Nous suivre Info chimie

Dix projets lauréats pour la Vallée de la chimie

J.C.

Grand Lyon Métropole a annoncé que dix projets lauréats ont été retenus dans le cadre du second Appel des 30, initiative public-privé destinée à dynamiser la Vallée de la chimie, dans le couloir du Rhône. 27 candidats au total auront déposé un dossier. Les dix projets retenus se déclinent dans trois domaines d'activité : l'industrie, notamment dans les énergies renouvelables et l'environnement, le photovoltaïque, et le paysage productif, en particulier pour des démonstrateurs innovants dans la production de biomasse et la remédiation des sols. Ces dix projets devraient mobiliser 25 hectares de gisements fonciers, générer des investissements totaux de plus de 200 millions d'euros, et mener à la création potentielle de 170 emplois directs. Ils seront déployés sur quatre communes de la Vallée de la chimie : Irigny, Saint-Fons, Solaize et Pierre-Bénite (Rhône). « La Métropole de Lyon et ses partenaires accompagnent désormais les lauréats dans la réalisation de leur projet, depuis la consolidation de leur modèle économique, jusqu'à l'acquisition et/ou la location de leurs fonciers, en passant par les différentes procédures administratives (dossier ICPE, permis de construire...) », précise Grand Lyon Métropole. Par ailleurs, les 10 projets lauréats répondent aux exigences du Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) en place.

 

Réutilisation de sous-produits industriels

 

Trois projets ont été retenus dans le domaine industriel. Il y a d'abord l'industrialisation de la start-up lyonnaise Deltalys, qui se focalise sur une solution innovante de traitement de gaz de biomasse basée sur la réutilisation de sous-produits industriels. Deltalys devrait occuper 1 800 m2 de locaux à Saint-Fons et créer 28 emplois, d'ici à 2020. Le projet Suez-Val'Energy vise l'installation d'une plateforme de traitement et de valorisation de combustibles solides de récupération (CSR), couplée au déploiement d'une solution de production d'énergies renouvelables. La plateforme devrait occuper 3 hectares à Saint-Fons, valoriser jusqu'à 85 000 tonnes de déchets par an, pour une puissance installée entre 20 et 38 MW. 35 emplois seraient créés d'ici à 2022. Enfin, Terbis PHP projette d'installer à Saint-Fons un centre de traitement de déchets carbonés par une nouvelle technologie de pyrolyse, avec le déploiement d'une solution de production d'énergies renouvelables. Cette plateforme occuperait de 3 à 4 hectares, pour valoriser 70 000 t/an de déchets, pour une puissance installée de 10 MW. 50 emplois sont prévus à l'horizon 2021.

Dans le domaine du photovoltaïque, c'est le projet Terre et Lac - Langa qui a été retenu. Les industriels Arkema, JTEKT, Kem One, Vos Logistics, Total Cres et IFPEN ont « choisi d'attribuer l'ensemble des surfaces à un opérateur unique », afin « de privilégier une approche globale et territoriale, pour maximiser les surfaces aménagées et obtenir une production d'énergie la plus élevée possible », explique Grand Lyon Métropole. Au total, 87 000 m2 de toitures et de parkings seront mobilisés, pour une puissance de 7,7 MW. Ce qui représente un tiers de la puissance actuellement installée sur l'ensemble de la Métropole de Lyon.

 

Trois projets sont centrés sur la rémédiation des sols

 

Les six derniers projets relèvent du paysage productif. Terres fertiles 2.0, un groupement de six paysagistes de l'agglomération lyonnaise, implantera à Saint-Fons la première plateforme de valorisation des terres de la Métropole de Lyon. La plateforme sera un « outil de gestion et d'amélioration des terres excavées sur le territoire de la Métropole. Ces matériaux seront ainsi transformés en terres fertiles et réutilisés dans les projets d'aménagement métropolitains ». Trois projets sont centrés sur la rémédiation des sols. À Pierre-Bénite, Pépinière Soupe sera un « programme démonstrateur et une plateforme d'expérimentation de biotechnologies (biodynamisation des sols, phytoremédiation ». L'objectif est de « tester une large palette de combinaisons de sols et de végétaux dont l'association permettra une meilleure croissance de la biomasse tout en assurant la biodiversité nécessaire à la restauration d'un écosystème ». Valorhiz et le projet de R&D REBU implanteront un site pilote à Pierre-Bénite, en milieu urbain, pour la démonstration d'une approche innovante de conception de biotechnosols, adaptés au contexte urbain. Enfin, le projet Valter Biomasse, qui regroupe la Société Forestière de la CDC, Suez Remédiation, Valterra, et Pépinières Naudet, travaillera à Pierre-Bénite au déploiement de taillis à courte rotation sur des zones délaissées de la Vallée de la chimie, notamment des sites rendus « sans usages » en raison des risques technologiques. Les deux derniers projets se concentrent sur la production de biomasse. À Pierre-Bénite, la plateforme ABSRA et Racine vise la mobilisation, la transformation et la livraison de biomasse pour les besoins énergétiques de l'agglomération lyonnaise. Enfin, le projet Ain Environnement développera une plateforme de stockage et de préparation de biomasse, toujours à Pierre-Bénite, afin d'alimenter les chaufferies bois de la Métropole, et notamment celles de Vénissieux, La Duchère, Vaulx-en-Velin et Surville à Lyon 7e.

Les 30 partenaires de la Vallée de la chimie

Industriels : Air Liquide, Arkema, Blue-star Silicones, CNR (Compagnie Nationale du Rhône), Engie, IFPen, JTEKT, Kem One, Novacap, Solvay, Suez, Vos Logistics, Total.

Partenaires publics : les communes de Feyzin, Pierre-Bénite, Saint-Fons, Solaize, la Métropole de Lyon, les services de l'État (DREAL, DDT, DIRECCTE), la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Partenaires financiers : ADEME, BPIFrance, le Fond européen de développement régional (FEDER), le fonds OSER, le Groupe Caisse des Dépôts, Somudimec, Total Développement Régional.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par Monsanto, filiale du groupe allemand Bayer depuis 2018, dans le procès de l’herbicide Lasso. Le chimiste est donc définitivement condamné dans le dossier[…]

21/10/2020 | PhytosanitairesJustice
Wacker va couper 1 200 postes dans ses effectifs

Wacker va couper 1 200 postes dans ses effectifs

La SFCP devient « La chimie au quotidien »

La SFCP devient « La chimie au quotidien »

Energie : DRT plante son 1 000ème hectare de forêt

Energie : DRT plante son 1 000ème hectare de forêt

Plus d'articles