance externe, comme l'indique Patrick Piot : « Demeta pourrait intégrer des sociétés pour développer des synergies, en particulier dans la chimie de spécialités, les polymères et la chimie fine ». Sachant que les procédés industriels de synthèse chimique nécessitent de la catalyse dans la majorité des cas, Demeta peut demeurer optimiste pour le développement de ses activités dans les années à venir.

La société Demeta en bref

- Création en 2011 (Stratoz), avec changement de nom Demeta en décembre 2016 - Siège localisé à Rennes (Ille-et-Vilaine) - Effectif actuel : 13 collaborateurs - Effectif à l'horizon 2018 : 25 employés - Activité : conception, production et commercialisation de technologies catalytiques (métathèse, éco-catalyse, etc.). Production et commercialisation de composés à haute valeur ajoutée. - Marchés : chimie fine (cosmétiques, pharmacie, agrochimie), chimie de spécialités, polymères, bio-contrôle, arômes et parfums, etc. - Actionnariat : Truffle Capital, Fondateurs d'Omega Cat System, Fondateur de Capnodis.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Pyrowave recycle le polystyrène avec des micro-ondes

Pyrowave recycle le polystyrène avec des micro-ondes

Créée en 2014, la société canadienne Pyrowave s'est attaquée au recyclage du polystyrène. Basé sur l'utilisation des micro-ondes, son procédé permet de[…]

01/06/2020 | PolystyrèneZoom
Le captage et le stockage du CO2 font un pas en avant

Le captage et le stockage du CO2 font un pas en avant

Les soudières françaises entament leur démarche de transition énergétique

Les soudières françaises entament leur démarche de transition énergétique

Des micro-algues pour une troisième génération de biocarburants

Des micro-algues pour une troisième génération de biocarburants

Plus d'articles