Nous suivre Info chimie

Dow continue de rebattre ses cartes

Julien Cottineau

Un an après avoir entamé de grandes manoeuvres, le géant américain en remet une couche. À l'automne 2014, sous pression du fonds d'investissements Third Point qui prône une séparation des commodités et des spécialités, Dow avait relevé son programme de cession d'actifs, jusqu'à une fourchette de 7 à 8,5 milliards de dollars d'ici à mi-2016 et promis de renforcer son programme de rachat d'action, avec un objectif doublé à 9 Mrds $. Fin octobre de cette année, le groupe américain s'est engagé dans des perspectives moins fracassantes. En évitant en premier lieu les objectifs trop chiffrés. À l'exception des rachats d'actions qui vont s'accélérer avec 1 Mrd $ finalisé au quatrième trimestre et 2 Mrds $ l'an prochain. Ce qui aura mené à un rachat d'une valeur de 9,5 Mrds $ depuis 2013.


« Dow réfléchit à son engagement dans AgroSciences »

Sur le front des désinvestissements, Dow a entamé des discussions sur l'avenir de sa coentreprise dans les silicones, Dow Corning, qui a pesé à elle seule 6,22 Mrds $ de chiffre d'affaires en 2014. Une éventuelle transaction est possible mais rien n'est encore détaillé ni établi. Dow a par ailleurs annoncé une restructuration de deux de ses coentreprises dont les sièges sociaux sont au Moyen-Orient : Equate et MEGlobal. Le groupe américain aura réduit son implication dans les deux entités d'ici 9 mois. Plus inattendu, Dow admet sérieusement réfléchir désormais à son engagement dans sa division AgroSciences. Soit un gros morceau de son portefeuille avec un chiffre d'affaires de 7,3 Mrds $ en 2014 (sur un total de 58,2 Mrds $). Le groupe présente cette réflexion comme la dernière des grandes revues de son portefeuille. Toutes les options seraient sur la table, qu'il s'agisse de cession, de cession partielle en coentreprise, ou de ne rien changer. Seule contrainte : la solution choisie doit représenter la meilleure création de valeur pour les actionnaires.
 

Cette annonce intervient à l'heure où les producteurs américains de phytosanitaires et de semences sont particulièrement affaiblis par une conjoncture très défavorable. FMC vient d'annoncer des prochaines coupes de 800 à 850 salariés. DuPont engage des mesures d'économies tandis que Monsanto a lancé un programme de restructuration de 2 600 postes dans le monde et un vaste projet de rachats d'actions. Tous, et Dow n'échappe pas à la règle, souffrent de la très mauvaise conjoncture agricole en Amérique du Sud, en particulier en Brésil où la dévaluation du réal est encore plus dévastatrice face à un dollar fort. Sans compter les prix plus faibles pour les commodités agricoles. Du coup, le segment AgroSciences de Dow est l'un des seuls du groupe à voir sa rentabilité affaiblie au 3e trimestre 2015.
 

Les éventuelles opérations pour Dow Corning et AgroSciences devraient être les dernières grandes opérations pour les mois qui viennent, voire les prochaines années, assure Dow. Le groupe, qui a déjà cédé de nombreux actifs ces derniers mois et qui s'est en particulier désengagé de sa division chlore cette année en la combinant avec le groupe Olin, veut désormais surtout bénéficier des retours sur investissements. Ceux attendus pour ses grands projets industriels engagés ces dernières années. Comme dans le Golfe du Mexique ou surtout le gigantesque complexe Sadara en Arabie Saoudite en passe de démarrer. Des projets qui vont permettre très bientôt d'alléger considérablement son capex et qui doivent générer de larges bénéfices.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Les résultats du deuxième trimestre de la chimie européenne tombent toujours pendant la trêve estivale, nécessitant de se mettre à jour à la rentrée. Cette année, ils apportent une[…]

31/08/2020 | Edito Hebdo
[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

Plus d'articles